samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeDémission du Premier ministre libanais : les craintes du régime iranien

Démission du Premier ministre libanais : les craintes du régime iranien

Démission du Premier ministre libanais : les craintes du régime iranien

Le régime iranien a été pris par surprise par la démission du Premier ministre libanais, qui protestait contre les ingérences du régime iranien au Liban et dans les pays arabes. À la suite de cette démission, les craintes et les inquiétudes du régime iranien peuvent se lire dans les réactions des dirigeants et des médias concernant les confrontations internationales et régionales contre le régime.

Bahram Qassemi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du régime iranien, a exprimé ses inquiétudes : « La démission soudaine de Saad Hariri et son annonce dans d’autres pays n’est pas seulement surprenante, cela reflète aussi son rôle sur le terrain que des gens malicieux ont défini dans la région. »

Hossein Sheikh al-Islam, un conseiller du ministre des Affaires étrangères du régime iranien, a déclaré que cette démission n’était pas pour de bonnes raisons, mais à cause de la pression exercée par les États-Unis et l’Arabie Saoudite pour créer une crise régionale (le quotidien Kayhan, le 5 novembre 2017).

L’article du 5 novembre du journal affilié à l’État, Etemad, reflète aussi les inquiétudes du régime iranien : « La démission de M. Hariri s’inscrit dans la lignée des politiques de création de tensions contre le régime dans la région. L’éventualité de la démission de Saad Hariri est le début d’une série de scénarios au Liban et dans la région qui n’est pas une bonne cause. »

Le journal officiel Entekhab a écrit : « C’est une stratégie qui amoindrit notre pouvoir et le pouvoir de nos alliés régionaux comme l’Irak, la Syrie et le Liban dans la situation fragile de la région. La démission de Saad Hariri semble être le point de départ de cette stratégie dans la région, qui a été précédé d’une punition du congrès contre le Hezbollah et le système (régime). »

Le quotidien dirigé par l’État a ajouté que la démission soudaine de Saad Hariri et les allégations contre Téhéran et le Hezbollah étaient suffisantes pour reconnaître la mise en œuvre d’une stratégie conjointe entre Les Etats-Unis et le gouvernement saoudien pour limiter le rôle du régime (iranien) dans la région à partir du Liban, premier maillon de la chaîne. (Entekhab, le 5 novembre 2017)

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe