vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceDe hauts dignitaires britanniques et américains critiquent l’inaction d’Obama sur l'Iran et...

De hauts dignitaires britanniques et américains critiquent l’inaction d’Obama sur l’Iran et le camp d’Achraf

Communiqué de Presse, 4 avril – De hauts parlementaires et responsables britanniques et américains ont critiqué lundi l’administration Obama pour fermer les yeux sur les attaques de l’Iraq contre les membres de l’OMPI, l’opposition iranien, vivant au camp d’Achraf en Irak, et ont exhorté le Département d’Etat à retirer le groupe de sa liste des organisations terroristes étrangères.

L’annonce a été faite lors d’une conférence à la Chambre des Communes. Parmi les intervenant  figuraient : Howard Dean, président du Parti démocrate aux États-Unis (2005-09); Patrick Kennedy, membre du Congrès (1995-2011), Lord Corbett of Castle Vale, président du Comité parlementaire britannique pour la liberté en Iran; la Baronne Boothroyd, Présidente de la Chambre des communes (1992-2000); Lord Howe of Aberavon, ancien ministre des Affaires étrangères et vice-premier ministre ; Lord Waddington, ancien ministre de l’Intérieur; Lord Carlile of Berriew, rapporteur indépendant chargé par le gouvernement des lois anti-terroristes (2001-11);  Lord Dholakia, vice-dirigeant du Parti libéral démocrate; Lord Archer de Sandwell, ancien avocat général, David Amess député, Brian Binley député, Lord Clarke of Hampstead, ancien président du Parti travailliste, la baronne Turner of Camden, ancien vice-présidente de la Chambre des Lords; Jim Dobbin député ; la Baronne Blood ; la baronne Harris of Richmond, vice-présidente de la Chambre des Lords; Hon. Lord Fraser of Carmyllie, ancien Lord Advocate pour l’Ecosse, Lord King of West Bromwich, ancien maire, la Baronne Gibson of Market Rasen, vice-président de la Chambre des Lords, et Dolat Norouzi, représentante au Royaume-Uni du Conseil national de la Résistance iranienne.

Howard Dean, président du Parti démocrate aux États-Unis (2005-09), a déclaré : « Avec le comportement auquel nous assistons au camp d’Achraf, nous voyons que nous avons aidé à installer un gouvernement irakien qui est une marionnette de l’Iran. Une catastrophe humanitaire est en devenir au camp d’Achraf. Il y a 3400 civils non armés engagés dans une résistance non armée. Nous ne pouvons nous permettre d’avoir le sang de 3400 civils sur les mains. Bien plus menaçante est la présence de troupes irakiennes à Achraf. Les Etats-Unis pourraient contraindre le Premier ministre Nouri Maliki de retirer ses troupes d’Achraf immédiatement. Nous serons jugés par l’humanité si nous ne faisons rien à ce propos. »

« Achraf fait partie du gouvernement en exil dirigé par Madame Maryam Radjavi. Nous devons reconnaître le gouvernement-en-exil dirigé par Madame Radjavi (…) Il est choquant que l’OMPI demeure sur la liste terroriste des Etats-Unis. Cela n’a aucune légitimité», a dit Howard Dean.

Patrick Kennedy, membre du Congrès (1995-2011), et neveu du Président John F. Kennedy, a déclaré : « Nous demandons la même dignité pour la population du camp Achraf  que celle que nous exigerions pour notre propre famille  (…) J’ai entendu des gens dire que l’OMPI est terroriste. Je remonte dans l’histoire, quand Nelson Mandela était appelé terroriste. Aujourd’hui, il est le père d’une nouvelle Afrique du Sud. Demain Madame Radjavi sera la mère d’un Iran libre.»

Lord Corbett of Castle Vale, président du Comité parlementaire britannique pour la liberté en Iran, a déclaré: «Il est maintenant urgent et impératif que l’ONU prenne des mesures pour arrêter ce qui s’annonce comme un scandale humanitaire organisée au camp d’Achraf. Il y a eu des attaques répétées, des blessés et des morts causés par les forces de sécurité irakiennes et des agents iraniens contre les habitants sans défense. Dans la nuit du 2 avril près de 30 véhicules blindés BMP et Humvees sont entrés dans le camp, en violation des lois internationales et des Conventions de Genève. Achraf n’est pas une zone militaire et ses résidents sont censés être protégés au titre des garanties de leur sécurité et sûreté données – et sciemment et régulièrement violées – par l’Irak. Le seul moyen d’éviter une catastrophe humanitaire, c’est que la MANUI, avec l’aide des forces américaines, obtienne le retrait des forces armées irakiennes de l’intérieur du camp. Nous attendons de l’ONU qu’elle installe une équipe d’observateurs permanents à la Cité d’Achraf, surveillée par une équipe de l’armée américaine, pour empêcher les attaques sur les résidents semblables à celles de juillet 2009 et janvier 2011. L’ONU doit agir maintenant. »

Lord Archer of Sandwell, ancien avocat général, a déclaré: «Le camp d’Achraf, qui abrite 3.400 membres de l’OMPI en Irak, est considéré par le peuple iranien comme le symbole de la persévérance pour la cause de la démocratie. Achraf est une source d’inspiration, notamment pour les femmes et les jeunes en Iran. Il offre aux Iraniens un symbole pour l’avenir de l’Iran. Depuis février 2010, des agents du renseignement iranien pris en charge par les forces irakiennes font subir des tortures psychologiques aux résidents avec 240 haut-parleurs puissants. L’occupation d’une partie du camp ce week-end par les forces armées irakiennes avec des transports de troupes blindés  BMP et Humvee viole le droit international et les Conventions de Genève. »

Dans un message à la conférence, Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI, a déclaré: « La réponse correcte aux nouvelles circonstances  devrait mener à une politique entièrement différente : s’opposer aux mollahs et affronter les dangers qu’ils posent au peuple d’Iran, à la région et au reste du monde. Cette fermeté ne se traduit pas cependant par une intervention militaire. Cette fermeté signifie plutôt reconnaître la Résistance du peuple iranien (…) Tout ce qui est nécessaire, c’est que l’Occident désentrave la Résistance iranienne. L’étiquette terroriste contre l’OMPI est une de ces entraves. Cette classification discréditée, que la cour d’appel fédérale de Washington a également rejetée, doit être annulée. Les Etats-Unis ne doivent plus bloquer la voie au changement en Iran au bénéfice des mollahs. Un autre obstacle est le blocus, les attaques et les pressions contre le camp d’Achraf [en Irak]. A cet égard, également, les Etats-Unis doivent éviter de violer les lois internationales et assumer de nouveau la protection d’Achraf conformément à leurs engagements. »

Le député David Amess a souligné que sans un changement démocratique en Iran, les mouvements pour le changement démocratique dans d’autres parties du Moyen-Orient risquent d’être détournés par un programme intégriste reflétant l’Iran. « Durant le soulèvement en Iran en 2011, le peuple a exigé un changement complet de régime. Il ne demande pas de réforme de l’intérieur du régime. L’OMPI est le seul mouvement organisé appelant à un changement fondamental en Iran. Le régime redoute au plus grand point l’OMPI car elle est organisée et considérée par le peuple iranien et beaucoup dans la région comme un groupe anti-intégriste. L’étiquette de terroriste collée à l’OMPI est un obstacle majeur au changement en Iran. »

Le député Brian Binley a souligné que l’OMPI avait été réhabilitée au Royaume-Uni et dans  l’UE après que les tribunaux britanniques et de l’Union européenne aient examiné toutes les preuves, y compris tous les éléments de preuve classifiés, dont une grande partie avait été fournie par les autorités américaines et n’aient trouvé aucune preuve pour maintenir l’OMPI sur la liste noire. Ce manque de preuves a également été souligné par la cour d’appel américaine dans son jugement de juillet 2010 demandant à la Secrétaire d’Etat américaine de réviser l’inscription de l’OMPI sur la liste noire. Il n’existe aucune preuve crédible pour maintenir l’OMPI sur la liste noire aux États-Unis, et le groupe doit être retiré et reconnu comme l’opposition viable au régime iranien, a-t-il dit.

Comité parlementaire britannique pour la liberté de l’Iran
Le 4 avril 2011

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe