jeudi, février 9, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafD'anciens hauts responsables américains proposent de se rendre en Irak, en tant...

D’anciens hauts responsables américains proposent de se rendre en Irak, en tant qu’observateurs impartiaux pour le transfert du premier groupe de résidents d’Achraf

Communiqué de presse
7 février 2012
Pour publication immédiate
Contact : Patti Bescript (302) 824-7144

D’anciens hauts responsables américains proposent de se rendre en Irak, en tant qu’observateurs impartiaux pour le transfert du premier groupe de résidents d’Achraf, se réjouissant de la déclaration du HCR sur le camp d’Achraf
Déclaration de l’Ambassadeur John Bolton, du Secrétaire d’État Andrew Card, du Général James Conway, de l’Ambassadeur Dell Dailey, du Sénateur Alfonse D’Amato, du Gouverneur Howard Dean, du Professeur Alan M. Dershowitz, du Juge Louis J. Freeh, de l’Honorable Rudy Giuliani, du Gouverneur Jim Hodges, de l’Ambassadeur Bob Joseph, de l’Honorable Patrick Kennedy, de l’Amiral James « Ace » Lyons Jr, du Colonel Wesley Martin, du Juge Michael B. Mukasey, du Général de Brigade David Phillips, de l’Ambassadeur Mitchell Reiss, du Gouverneur Ed Rendell, du Secrétaire d’État Tom Ridge, de Monsieur John Sano, du Général Hugh Shelton, du Sénateur Robert G. Torricelli et du Général Charles F. Wald :

Nous sommes particulièrement rassurés par la déclaration publiée le 1er février par le bureau du Haut-Commissariat pour les Réfugiés des Nations Unies (HCR) sur la situation des 3400 résidents du camp d’Achraf, en Irak.
Contrairement à des rapports antérieurs suggérant que l’infrastructure et les installations au camp Liberty sont conformes avec les normes humanitaires internationales, le HCR a clairement stipulé que le camp Liberty « est en train d’être mis à disposition pour permettre aux résidents de s’y rendre volontairement et d’y rester sur une base temporaire, en sécurité et dans des conditions décentes ».
La déclaration du HCR a souligné que son rôle a seulement été celui de « conseiller sur les aspects techniques de l’aménagement de l’infrastructure du camp ». L’organisme des réfugiés de l’ONU a également évalué la plus grande importance à la nécessité pour les résidents d’Achraf de disposer de « la liberté de circulation » comme « l’état le plus souhaitable sur le site de la réinstallation ».
Nous sommes extrêmement soucieux de la position officielle du gouvernement de l’Irak stipulant que les résidents d’Achraf n’auront pas la liberté de circuler au camp Liberty. Nous sommes également très inquiets de l’absence du respect de la vie privée pour les résidents, étant donné surtout qu’il y a un millier de femmes parmi les résidents. Nous réitérons notre position constante et répétée que le camp Liberty ne peut être transformé en une prison.
Afin de garantir que les assurances minimales pour la sûreté, le bien-être et le respect de la vie privée des résidents d’Achraf sont apportées, nous pensons qu’un protocole opérationnel doit être développé par le biais d’un dialogue entre les parties concernées, comprenant les représentants du camp d’Achraf et le gouvernement irakien.
Compte tenu de cela, nous, les soussignés, non seulement nous accueillons favorablement la proposition de Madame Maryam Rajavi, la Présidente élue du Conseil National de la Résistance d’Iran, de rencontrer directement des responsables irakiens, mais nous déclarons également être prêts à nous rendre en Irak pour agir en tant qu’observateurs impartiaux dans la première phase de transfert des résidents d’Achraf vers Liberty.
En tant que citoyens américains, nous ressentons le besoin de faire cela pour deux raisons. Premièrement, les États-Unis ont signé un accord avec chacun des individus au camp d’Achraf pour garantir leur sûreté, protection et bien-être. De telle sorte que les États-Unis ont une responsabilité absolue à cet égard. Deuxièmement, en décembre 2008, le gouvernement irakien a donné des assurances écrites au gouvernement des États-Unis qu’il traiterait les résidents du camp d’Achraf humainement et conformément au droit international.
Nous pensons que notre présence pour le transfert et la réinstallation du premier groupe des résidents du camp d’Achraf représente une étape essentielle pour commencer à remplir l’engagement de l’Amérique.