samedi, décembre 10, 2022
AccueilActualitésActualités: FemmesDes militants prennent la parole pour les droits des femmes en Iran

Des militants prennent la parole pour les droits des femmes en Iran

Des militants prennent la parole pour les droits des femmes en Iran

Lors d’une conférence en ligne le vendredi 19 février, des militants et des avocats des droits des femmes de premier plan au Royaume-Uni ont discuté de la situation épouvantable des femmes en Iran et ont demandé au gouvernement britannique et à la communauté internationale de ne pas passer sous silence la violence faite aux femmes par l’État dans le pays.

La conférence a été animée par Mme Dowlat Norouzi, la représentante britannique du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) avec Mme Linda Lee, ancienne présidente de la Law Society d’Angleterre et du Pays de Galles, Lady Val Corbett, militante des droits des femmes de premier plan, et Mme Margaret Owen OBE, directrice des veuves pour la paix par la démocratie, une consultante de l’ONU par les ONG. 

Dans leurs remarques, les intervenants ont condamné le traitement épouvantable des femmes par le régime iranien et ont souligné qu’elles manquent de protection minimale et sont privés de leurs droits fondamentaux, y compris le droit de choisir leurs vêtements.

Le Président du régime iranien Hassan « Rohani est dépeint comme libérale, mais c’est le Guide suprême Khamenei, qui tire les ficelles », Lady Corbett a ajouté : « Depuis que Rohani est arrivé au pouvoir, le Parlement iranien a adopté une loi visant à protéger ceux qui attaquent les femmes à l’acide sous le prétexte de lutter contre le “mal-voilées”. Rohani ne changera pas la situation des femmes en Iran ; il serait naïf de penser cela ». 

Soulignant la persécution systématique des dissidents et des femmes, Lady Corbett a affirmé que « 30 % des 120.000 personnes exécutées par ce régime au cours des trois dernières décennies sont des femmes. Le monde oublie le régime iranien et le traitement déplorable des femmes. En Iran, aujourd’hui, les femmes n’ont pas le droit de se vêtir comme elles veulent, mais sont obligées de suivre un code vestimentaire strict, qui n’a rien à voir avec le véritable islam ».

Margaret Owen en accord avec les propos de Lady Corbett a ajouté : « La terrible violence contre les femmes et les jeunes en Iran est ignoble. Le régime iranien est contre la religion parce que les voyous qui attaquent les femmes à l’acide ne sont pas punis. Ce régime exécute des mineurs et force les filles de neuf ans à épouser des hommes plus âgés. Au moins 73 mineurs ont été exécutés au cours de la dernière décennie, et selon Amnesty International, 160 sont maintenant condamnés à mort. L’Iran a signé les conventions sur les droits de l’enfant, mais ils ne les respectent pas ». 

Linda Lee, l’ancienne présidente de la Law Society d’Angleterre et du Pays de Galles a déclaré : « Les lois en Iran ne sont pas justes, en particulier les lois contre les femmes. Nous devons travailler avec le gouvernement et utiliser notre droit à l’ONU pour forcer le régime de Téhéran à changer son comportement épouvantable. Ce silence complet est honteux. »

Parlant d’autres préoccupations majeures en ce qui concerne le régime iranien, Lady Corbett critiqué la faible position du gouvernement du Royaume-Uni envers Téhéran et a décrit son refus de reconnaître la Résistance iranienne comme honteux. 

« Les sanctions contre l’Iran sont levées après l’accord sur le nucléaire, et tout le monde est désormais à l’aise avec l’Iran notamment parce qu’ils se concentrent sur ISIS. Pendant ce temps, l’Iran arme de nombreux groupes terroristes au Moyen-Orient », a-t-elle dit. 

À cet égard, Mme Owen a déclaré : « Récemment, je participais à un rassemblement avec les Iraniens et les partisans du CNRI à l’extérieur du centre de conférences Queen Elizabeth II à Londres pour protester contre le fait que le ministre des Affaires étrangères du régime iranien Javad Zarif assiste à la Conférence des donateurs de la Syrie. Il représente un régime qui prend part au massacre des civils syriens et qui est au centre du problème. Pourquoi était-il invité à cette conférence ? » 

Mme Owen a également mis l’accent sur les attaques meurtrières par le régime sur les membres du principal groupe d’opposition iranien des moudjahidines du peuple (OMPI) dans le camp Liberty et celui d’Achraf au cours des dernières années et a déclaré : « Personne n’a été tenu pour responsable pour ces attaques. Personne ne sait ce qui est arrivé aux otages d’Achraf, et notre gouvernement n’a pas demandé ce qui s’est passé… Une quelconque opposition au régime est traitée effroyablement. L’Iran sous le régime des mollahs est un État paria. Nous devons nommer et tenir pour responsable les dirigeants, et nous devons leur imposer des sanctions et des interdictions de voyager ». 

Les intervenants ont également fait l’éloge des femmes iraniennes courageuses pour contester la misogynie du régime avec de grands sacrifices personnels. Ils ont fait remarquer qu’il existe un énorme potentiel chez les femmes pour le changement en Iran. Ils ont admiré le travail incroyable accompli par les femmes au sein de la Résistance iranienne, le CNRI, et ont exprimé leur admiration pour Mme Maryam Radjavi pour avoir supervisé des années de lutte contre le régime iranien.

« Le changement viendra des femmes ; les sanctions sont un moyen de faire pression pour le changement, mais les femmes sont le vrai pouvoir pour le changement en Iran. Alors que la journée internationale de la femme approche, je demande instamment aux jeunes femmes occidentales de participer et de soutenir leurs sœurs en Iran, et de faire connaitre leur cause dans les médias sociaux », a déclaré Mme Lee. 

Dowlat Nowrouzi du CNRI a conclu : « Le régime au pouvoir en Iran justifie sa répression brutale des femmes par le biais de lois et de la culture islamiques, qui n’a rien à voir avec l’essence de l’Islam et de la culture du peuple iranien, une des plus anciennes civilisations du monde. Ces lois sont aussi en violation flagrante du droit international. Ce sont des idées médiévales menées par les mollahs misogynes et appliquées à des femmes et des filles à travers diverses forces armées répressives affiliées à Pasdaran (Gardiens de la Révolution).

La communauté internationale, le Royaume-Uni, l’UE, les États-Unis et l’ONU doivent imposer des mesures punitives, y compris des sanctions contre la dictature religieuse au pouvoir pour faire pression efficacement le régime afin d’arrêter les exécutions ; d’abolir ces soi-disant “lois islamiques” inhumaines et se conformer aux lois et conventions internationales ; et de faire une mise à niveau des relations politiques et économiques entre les gouvernements occidentaux et le régime iranien en fonction de l’amélioration de la situation des droits de l’Homme en Iran. »

La conférence en ligne a été diffusée en direct sur le site Web de la Commission des Affaires étrangères du CNRI et twitté en direct avec le hashtags #IranFreedom et # IWD2016.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe