mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : la présidence d'Ebrahim Raïssi, un an après

Iran : la présidence d’Ebrahim Raïssi, un an après

Iran : la présidence d'Ebrahim Raïssi, un an après

Un an après que le guide suprême du régime iranien a installé un meurtrier de masse analphabète à la présidence et consolidé sa domination dans les trois branches du pouvoir, il a déclaré la guerre à la société iranienne et à la communauté internationale. Incapable de faire des compromis avec la communauté mondiale et peu disposé à résoudre les problèmes socio-économiques, sous la direction de Raïssi, le peuple iranien s’est appauvri et ses protestations se sont radicalisées. D’autre part, la Résistance iranienne s’est renforcée et a étendu son réseau au sein de la société agitée de l’Iran.

Abus des droits humains:

Sous Raïssi, les violations des droits de l’homme se sont considérablement aggravées.

Plusieurs organisations de défense des droits humains se sont jointes à une campagne la semaine dernière pour attirer l’attention sur ce qu’elles ont appelé une « vague horrifiante» et une « vague » d’exécutions en Iran.

Depuis son entrée en fonction, 522 personnes ont été exécutées, soit une augmentation de près de 100 % du nombre d’exécutions par rapport à l’année précédente.

Les exécutions sans précédent d’au moins 21 femmes et sept mineurs.

La pendaison publique d’un prisonnier politique le 23 juillet était la première pendaison publique après deux ans.

Mort arbitraire d’au moins 100 prisonniers.

Au moins 18 144 personnes ont été arrêtées, 2 000 détenues pour des motifs politiques.

Cinq cas de flagellation et deux cas d’amputation de membres au cours des deux derniers mois.

La récente répression contre les femmes a intensifié leur répression dans le cadre du décret médiéval intitulé « chasteté et hijab ».

Économie:
Le taux d’inflation annuel en Iran a bondi à 52,5 % en juin 2022, contre 39,3 % le mois précédent, atteignant son plus haut niveau depuis juillet 1995, les prix des aliments et des boissons non alcoolisées ayant atteint 82,6 %, le plus haut depuis avril 2019.

Les prix ont également augmenté pour toutes les composantes : logement et services publics 31,4 %, transports 43,1 %, loisirs et culture 31,5 %, meubles et équipement ménager 34,7 %, vêtements et chaussures 48,7 %, biens et services divers 36,3 % et santé 36,9 %.

Une croissance faible, une inflation élevée et un chômage ou un sous-emploi généralisé ont réduit le pouvoir d’achat de nombreux déciles de revenu, entraînant une aggravation des inégalités de revenus.

La monnaie iranienne, le rial, s’est dépréciée d’environ 15 % par rapport au dollar américain depuis que Raïssi a pris le pouvoir.

Un an après le début du mandat de Raïssi, le quotidien officiel Sharq a écrit : « Les rapports du ministère du Travail montrent qu’environ 60 % des Iraniens n’ont pas de revenus suffisants ni d’emplois convenables. Environ 14,2 millions d’Iraniens ont des emplois à faible revenu et sont sans assurance. Le journal ajoute : « Environ 25 %, soit un quart de la population, sont des habitants de bidonvilles et des sans-abri ».

Quelque 70 % des Iraniens vivent en dessous du seuil de pauvreté. Au moins 12 millions de personnes dorment affamées chaque nuit.

Même les organes d’information gérés par l’État admettent l’état critique de la société. « La flambée des prix, l’inflation galopante et la dévaluation constante de la monnaie nationale témoignent de l’incompétence de ces responsables qui sont arrivés au pouvoir avec la promesse de résoudre rapidement les problèmes des gens. Maintenant, ils font face à des protestations populaires », a écrit le quotidien officiel Jomhuri Eslami le 16 juin.

Gendarme à l’étranger

Au début de sa présidence, Ebrahim Raïssi a annoncé qu’il mettrait en œuvre la « politique du regard vers l’Est » et renforcerait les liens avec les pays de la région. Pratiquement, malgré des dépenses formelles et un discours proactif, son appareil diplomatique n’a pas réussi à créer de nouveaux liens et a isolé Téhéran.

De multiples réunions à travers le Moyen-Orient n’ont pas aidé le régime à empêcher la formation d’une nouvelle alliance régionale contre lui-même et de multiples coalitions politiques, économiques et militaires sont actuellement en formation pour combattre l’influence néfaste de Téhéran dans la région.

Au lieu d’investir chez lui, Téhéran a continué à dépenser des capitaux rares dans des groupes militants régionaux, mais ses alliés en Irak et au Liban n’ont pas réussi à s’assurer le pouvoir à Bagdad et à Beyrouth et ses mandataires au Yémen ont également subi de graves revers militaires sur le terrain. Par conséquent, le régime a eu recours à davantage de blocage politique ainsi qu’à des attaques terroristes qui lui ont valu plus de fureur de la part des dirigeants régionaux.

Malgré des dépenses géostratégiques unilatérales, le régime iranien n’a pas réussi à exploiter l’animosité croissante entre l’Occident et les puissances asiatiques, la Russie et la Chine.

Téhéran a exprimé à la hâte son soutien à l’invasion de l’Ukraine, a proposé d’aider Moscou en évitant les sanctions internationales et a vendu des drones à l’armée russe. Mais encore, il n’a pas réussi à résoudre le problème de rivalité énergétique avec la Russie qui reste un sérieux obstacle.

Le régime des mollahs s’est également efforcé, principalement en gaspillant la richesse nationale, d’obtenir le soutien de la Chine pour alléger la pression des sanctions internationales. Pourtant, il a de nouveau échoué à persuader Pékin de risquer un forfait international à cause de Téhéran.

Malgré une politique officielle de rapprochement de l’Occident vers Téhéran, due au manque de coopération du régime et l’échec à abandonner la guerre régionale ou même à signaler son intention d’apaiser les tensions, davantage de sanctions ont été imposées au régime, et il s’est isolé au cours des 12 derniers mois sous Raïssi.

Des ambitions nucléaires

Malgré les déclarations officielles de Téhéran sur l’intention de reprendre les pourparlers nucléaires avec P4 + 1 ainsi que sur la négociation indirecte d’un allègement des sanctions avec Washington, l’équipe nucléaire d’Ebrahim Raïssi n’a fait que perdre du temps en huit longs rounds à Vienne et à Doha et a pratiquement tué les espoirs d’un JCPOA la relance.

Le régime a exagéré sa main dans les négociations et a pensé qu’il pouvait forcer un Washington fatigué par la guerre à concéder tout sur sa liste de souhaits. Bien que la vérité sur le statut fragile de Téhéran dans le pays et à l’étranger soit trop visible pour que l’Occident se rende unilatéralement et que le régime ait intensifié ses tactiques d’extorsion par le biais d’avancées nucléaires et en réduisant la coopération avec le chien de garde nucléaire de l’ONU.

Le Conseil des gouverneurs de l’AIEA a censuré le régime iranien le 8 juin 2022, et Téhéran s’attend à plus de condamnation lors de la prochaine réunion en septembre. S’appuyant uniquement sur le droit de veto de la Russie et de la Chine au Conseil de sécurité des Nations Unies, le régime tente maintenant d’inciter les deux régimes à se protéger contre une éventuelle Charte de résolution 7 du Conseil de sécurité des nations Unies.

Méfiant d’une plus grande exposition ou d’attaques militaires contre ses sites nucléaires, le régime menace maintenant ouvertement de construire des ogives nucléaires. De multiples responsables de l’État lancent constamment des avertissements et veulent faire passer le message que Téhéran a déjà rejoint le club nucléaire et que le monde n’a d’autre choix que de se rendre au chantage du régime.

Réponse du peuple et de la Résistance :

Malgré la recrudescence des exécutions et de la répression, le peuple iranien n’est pas intimidé. Au moins 9 630 manifestations et soulèvements ont été enregistrés, 809 de plus que l’année précédente.

Il y a eu au moins 34 manifestations à l’échelle nationale d’enseignants, de retraités et de retraités à travers l’Iran.
Les enseignants ont organisé 17 rassemblements à grande échelle dans plus de 100 villes de 31 provinces

Les retraités sont descendus dans la rue à l’échelle nationale à 17 reprises dans 20 provinces

En mai, de grandes manifestations ont éclaté dans tout l’Iran, après que le gouvernement de Raïssi a réduit les subventions pour l’alimentation, faisant monter les prix en flèche alors que les autorités se préparaient à davantage de troubles.

En novembre 2021, les habitants d’Ispahan sont descendus dans la rue pour soutenir les agriculteurs d’Ispahan qui avaient protesté contre le retrait dû aux mesures antipatriotiques du régime visant à détourner le fleuve vers les industries du CGRI. Les manifestants se sont affrontés aux forces notoires du régime qui ont utilisé des fusils à plomb, aveuglant au moins une douzaine et blessant des centaines.

Les manifestations à Abadan pendant plusieurs semaines, contre l’effondrement du complexe d’Abadan Metropol et la mort de dizaines de personnes à cause de la corruption et du pillage des fonctionnaires. Les manifestations se sont rapidement étendues à de nombreuses villes de la province.

Les commerçants du bazar de Téhéran se sont mis en grève en juin 2022, contre l’augmentation des prix et les taxes gouvernementales.

Les protestations ont augmenté car Raïssi n’a pas réussi à remédier à la détérioration des conditions de vie un an après le début de son mandat.

Le peuple iranien n’a pas succombé à la répression barbare des manifestations pacifiques des enseignants, des chauffeurs de taxi, des travailleurs, des retraités et d’autres secteurs sociaux pendant le mandat de Raïssi.

Avec des protestations croissantes et l’incapacité du régime à les contenir, Khamenei a ouvertement menacé les manifestants d’une répression sévère contre la dissidence. Le chant le plus répandu dans les manifestations était « mort à Khamenei et Raïssi ».

Expansion des activités de la Résistance iranienne :
Malgré la répression du régime, les unités de résistance des Moudjahidine du peuple (OMPI ou MEK ) continuent de s’étendre à travers le pays. Leurs activités comprennent la conduite de manifestations populaires et la destruction des symboles de répression du régime.

Pendant le mandat de Raïssi, ces unités de résistance ont mené au moins 2 350 actes de résistance contre les symboles du régime de la répression dans diverses villes, dont 85 % avec succès.

Lors d’un récent rassemblement du CNRI, des clips vidéo de quelque 5 000 unités de résistance exprimant leur soutien et exprimant leur engagement en faveur d’un Iran libre et démocratique ont été diffusés, montrant une multiplication par cinq du nombre d’unités de résistance envoyant des messages de soutien par rapport à l’année précédente.
La tuerie de 1988 :

Après près de trois ans, la justice suédoise a rendu son verdict, condamnant à perpétuité l’un des auteurs du génocide et du crime contre l’humanité dans le massacre de prisonniers politiques en 1988.

Des appels internationaux ont été lancés pour poursuivre également les dirigeants actuels du régime, dont Khamenei et Raïssi, pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et génocide.

Contexte de Raïssi :
Ebrahim Raïssi a pris ses fonctions de président du régime iranien le 3 août 2021.

Malgré la notoriété de Raïssi en tant que violateur vicieux des droits humains, Ali Khamenei, le guide suprême du régime, a organisé son « élection » à la présidence pour consolider le pouvoir. En plus de chercher à unifier son régime défaillant, l’intention première de Khamenei en choisissant Raïssi était de réprimer les protestations et d’intimider la société rétive au silence, alors que les crises et les protestations populaires continuaient de monter, amenant la société iranienne au bord de l’explosion.

Depuis l’âge de 19 ans, Raïssi, qui manque d’éducation formelle, a agi comme interrogateur et procureur dans diverses prisons iraniennes, dont Karaj et Hamedan, où des milliers de prisonniers politiques ont été torturés et exécutés sous sa surveillance.

En tant que membre de la « commission de la mort » à Téhéran, Raïssi a été directement impliqué dans le massacre d’au moins 30 000 prisonniers politiques en 1988, dont 90 % étaient des partisans et des membres du principal parti d’opposition Moudjahidine du peuple (OMPI/MEK). Il a été surnommé par les gens « le bourreau de 1988 ».

Le peuple iranien a massivement boycotté les élections fictives, qui ont connu le taux de participation le plus bas jamais enregistré, même avec des décomptes officiels extrêmement gonflés.

Conclusion:

Khamenei et son régime sont dans une impasse mortelle et ne peuvent pas résoudre les crises croissantes au pays et à l’étranger.

Ni Raïssi ni une arme nucléaire potentielle ne peuvent sauver le régime car la population rétive n’accepte pas le régime.

La stratégie de Khamenei consistant à utiliser Raïssi comme croque-mitaine s’est lamentablement retournée contre lui alors que les manifestations en Iran se rapprochent de plus en plus de leur objectif, un changement de régime pour la liberté et la démocratie. La politique de Raïssi a été un désastre sur le front économique, car la mauvaise gestion, l’incompétence et la corruption ont conduit à une économie en plein effondrement et à une crise environnementale catastrophique, notamment des pénuries d’eau, des inondations et d’autres calamités.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe