dimanche, janvier 29, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsDes images de la prison d'Evine confirment l'aggravation de la répression en...

Des images de la prison d’Evine confirment l’aggravation de la répression en Iran

L’Associated Press a rapporté lundi avoir reçu des images de surveillance de la prison d’Evine d’un collectif de piratage anonyme, ainsi qu’un message expliquant le but recherché de la fuite. Parmi les images figuraient des images montrant des gardes de la salle de contrôle d’Evine réagissant à la cyberattaque par laquelle les pirates avaient obtenu l’accès aux caméras et aux données informatiques de l’installation.

Selon les communications reçues par l’AP, les pirates ont copié des données représentant des centaines de giga-octets et en ont conservé une grande partie pendant des mois avant d’en diffuser une quantité aux médias à la suite de la prestation de serment d’Ebrahim Raïssi en tant que nouveau président du régime.

Les images d’Evine visaient à attirer l’attention sur les conditions pénitentiaires sombres en Iran, en particulier pour les prisonniers politiques. Raïssi a des antécédents d’abus, notamment une participation de haut niveau au massacre de 30 000 prisonniers politiques au cours de l’été 1988.

هک سیستم کامپیوتری زندان اوین

Les images couvrent une période où Raïssi était encore en charge de la justice, avant d’être confirmé en tant que président du régime. Il a été désigné comme le plus haut responsable de l’application des lois du régime en 2018 par le guide suprême des mollahs Ali Khamenei, puis a pris ses fonctions en mars 2019. En novembre de la même année, il a eu une occasion unique d’aggraver son héritage de violations des droits humains en supervisant la répression du soulèvement national qui a éclaté dans près de 200 villes et villages.

La répression a entraîné une nouvelle vague d’emprisonnement politique, avec au moins

12 000 personnes détenues dans les premières semaines suivant le déclenchement des troubles. Un rapport ultérieur d’Amnesty International a clairement indiqué que nombre de ces personnes arrêtées avaient été soumises à des tortures systématiques pendant plusieurs mois, alors que la justice de Raïssi tentait d’obtenir des aveux forcés et préparait le terrain pour des poursuites à motivation politique, notamment pour des charges passibles de la peine de mort.

Fidèle à sa réputation de « bourreau de 1988 », Raïssi a longtemps été l’un des principaux partisans de la peine capitale et, à ce titre, il a supervisé une exécution accrue des peines de mort pendant la période où il était chef du pouvoir judiciaire, par rapport à une période équivalente durant les années précédentes.

En 2019, au moins 281 personnes ont été pendues et en 2020, le nombre était d’au moins 251. Ces statistiques ont aidé à maintenir l’Iran, sous le régime des mollahs, en tant que nation avec le taux d’exécutions par habitant le plus élevé.

Au cours des huit premiers mois de 2021, au moins 220 prisonniers ont été exécutés, et plus de 60 de ces meurtres ont eu lieu depuis « l’élection » de Raïssi. L’accélération montre que l’influence de Raïssi sur le climat répressif du régime ne fera qu’augmenter à la direction de l’exécutif. Le remplaçant de Raïssi en tant que chef du pouvoir judiciaire, Gholamhossein Mohseni Ejei, a son propre héritage notoire d’atteintes aux droits humains, notamment son implication dans l’assassinat de dissidents et d’intellectuels dans les années 1990.

La fuite de données de la prison d’Evin promet d’être une source de nouvelles informations sur l’état général de cet établissement.

Parmi les images partagées par l’Associated Press figurent celles qui montrent des prisonniers entassés dans des cellules individuelles, sans masques et sans procédures de quarantaine préalables. Les images de prisonniers blottis sous de fines couvertures soulignent le fait que les conditions froides et insalubres d’Evine et d’installations similaires présentent un risque pour la santé des détenus dans des conditions normales, sans parler d’une pandémie mondiale.

De nombreux exemples précis de ce risque ont été mis en évidence par des défenseurs des droits humains et des militants iraniens ces derniers jours. Mercredi dernier, par exemple, Iran Human Rights Monitor a rapporté qu’un prisonnier politique du nom de Khaled Pirzadeh avait été testé positif pour Covid-19 dans la prison Sheiban d’Ahvaz, et avait finalement été placé en quarantaine après avoir été maintenu parmi d’autres prisonniers pendant des jours tout en montrant symptômes.

La courte période entre le transfert de Pirzadeh et son infection soulève des questions quant à savoir s’il a été délibérément mis en danger en guise de punition pour son activisme médical antérieur.

Les versions du piratage de la prison montrent que les coups, la négligence et d’autres formes de mauvais traitements se sont intensifiés, ils montrent que les violations des droits humains sont des caractéristiques permanentes des prisons iraniennes, en particulier dans les quartiers politiques.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe