vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsDéputé irlandais : le « régime tyrannique » iranien doit être mis...

Député irlandais : le « régime tyrannique » iranien doit être mis face à ses responsabilités

Le « régime tyrannique » en Iran dirige le pays d’une main de fer, et étrangle son peuple, a affirmé M. Peter Mathews, un Membre du Parlement irlandais

Le « régime tyrannique » en Iran dirige le pays d’une main de fer, et étrangle son peuple, a affirmé M. Peter Mathews, un Membre du Parlement irlandais. Le député Peter Mathews a pris la parole lors d’une conférence à Genève le 18 septembre en marge de la 30ème session du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies.

Extrait des remarques de M. Peter Mathews, Teachta Dála (Membre du Parlement irlandais) :

Je suis très honoré de pouvoir m’exprimer devant cet auditoire remarquable et qualifié. Je viens d’un pays qui est petit et qui compte à peine 5 millions d’habitants. En avril prochain, nous célébrerons les 100 ans de la rébellion qui a conduit à l’indépendance de l’Irlande de l’Angleterre. J’ai évoqué cela, parce que je veux parler de l’Iran qui est un pays merveilleux.

Il est à la base de la fondation d’une civilisation humaine dans le contexte indo-européen. Quelque 75 millions de personnes y vivent, mais le pays est sous le joug d’un régime tyrannique à poigne de fer et au fondamentalisme borné à tous points de vue, qui étrangle la population iranienne. N’est-ce pas honteux de savoir qu’au Canada seulement, travaillent 30 000 médecins diplômés en Iran ? Quelque chose ne va pas quand un pays est dirigé par un régime fondamentaliste déguisé en démocratie parlementaire, dont le chef d’État le Président Rohani, ne fait que ce qu’on lui ordonne.

C’est à nous, des divers pays dont nous venons, de parler franchement, avec des images claires, de la répression que subit un peuple si admirablement vaste. Les intervenants précédents ont parlé des exécutions sommaires. La présomption de culpabilité plutôt que la présomption d’innocence et une administration correcte de la justice. Un exemple microcosmique de cette répression globale peut être trouvé dans ce qui se passe au Camp Liberty.

Ce nom même, paradoxe choquant, est un oxymore. C’est un mur de ciment, de béton armé, planté autour de 3000 personnes arrivées après le massacre du Camp Ashraf et emprisonnées là tandis que les démocraties prétendument sophistiquées des pays occidentaux en parlent sans jamais agir. Elles vont et viennent à des réunions des Nations Unies, de l’Europe etc., et laissent 3000 âmes se faire torturer et tourmenter, privées de soins médicaux, de nourriture, d’installations sanitaires et ignorantes de ce qu’elles ont pu bien faire il y a des années pour mériter leur sort de réfugiées.

Et méritent-elles le statut de souffre-douleur direct et indirect d’un gouvernement véreux ? C’est à nous, dans chacun de nos parlements et dans nos espaces publics, de faire connaître cette histoire et d’arrêter de brasser de la paperasse et des classeurs à levier en utilisant un jargon de comité avec des mots multi-syllabiques compliqués et des paragraphes interminables qui n’ont aucun sens. Nous avons vu la réaction du monde face à un pauvre petit garçon de trois ans rejeté par la mer sur une plage de Turquie. Voyez ce qu’une image, ce qu’une photographie peut faire.

Nous devons utiliser le langage des images en ce qui concerne les 3000 âmes [qui vivent au Camp Liberty] sous des températures de 50°C, sans air climatisé, parce que le gouvernement irakien n’a pas le courage de se montrer décent et de leur offrir rapidement un traitement équitable pour qu’elles puissent sortir leurs familles de ce camp et les mettre à l’abri. Que ce soit en Irak, en Europe, aux Etats-Unis, en Chine ou n’importe où. C’est ça qu’il faut faire. Mais ce pays est défiguré par un régime lâche. Un régime qui ne peut pas répondre à de simples questions de façon directe et honnête. Et c’est pourquoi nous devons continuer à poser des questions de façon simple et directe et à les fixer de manière insistante.

Mais vous avez une grande leader en Maryam Radjavi. Elle a un programme en 10 points pour le futur. C’est quelque chose dont nous devons tous parler.

Merci.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe