lundi, juillet 22, 2024
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran, procès de Hamid Noury : « Sur 157 d'entre nous transférés...

Iran, procès de Hamid Noury : « Sur 157 d’entre nous transférés à la prison d’Evine, seuls sept ont survécu »

Iran, procès de Hamid Noury : « Sur 157 d'entre nous transférés à la prison d'Evine, seuls sept ont survécu »
Le musée des martyrs à Achraf 3

Mardi marquait la 48e session du procès d’Hamid Noury, un responsable pénitentiaire iranien appréhendé en 2019 pour ses crimes contre des prisonniers politiques dans les années 1980, principalement son implication dans le massacre de 1988.

Mardi, Mohammad Khodabandeh-Loui, un ancien prisonnier politique, a témoigné contre Noury et son rôle dans la torture des prisonniers dans les prisons d’Evine et de Gohardasht. Khodabandeh-Loui a passé sept ans en prison et q 2t2 témoin du massacre de 1988 de plus de 30 000 prisonniers politiques, qui étaient pour la plupart membres de l’organisation Moudjahidine du Peuple d’Iran.

Son père, Ali Khodabandeh-Loui, était un dentiste qui a été exécuté en 1980 pour avoir soutenu l’OMPI. Le frère de Mohammad, Mahmoud Khodabandeh-Loui a été arrêté en 1989 avec son cousin Gholamreza Pour-Eghbali, et tous deux ont été exécutés plus tard.

Lors du procès de Noury, Khodabandeh-Loui a déclaré que lors du massacre de 1988, il avait été transféré à la prison d’Evine avec 157 autres prisonniers. « Seuls sept d’entre nous ont survécu », a-t-il déclaré.

En 1987, les prisonniers de Gohardacht ont entamé une grève de la faim pour protester contre les traitements inhumains infligés par les autorités pénitentiaires. Tous ont été emmenés dans une pièce appelée chambre à gaz. La chambre à gaz de la prison de Gohardasht était une petite pièce où les prisonniers étaient gardés de manière compacte et pouvaient à peine respirer.

« Au cours d’une sévère répression contre les prisonniers en 1987 dans la chambre à gaz, j’ai vu Hamid Noury », a déclaré Khodabandeh-Loui. Il a déclaré que Noury et son patron, Nasserian, ainsi que d’autres gardiens, avaient commencé à battre les prisonniers et à les sortir un par un de la cellule.

« J’étais le seul debout au fond de la pièce. Naserian, [Mohammad Mogheyseh], Davoud Lashgari et Abbasi [Noury] sont entrés dans la pièce. Naserian a crié : « c’est ton cadavre qui sortira de cette porte aujourd’hui », puis ils ont commencé à me battre. Mon bandeau s’est déchiré et j’ai vu leurs visages. Abbasi [Noury] m’a frappé fort au visage et j’ai ressenti une douleur atroce du côté droit de mon visage », a-t-il déclaré. En conséquence, Khodabandeh-Loui a perdu l’un de ses yeux.

L’étendue du massacre de 1988 en Iran

Selon Khodabandeh-Loui, le massacre a commencé dans la prison d’Evine le 27 juillet 1988. Un prisonier dans la cellule adjacente a annoncé à Mohammad et à d’autres détenus, par le biais du code morse, que les gardiens avaient emmené plusieurs prisonniers pour les exécuter.

« Les dernières personnes qu’ils ont emmenées pour être exécutées étaient mes compagnons de cellule. Ils ont été retirés le 24 septembre 1988 », a-t-il déclaré. Khodabandeh-Loui a déclaré que lors du massacre de 1988, il avait été transféré à la prison d’Evine avec 157 autres prisonniers. « Seuls sept d’entre nous ont survécu », a-t-il déclaré.

Les partisans de l’OMPI ont constitué la majorité des victimes en 1988. Les « Commissions de la mort » ont été chargées d’identifier les partisans de l’OMPI et de les envoyer à la potence.

Lors de ses audiences la semaine dernière, Hamid Noury a reconnu qu’il serait poursuivi à son arrivée en Iran s’il prononçait le nom de l’OMPI devant le tribunal. Il a souligné que le nom « Moudjahidine du Peuple » est la ligne rouge du régime et que quiconque mentionne le nom sera arrêté.

Iradj Mesdaghi est un agent du renseignement iranien qui a été recruté en 1981 en prison et s’était fait passer pour un partisans de l’OMPI pendant des années dans la diaspora iranienne et s’est présenté dans le dossier comme partie civile. Sur ordre de Téhéran, Mesdaghi, qui avait un sombre passé en prison, a tenté de ternir l’image du Mouvement pour la justice de la Résistance iranienne pour les victimes de 1988.

The extent of the 1988 massacre in Iran

Khodabandeh-Loui a également fait la lumière sur les relations de Mesdaghi avec le régime au cours des années précédentes. « J’étais à Bagdad en 2011, où l’ambassade iranienne chassait activement les membres de l’OMPI ou tentait de les recruter », a déclaré Khodabandeh-Loui. « À ce moment-là, Mesdaghi m’a conseillé d’aller à l’ambassade d’Iran, dis-leur que je me suis repenti et demande un passeport« , a-t-il ajouté.

Khodabandeh-Loui a également souligné que plus de 1600 anciens prisonniers politiques iraniens ont signé une lettre condamnant l’action de Mesdaghi et son rôle en tant qu’agent du VEVAK.

« J’ai perdu mon œil à 23 ans à cause des coups de Noury et de son patron. Je m’adresse à ce tribunal maintenant. Dois-je être soudoyé ou contraint de participer à ce tribunal ? Même sur la base d’une motivation personnelle, mon œil me dit de participer à ce tribunal », a-t-il déclaré. Il a également ajouté que son père et son frère ont été exécutés par le régime. « Comment puis-je rester silencieux ? » il a dit.