jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsCrise de la COVID-19 en Iran : Les médias officiels reconnaissent les...

Crise de la COVID-19 en Iran : Les médias officiels reconnaissent les procédures cruelles du régime

La crise de la Covid-19 en Iran s’aggrave de jour en jour, et « il semble qu’une plus grande tragédie soit à venir avec une autre grande vague de Covid-19 dans le pays », selon le quotidien officiel Setar-e Sobh le 11 août.

L’Iran est « confronté à la tragédie du massacre de ses citoyens par le dangereux coronavirus. Des centaines d’Iraniens perdent la vie chaque jour à cause des manquements et des méfaits du [régime]« , selon le quotidien officiel Jahan-e Sanat dans sa parution du mercredi 11 août.

Alors que les responsables du régime tentent de rejeter la responsabilité de l’aggravation de la crise de la Covid-19 sur la population ou les sanctions internationales, les médias officiels reconnaissent que la politique cruelle du régime en matière de coronavirus est la véritable raison de la situation actuelle. Selon le quotidien Jahan-e Sanat, « depuis le début de l’épidémie de Covid-19, le processus de gestion de ce virus en Iran a été confronté à l’incroyable inefficacité [des autorités]. »

Les grandes manifestations iraniennes de novembre 2019 ont ébranlé les fondements du régime. Alors que le régime a pu réprimer les manifestations en tuant au moins 1500 personnes et en arrêtant plusieurs milliers. Pourtant, les manifestations ont éclaté en moins de deux mois lorsque le régime a abattu un avion de ligne ukrainien. Ainsi, les mollahs ont compris qu’ils étaient incapables de contrôler la société rétive. Ils avaient besoin d’un sauveur, et ce sauveur était le Sras Cov 2.

Le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, a qualifié ce virus de test et de bénédiction, et par l’inaction, l’interdiction des vaccins et la tromperie, Khamenei et son régime ont utilisé l’épidémie de Covid-19 pour contrôler momentanément la société rétive de l’Iran.

La Résistance iranienne a révélé la politique cruelle du régime depuis le début de l’épidémie en Iran. La situation a atteint un tel point critique que les médias officiels reconnaissent comment le régime a créé et aggravé cette crise.

« Le gouvernement d’Hassan Rohani a exhorté les Iraniens à ne pas aller au travail et à éviter de faire du shopping. Ils ont dit au peuple de rester à la maison, de porter des masques et d’utiliser des désinfectants. Pourtant, ils ont refusé d’expliquer que la plupart des gens qui sont sous pression depuis deux ans en raison du chômage endémique et de la récession et qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts pourraient arrêter leur travail« , a reconnu le 11 août le journal officiel Jomleh.

« Les citoyens, malgré de nombreux problèmes, ont finalement coopéré avec le groupe de travail Covid-19 au cours des premiers mois et ont enduré toutes les pressions financières. Mais le gouvernement a tardé à lancer la vaccination générale qui avait commencé dans les autres pays du monde. Les responsables du ministère de la Santé ont parlé d’immunité collective et ont refusé d’aider l’entreprise« , ajoute le journal Jomleh.

« Les jours et les mois ont passé, et le monde a commencé à produire des vaccins. Certains vaccins ont également reçu des certificats internationaux, et leur production de masse a commencé. L’Organisation mondiale de la santé a créé le COVAX pour faire face à la vaccination mondiale. Pourtant, les responsables n’ont pas pris les mesures nécessaires pour se procurer des vaccins, et s’ils l’ont fait, nous ne l’avons pas vu« , a reconnu le quotidien Jomleh, avouant le refus du régime de se procurer des vaccins.

« Ces derniers mois, de nombreux pays, dont la situation était pire que la nôtre, ont pu réduire le nombre de décès et contrôler la pandémie grâce à une vaccination générale. Mais nous avons rejeté le leadership scientifique du monde. Comme nous ne pouvions pas le remplacer, nous avons prétendu avec l’illusion que nous pouvions produire des vaccins. Aujourd’hui, moins de six pourcent de notre population a reçu deux doses de vaccins« , a écrit le quotidien Jomleh, reconnaissant le plan criminel du régime pour produire le soi-disant vaccin national.

Khamenei et les institutions financières étaient derrière la production de ce vaccin. Ainsi, ils ont reçu des budgets astronomiques pour la soi-disant production de vaccins et ont encore spolié les richesses du pays.

« Lorsque le monde a annoncé l’existence d’un nouveau virus, nous l’avons nié. Lorsqu’ils ont mis en garde contre son danger, nous n’avons fait que donner des recommandations à la population. Lorsque le monde a annoncé qu’il avait commencé la production massive de vaccins et nous a demandé de nous inscrire pour recevoir des vaccins, nous sommes restés les bras croisés. Nous nous sommes moqués des pays présentant des taux de mortalité élevés. Le temps a passé, et aujourd’hui le monde nous pleure parce que nous n’avons pas réussi à contrôler ce virus et que nous n’avons pas d’espoir de réussite. Aujourd’hui, ces mêmes pays sont revenus à des conditions presque normales, et le nombre de décès n’est pas élevé. Les personnes vaccinées ne mourront pas si elles contractent le Covid-19. Mais nous continuons à passer d’un pic et d’une vague de Covid-19 à une autre avec des pertes massives », a souligné le quotidien Jomleh.

Iran regime’s vaccination scam - December 2020

« Aujourd’hui, comme de nombreux experts l’avaient prédit, la situation a atteint un point où même certains médicaments, comme le fluide-IV et l’oxygène, ne sont pas disponibles, et le coût du traitement est élevé. Les pannes d’électricité perturbent les dispositifs et les équipements médicaux, et nous approchons de la mort quotidienne de 600 personnes. Pourtant, certaines autorités n’assument pas leurs responsabilités et continuent de faire des promesses creuses », a relevé le quotidien Jomleh. Le régime poursuit sa politique cruelle de gestion de la Covid-19.

Malgré les efforts du régime et le nombre croissant de morts, le régime n’a pas réussi à contrôler la société iranienne rétive, et les récentes manifestations en sont la preuve.

En fait, en prolongeant sa politique cruelle de gestion de la Covid-19, le régime accroît la haine de la société envers les mollahs et leur rôle destructeur.

« Nous sommes confrontés à un phénomène d’accumulation de [la colère]. Cette accumulation est un problème et ne tarderait pas à montrer ses effets, provoquant une crise sociale bien plus importante. Nous nous dirigeons vers le chaos », a averti mardi le quotidien Mostaghel.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe