samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : Les affirmations ridicules de Raïssi ne sont soutenues que par...

Iran : Les affirmations ridicules de Raïssi ne sont soutenues que par Khamenei. Pourquoi ?

Iran : Les affirmations ridicules de Raïssi ne sont soutenues que par Khamenei. Pourquoi ?

Un an après son entrée en fonction, le président iranien, Ebrahim Raïssi, a tenu une conférence de presse le mardi 30 août, se vantant des « réalisations » littéralement inexistantes de son administration.

Sa litanie de mensonges et d’autosatisfaction comprenait des affirmations ridicules telles que la réduction du taux d’inflation, l’augmentation de l’emploi, la compensation du déficit budgétaire sans impression de billets de banque et des avancées environnementales !

Les affirmations de Raïssi contrastent fortement avec la dure réalité en Iran. Le pays a subi sa pire crise économique du siècle dernier. Les médias officiels iraniens ont reconnu en juillet que de nombreux Iraniens ne pouvaient plus se permettre un simple plat de fromage et de pain.

L’inflation en Iran dépasse les 40 %, des millions d’Iraniens sont au chômage, des centaines de milliers de citoyens cherchent de la nourriture dans les poubelles, le taux de suicide et de fuite des cerveaux est en hausse, et le pays souffre d’un manque d’eau aigu.

« Apparemment, l’inflation et la montée en flèche des prix n’ont pas épargné les aliments les plus simples dont disposaient de nombreux Iraniens. Nos recherches indiquent que les prix de la noix, du pain et du fromage ont dépassé les cinq millions de rials », a reconnu le 26 juillet le quotidien officiel Hamdeli.

Mais l’augmentation des prix des denrées alimentaires ne se limite pas au pain et au fromage. « L’inflation alimentaire en Iran est devenue alarmante, et le centre de statistiques a constaté que son taux en juillet était supérieur à 90 %. Selon les activistes du marché alimentaire, cela a provoqué une forte baisse de la consommation par habitant des principaux produits alimentaires en Iran et a entraîné une augmentation de la consommation de pain », a reconnu le quotidien officiel Sharq le 27 juillet.

Raïssi a affirmé que son gouvernement avait compensé son déficit budgétaire sans recourir à la planche à billets, ce qui a fini par aggraver l’inflation en produisant une énorme quantité de liquidités, ce qui est incompatible avec le faible taux de production de l’Iran.

Les médias officiels iraniens avaient auparavant éludé cette affirmation. « Neuf mois après l’arrivée au pouvoir du gouvernement de Raïssi, 13 quadrillions de rials de nouveaux billets de banque ont été imprimés, augmentant ainsi le volume des billets en circulation de 18 % », écrivait le 16 juillet le site Internet officiel Khabar-online.

Les affirmations de Raïssi ont provoqué beaucoup de remous au sein du régime, car il n’a pas réussi à vendre ses affirmations creuses, même aux médias officiels étroitement contrôlés.

« Il semble que Raïssi vive dans un autre pays et le peuple dans un autre. Le pays de Raïssi bénéficie de conditions parfaites et est bien géré. Mais la situation en Iran n’a pas besoin d’explication ! » écrivait le 30 août le quotidien officiel Sharq.

« Tous les prix des produits de base ont augmenté de 200 % par an, ce qui empêche les gens de couvrir leurs besoins minimums. Les tables des gens se réduisent, et il n’y a aucune excuse à cela. Les promesses de Raïssi n’ont pas été tenues, et la situation est pire que jamais », a reconnu le quotidien officiel Arman-e Meli le 30 août.

Une seule personne a fait l’éloge de Raïssi et des réalisations de son gouvernement : le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei.

Lors d’une réunion mardi avec Raïssi et son cabinet, Khamenei a défendu son protégé et les « efforts rigoureux » de son gouvernement. Khamenei n’est ni aveugle ni sourd. Il voit l’échec de Raïssi et entend chaque jour les chants du peuple contre son président analphabète. Par-dessus tout, il est pleinement conscient de la situation volatile en Iran. La défense de Raïssi par Khamenei confirme une fois de plus qu’en tant que chef suprême du régime, il est responsable de tous les problèmes du pays.

Pourtant, Khamenei soutient Raïssi parce que nommer ce meurtrier de masse sans scrupules comme président était la seule solution qu’il a trouvée pour son régime en crise. Reconnaître l’échec de Raïssi signifie que Khamenei a accepté l’échec de son régime génocidaire. Mais combien de temps peut-il continuer sur cette voie ?

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe