samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsKhamenei compare la crise du COVID-19 à la guerre Iran-Irak en l'appelant...

Khamenei compare la crise du COVID-19 à la guerre Iran-Irak en l’appelant une bénédiction

Lors de son discours à l’occasion de l’anniversaire de la guerre Iran-Irak, le guide suprême du régime iranien, le mollah Ali Khamenei, a admis une fois de plus la politique criminelle du régime consistant à utiliser le COVID-19 pour contrôler la société, en comparant la situation avec le temps de la guerre en disant qu’elle avait été une bénédiction pour le régime.

« La guerre est naturellement un phénomène terrible et violent. Mais ce phénomène violent et terrible qui a duré huit ans pour nous a eu des bénédictions pour nous comme je les ai comptées plus tôt, et il y a plus à dire à ce sujet. En d’autres termes, nous en avons obtenu du bien et de la fraîcheur. »

Khamenei a comparé la situation actuelle en Iran au temps de la guerre, confirmant ainsi qu’il avait l’intention d’utiliser le coronavirus mortel pour réprimer la société iranienne agitée, comme son prédécesseur, Ruhollah Khomeiny.

Un écolier iranien dans la guerre Iran-Irak

La guerre Iran-Irak, que Khomeiny a prolongé pendant huit ans, a entraîné la mort d’un million d’Iraniens, deux millions de blessés et le déplacement de deux millions d’autres personnes à travers l’Iran. Bien que le gouvernement irakien ait proposé un cessez-le-feu après des mois d’arrêt et de destruction, le 17 juin 1982, Khomeiny n’a pas accepté l’offre. Khomeiny a accueilli la guerre comme une aubaine, l’appelant « une bénédiction divine », car il l’a utilisée de manière démagogique pour dénigrer toute opposition à son régime en l’accusant de « cinquième colonne » de l’Irak.

Khamenei a également qualifié la pandémie de COVID-19 de « test et bénédiction » en avril dernier et a déclaré : « En ce qui concerne le problème actuel du pays – l’épidémie de coronavirus – eh bien, c’est une épidémie et un test. Il y a eu de plus grands tests, nous en avons été témoins dans notre pays. Ce n’est pas quelque chose d’extraordinaire. Ces incidents se produisent dans des pays, même si je n’essaie pas de minimiser ce problème, mais nous ne devons pas le grossir. C’est quelque chose qui s’est produit et qui disparaîtra. Pourtant, les expériences que nous tirerons de ce test, les activités des personnes et des organisations pourraient devenir une opportunité. Si nous conservons ces opportunités, ce test deviendra une bénédiction et cette menace se transformera en opportunité.

Les enfants iraniens dans la guerre Iran-Irak

Le ministère de l’Education du régime a annoncé le 5 janvier 1989 que, pendant la guerre, il avait envoyé 440 000 écoliers au front sur les champs de mines. De même, en 2020, le régime a organisé les examens d’entrée au collège en août et a rouvert les écoles, malgré les avertissements répétés des professionnels de la santé selon lesquels cela pourrait augmenter encore les infections au COVID-19 et le nombre de morts parmi les écoliers et lycéens.

Étant donné que le régime n’a pas été en mesure d’utiliser le potentiel libéré après la révolution de 1979 et qu’il craignait que ce potentiel puisse éventuellement conduire à sa chute, le régime a accueilli favorablement la guerre Iran-Irak et l’a prolongée. Khomeiny a été en mesure d’opprimer toute voix de dissidence ou de revendications légitimes du peuple, sous prétexte d’être en guerre avec un ennemi étranger.

Désormais, craignant une société agitée qui a ébranlé à deux reprises les fondations du régime lors des grandes manifestations en Iran en 2018 et 2019, Khamenei et son régime ont essayé d’utiliser le COVID-19 pour contrôler la société.

La dissimulation initiale par le régime de l’existence du virus en Iran, sa minimisation ultérieure de la situation et son inaction témoignent de la politique des mollahs consistant à utiliser le COVID-19 pour empêcher un nouveau soulèvement.

À cet égard, le quotidien national Mostaghel a écrit le 13 juillet : « Il fallait maintenant un sauveur pour détourner l’attention des gens des incidents de novembre et janvier. Alors, est venu le nouveau coronavirus. Le gouvernement a utilisé la peur des gens de cet ennemi invisible pour libérer le dragon parmi eux. Bien avant son annonce publique, le COVID-19 était venu ou avait été amené en Iran. Mais pour défier Trump, ils ont organisé des événements marquant le 41e anniversaire de la révolution de 1979. Et pour gifler ceux qui ne sont pas satisfaits de la supervision d’approbation, les élections parlementaires se sont déroulées comme prévu. Puis ils ont dit : nous venons de découvrir l’existence du virus, alors les gens se surveillent. Ainsi, ils [les autorités] ont laissé des personnes affamées et déprimées seules dans une pièce avec un lion et ont attendu que le travail soit terminé. Pendant ce temps, sans attirer l’attention sur la flambée des prix, certains tribunaux se comportaient comme s’ils se tenaient dans une situation normale ; chaque session aurait pu créer une agitation, abandonner les forêts du pays pour brûler dans le feu et prononcer des condamnations à mort pour les détenus de l’incident de novembre. »

Remarques controversées de Khamenei sur l’épidémie de COVID-19 et son issue

Tout en forçant les gens à retourner au travail et en organisant des examens d’entrée à l’université, dans ses remarques de lundi, Khamenei a déclaré : « Nous ne devons pas sous-estimer le coronavirus. Le fait que 150 compatriotes meurent chaque jour est-il un problème mineur ? Imaginez tous les deux jours que deux avions de passagers tombent et que tous leurs 300 passagers meurent ? Est-ce un problème mineur ? »

Il a dit cela, alors que précédemment, il avait dit que les gens ne devraient pas « grossir » la crise du coronavirus. De plus, en tant que plus haute autorité du régime, qui a un empire financier, Khamenei doit répondre à cette question : pourquoi a-t-il forcé les gens à retourner au travail ? Et pourquoi n’a-t-il pas aidé les gens à utiliser ses gigantesques institutions financières comme la fondation religieuse Astan-e Qods Razavi?

Khamenei et son régime ont prouvé leur intention d’utiliser le COVID-19 comme un outil pour opprimer le peuple iranien. Mais les manifestations en cours dans tout l’Iran et les activités de la Résistance montrent que la stratégie du régime consistant à utiliser les nombreuses victimes du coronavirus pour contrôler la société a échoué.

À cet égard, le quotidien national Mostaghel écrit : « Cette nation n’oubliera pas comment elle a été abandonnée pendant ces jours difficiles. Cela affectera les incidents à venir. Le gouvernement n’a pas contenu et contrôlé le coronavirus pour contrôler de manière pertinente la colère des gens rebelles. Mais je souhaite que la souffrance et la maladie du peuple ne soient pas utilisées comme remède à l’oubli et comme moyen de vengeance des événements de novembre et décembre. Parce que bientôt, les gens viendront à leur table pour manger, et leur désespoir d’une table vide les conduira à protester dans les rues animées. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe