dimanche, février 5, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsCovid 19 : le régime utilise le vaccin à des fins lucratives

Covid 19 : le régime utilise le vaccin à des fins lucratives

Plus de 257600 personnes ont perdu la vie en raison de la pandémie de coronavirus qui se propage à travers l’Iran en raison des politiques néfastes du régime clérical.

Le régime a récemment annoncé un plan permettant aux entreprises privées d’importer des vaccins et de les vendre à la population. Ce sont des sociétés écrans liées aux Gardiens de la révolution (CGRI) ou au guide suprême du régime, Ali Khamenei. Sous le régime des mollahs, l’Iran est le seul pays où la population est vaccinée avec délai et elle doit payer pour une vaccination accélérée.

«Une vaccination payée signifie corruption, méfiance des gens, discrimination, marché noir et autre problème imprévu», a écrit lundi le quotidien public Javan. «Alors que le nombre de victimes augmente chaque jour et que l’encre noire Covid-19 se répand sur la carte de notre pays, le porte-parole du Groupe de travail national pour la lutte contre le coronavirus [NCCTF] parle explicitement de recevoir de l’argent pour changer les priorités», a écrit le quotidien Javan. « Donner la priorité des vaccins pour les riches ne ternira pas seulement l’image de la justice en matière de santé, mais constituera un sérieux obstacle au contrôle de la maladie. »

« Avec ses décisions récentes qui ont créé une situation critique et porté le nombre de morts de moins de 100 à plus de 400, le NCCTF a montré qu’il est plus efficace pour propager la maladie que la contrer. Maintenant, avec sa décision de donner la priorité à la vaccination des personnes riches au milieu de la pandémie amère du siècle, a montré la discrimination et l’inégalité des classes », ajoute l’article de Javan.  «Dans la situation critique actelle, ils pensent à générer des revenus à partir de la peur et de l’anxiété du peuple».

En décembre, le quotidien économique Jahan-e Sanat a reconnu comment le CGRI et Khamenei profitaient du processus de vaccination. «L’Administration des aliments et des médicaments subit de fortes pressions pour approuver les vaccins et les médicaments anti-coronavirus produits dans le pays. Parce qu’obtenir l’approbation du ministère de la Santé signifie un énorme profit pour le propriétaire du médicament », lit-on dans l’article de Jahan-e Sanat.

Khamenei et l’IRGC ont exécuté ce plan par l’intermédiaire de leurs «entreprises privées». L’une de ces sociétés est Barekat Pharmaceuticals Holding Company. La société mère de Barekat détient 60,6% d’Alborz Investment Group, le deuxième plus grand holding pharmaceutique du pays. Les entreprises de ce conglomérat comprennent:

– Société Alborz Pharmaceuticals

– Sobhan Pharmaceuticals Company (fabrique des pilules)

– Société pharmaceutique iranienne

– Société Tolid Pharmaceuticals

– Sobhan Oncology Company – fabrique du Paclitaxel, sous licence de la société pharmaceutique suisse Stragen.

– KBC (importateur)

– Distributeurs Alborz

– Société d’investissement Alborz Ascend

– Compagnie Alborz Balak

– Fabricant pharmaceutique Farabi (17 pour cent)

– Fabricant pharmaceutique Razak (12 pour cent)

– Ati Farmed Company (51 pour cent)

– Société BioSun (20 pour cent)

– Société Alborz-Zagros

Le 8 janvier, Khamenei a interdit l’importation de vaccins certifiés Covid-19. Il avait deux plans: Premièrement, utiliser le nombre croissant de victimes comme un obstacle au soulèvement des population. Deuxièmement, il prévoyait profiter du vaccin dit «domestique». Les manifestations populaires se poursuivent dans tout l’Iran malgré l’épidémie de Covid-19, montrant que Khamenei n’a pas réussi à utiliser ce virus pour contrôler la société. Désormais, avec l’intensification de la crise de Covid-19, les médias d’État mettent en garde contre les réactions négatives de la.

«Cela fait 14 mois depuis l’épidémie de coronavirus, et la population a été forcée de réduire ses contacts et les gens sont isolés. Il suffit de mettre la pression économique, le chômage et l’inflation à côté de ceux-ci pour amener quelqu’un au bord de l’effondrement », a écrit le quotidien national Ebtekar.

Bien sûr, le peuple iranien ne s’est pas effondré; ils agissent pour faire s’effondrer le régime.

«Les responsables ont des opinions divergentes sur des questions telles que le « vaccin », donc les population ne croit à aucun d’eux», a écrit le quotidien Arman, qui a qualifié la haine du peuple envers le régime de «méfiance».

«La propagation rapide des rapports liés à la vaccination générale dans les pays voisins [pour les Iraniens], c’est comme verser de l’huile sur le feu», ajoute l’article d’Arman, soulignant que «la méfiance des population est bien plus dangereuse et plus meurtrière que le Covid-19» pour le régime.