dimanche, novembre 27, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeDe nouvelles preuves confirment les liens du régime de Téhéran avec Al-Qaïda

De nouvelles preuves confirment les liens du régime de Téhéran avec Al-Qaïda

De nouvelles preuves confirment les liens du régime de Téhéran avec Al-Qaïda

Un ancien commandant en chef des pasdaran aurait avancé des allégations selon lesquelles Téhéran coopérerait avec Al-Qaïda, selon Fox News.

Le porte-parole des Gardiens de la révolution à la retraite,  Qasemi, a déclaré à Al Arabiya que les pasdaran avaient déployé des soldats infiltrés en Bosnie-Herzégovine pendant le conflit des années 90, sous prétexte qu’ils étaient membres du Croissant-Rouge de Téhéran, un groupe soutenu par l’État.

Cette opération aurait été menée en coopération avec une unité d’Al-Qaïda opérant dans la région, comme l’a confirmé un autre responsable des gardiens de la révolution islamique, ce qui a permis aux deux groupes de s’entraîner conjointement à l’utilisation des armes.

Un rapport des Nations Unies publié en juillet dernier a indiqué que « les dirigeants d’Al-Qaïda en Iran sont devenus plus nombreux ». Le rapport annuel sur le terrorisme publié par le Département d’ État américain a renforcé les évaluations mondiales selon lesquelles non seulement le régime des mollahs permet à Al-Qaïda de mener des opérations internationales à l’intérieur de ses frontières, mais il demeure également « peu disposé à traduire en justice les hauts responsables d’Al-Qaïda qui résident en Iran et a refusé d’identifier publiquement les membres en sa possession ».

En 2017, les documents obtenus lors du raid de 2011 sur le complexe pakistanais d’Oussama ben Laden, chef d’Al-Qaïda, ont finalement été déclassifiés et ont révélé divers cas de coopération entre l’organisation terroriste et Téhéran.

Un an plus tôt, le Département du Trésor américain avait imposé des sanctions à plusieurs agents d’Al-Qaïda qui avaient des liaisons avec le régime de Téhéran ; le Département ayant déclaré plus tôt que Téhéran avait servi de « pipeline principal » pour les ressources et le personnel entre le Moyen-Orient et son centre de l’Asie du Sud en Afghanistan et au Pakistan.

« Depuis près de 30 ans, l’Iran et Al-Qaïda collaborent dans leur guerre contre le Grand Satan, l’Amérique », a déclaré à Fox News John Wood, analyste iranien de longue date sur la question des armes et du renseignement. « A Lavizan, une banlieue de Téhéran, les dirigeants d’Al-Qaïda et ses principaux lieutenants ont été payés, entraînés et ont programmé des attaques contre les États-Unis, avec l’aide de leur héritier présumé, Hamza Ben Laden, le cerveau militaire, Saif al-Adel, et Abdel al-Aziz al-Masri, chef nucléaire d’Al-Qaïda. »

Il a également souligné qu’ « à distance de marche d’un camp d’entraînement supervisé par des formateurs du Hezbollah et de la Force Al-Qods, fréquenté par des membres d’Al-Qaida, des Taliban, ceux du Hamas et du Djihad islamique, ainsi que par le cartel de drogue Los Zetas, les services de renseignements vénézuéliens et cubains, qui mènent leur métier meurtrier, notamment la fabrication de bombes artisanales et le blanchiment de capitaux. »

« Au coin de la rue se trouvent le siège du programme d’armement nucléaire de Téhéran, FEDAT, ainsi que son principal complexe de R&D, le Centre de recherches physiques (PHRC) basé à l’Université Malek Ashtar, et enfin, et non des moindres, les installations souterraines de production d’armes nucléaires », a poursuivi Wood.

Le programme d’armes nucléaires serait dirigé par Mohsen Fakhrizadeh-Mahabadi, un officier supérieur des pasdaran. Ce dernier donnerait également des cours de physique à l’Université Imam Hossein, « qui se trouve juste au coin de la rue, près de l’autoroute Shahid Babaei. Bref, si l’Iran est l’État qui parraine le terrorisme, Lavizan en représente l’épicentre, et al-Qaïda est au cœur du terrorisme », a-t-il déclaré.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe