samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceCouverture médiatique dans les pays arabes sur les révélations des activités des...

Couverture médiatique dans les pays arabes sur les révélations des activités des Pasdaran par l’opposition iranienne

Couverture médiatique dans les pays arabes sur les révélations des activités des Pasdaran par l’opposition iranienne à la conférence de presse de Londres

CNRI – L’opposition iranienne a tenu une conférence de presse au parlement britannique mardi afin de révéler les détails du trafic d’armes et de munitions par les gardiens de la révolution (Pasdaran) via les docks au sud de l’Iran vers les pays du Golfe. Ces nouvelles révélations ont eu une couverture médiatique étendue dans les médias internationaux et arabes.

Al Akhbariya, Arabie Saoudite, le 8 mars 2017

Le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a mis au jour le trafic énorme d’armes des Pasdaran, en fournissant des images aériennes et des documents prouvant le rôle des commandants des Pasdaran dans cette activité.

Hossein Abedini a déclaré : « Les preuves que nous possédons ont été obtenues grâce à un réseau de soutien à l’organisation des Moudjahidine du peuple iranien (OMPI) associé au CNRI. Cette nouvelle information a été collectée au sein de l’appareil militaire du régime iranien et des Pasdaran eux-mêmes. Ces documents prouvent que trois compagnies associées aux Pasdaran font passer illégalement des armes au Yémen. »

Qassan Ibrahim, un journaliste arabe à al-Akhbariye, a déclaré : « Le moment où ces informations sont révélées est important, car elles sont données après qu’un nouveau gouvernement américain est entré au pouvoir et l’attitude de l’Occident est en train de changer vis-à-vis de l’Iran. On se rend compte désormais des actions de l’Iran et qu’il existe un laxisme sérieux quand il s’agit de punir Téhéran comme premier soutien du terrorisme. »

Al Arabiya, le 7 mars

Une étude montre que les Pasdaran se sont mêlés d’affaires internes de 14 pays dans la région pendant plus de trois décennies. Cela montre le type et l’étendue de ces ingérences, et le soutien aux groupes terroristes reçu en poursuivant les objectifs expansionnistes de l’Iran.

L’évaluation des activités des Pasdaran montre que l’ingérence de l’Iran, notamment en Irak, en Syrie, au Yémen et au Liban, a augmenté depuis l’accord sur le nucléaire.

Struan Stevenson, président de l’association européenne pour la liberté en Irak, a déclaré : « Les Pasdaran envoient des armes, des munitions et de l’équipement militaire au Yémen et aux groupes se battant comme force mandataires au profit de l’Iran afin de provoquer des divisions au Moyen-Orient. Ceci montre que l’Iran utilise les Pasdaran pour étendre le terrorisme dans la région et il est important que ces forces soient désignées comme terroristes. »

Les preuves comportent une étude complète de l’utilisation des Pasdaran de compagnies-écrans pour diriger 90 docks – 45 % des fondations de l’Iran, avec un revenu annuel de 12 milliards de dollars. Les efforts pour faire passer illégalement des armes depuis l’Iran jusqu’à des pays voisins à des milices associées visent à déstabiliser la région.

L’étude se termine avec des recommandations appelant à prendre des mesures contre les Pasdaran iraniens et plus importants, arrêter les activités liées aux missiles et au trafic d’armes vers des pays voisins et leurs milices, surtout en Syrie et en Irak, selon la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations-Unies.

Alqud al-Arabi, le 8 mars 2017

Le CNRI au Royaume-Uni a lancé un autre appel à la communauté internationale pour placer les gardiens de la révolution iranienne sur la liste de terroristes. Le rapport souligne que les Pasdaran possèdent 12 groupes terroristes dans 12 pays.

L’Iran profite de la lutte actuelle contre Daech en Irak et en Syrie pour suivre ses propres plans et son agenda dans la région.

Al Tagheer, le 8 mars 2017

L’opposition iranienne a dévoilé des informations sur des docks contrôlés par les Pasdaran. Ces informations, fournies pour la première fois par l’organisation des moudjahidines du peuple iranien (OMPI), soulignent le fait que les Pasdaran doivent être placés sur une liste terroriste. L’opposition iranienne a souligné que le temps était venu de tenir pour responsable le régime, car Téhéran avait commis des crimes dans la région, notamment l’exécution de 120 000 dissidents.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe