mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsDes affrontements, des blessés et des arrestations d’étudiants à travers l’Iran

Des affrontements, des blessés et des arrestations d’étudiants à travers l’Iran


Journée des Etudiants en Iran – N° 4

Les éléments du régime dans les universités confrontés à des vagues de protestations et d’aversion

Le 7 décembre, pour la Journée des Etudiants, plusieurs universités en Iran ont été le théâtre de protestations et de rejet du régime inhumain des mollahs.

A l’université des Sciences industrielles Charif de Téhéran, les étudiants ont fait capoter le plan du régime d’y amener en secret le tortionnaire en chef Hossein Chariatmadari, représentant spécial de Khamenei au quotidien Kayhan, pour y prononcer un discours. Quand Chariatmadari est arrivé, tous les étudiants lui ont tourné le dos et se sont mis à crier « mercenaire, fous le camp ! » en le huant copieusement.

Avec la haine propre aux tortionnaires de son acabit, Chariatmadari a taxé les étudiants “d’éléments de la sédition” et “de cinquième colonne de l’ennemi” avant d’essayer de poursuivre son discours. Mais les étudiants l’en ont empêché en répliquant à grands cris “l’université a les yeux ouvert et ne supporte pas les mercenaires”, “c’est toi la sédition, c’est toi l’ennemi de cette terre”, “c’est toi la cinquième colonne de l’ennemi, c’est toi l’ennemi de cette terre”.

A la faculté de lettres de Téhéran, les étudiants criaient “A bas la dictature” et “les étudiants préfèrent la mort à l’humiliation”. Ils ont réclamé le renvoi du président de la faculté du nom de Farhad Rahbar, un agent de renseignement.

A l’université Libre de Zanjan (nord-ouest), quand les étudiants ont lancé “les étudiants se battent et refusent l’humiliation”, ils ont été violemment agressés par les agents de Harassat, les services de renseignement du campus, ce qui a déclenché des affrontements. Plusieurs étudiants ont été arrêtés.

A l’université de Tabriz, les étudiants ont célébré cette journée et scandé « A bas la dictature ».

A l’université libre de la ville de Chahr-e-Kurde (ouest), dans l’après-midi, des heurts ont éclaté avec des miliciens du Bassidj. Cinq étudiants ont été gravement blessés et hospitalisés.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 7 décembre 2013

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe