dimanche, novembre 27, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceConférence des communautés iraniennes dans 20 villes du monde

Conférence des communautés iraniennes dans 20 villes du monde

Conférence des communautés iraniennes dans 20 villes

Soutien aux soulèvements pour le renversement du régime iranien et à l’alternative démocratique, le Conseil national de la Résistance iranienne

A l’occasion de la 30ième anniversaire du massacre de 30 000 prisonniers poilitques en Iran, s’est tenu le 25 août une conférence exceptionnelle en multiplex depuis Auvers avec une vingtaine de villes à travers le monde et en présence de milliers de personnes et des dignitaires européens et nord américains.

Parmi les personnalités présentes à Auvers se trouvaient :
L’ancien membre démocrate du Congrès américain Patrick Kennedy, l’ancienne première dame d’Algérie Anissa Boumedienne, Mgr Jacques Gaillot, le Prefet Yves Bonnet ancien directeur de la DST ou Jean-Pierre Muller maire de Magny en Vexin, Jean-François Legaret maire du 1er arrondissement de Paris, Guy Schmitt maire de Soultz les Bains, François Colcombet magistrat et co-fondateur du comité français pour un Iran démocratique…

Voici le communiqué des Associations iraniennes en Europe: 

Les Iraniens de la diaspora ont commémoré le 30ième anniversaire du massacre des 30 000 prisonniers politiques en 1988 en Iran, lors d’une conférence en ligne en multiplex qui s’est tenue simultanément dans 20 grandes villes et capitales d’Europe et d’Amérique du Nord. Les participants ont déclaré leur soutien au soulèvement du peuple iranien pour renverser le régime et au Conseil national de la Résistance iranienne comme l’alternative démocratique du régime.

Maryam Radjavi, Présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne ; l’ancien membre du Congrès américain, Patrick Kennedy ; des représentants élus européens, ainsi qu’un certain nombre de dignitaires politiques et religieux et de juristes ont participé à ces rassemblements. Les représentants de près de 250 associations iraniennes participant à cette conférence ont tenu des discours, expliquant leurs activités, exprimant les exigences des communautés iraniennes dans le monde entier, déclarant leur soutien à la Résistance iranienne et leur solidarité avec le soulèvement du peuple iranien pour le renversement du régime des mollahs et l’instauration de la liberté et de la démocratie.

Maryam Radjavi a rendu hommage aux 30 000 prisonniers politiques massacrés dans 110 villes. Elle a souligné l’impact exceptionnel des sacrifices consentis par ces héros, ainsi que leur détermination et leur courage dans la bataille qui se déroule ces jours-ci dans les villes iraniennes.

« Les unités de résistance suivent les traces des hommes et des femmes qui ont dit non au régime lors du massacre de 1988 », a déclaré Mme Radjavi. « Aujourd’hui, la principale difficulté des mollahs est d’affronter l’alternative démocratique. Ils essaient désespérément de retarder le développement qui conduirait finalement l’Iran vers la liberté. Mais c’est un rêve irréalisable. Les bouleversements incessants du peuple iranien n’ont laissé aucune opportunité pour la réalisation d’un tel fantasme.

Mme Radjavi a ajouté : « Les soulèvements sont enracinés dans la quête de liberté, de démocratie et d’égalité de notre peuple. La participation à cette conférence de représentants des communautés iraniennes résidant en Europe et au Canada est un exemple flagrant de cette réalité.

L’organisation des associations iraniennes défendant la liberté et la démocratie pour l’Iran et son influence politique, diplomatique et sociale dans divers pays, font partie des moyens de l’alternative démocratique et des atouts du peuple iranien pour la liberté de l’Iran, ce qui est réconfortant et une source d’espoir pour le peuple iranien et en particulier pour les manifestants.

La Présidente élue du CNRI a exhorté le Conseil de sécurité de l’ONU à se préparer à poursuivre les dirigeants du régime, ceux qui sont responsables du massacre de 1988 et les responsables de quatre décennies de crimes contre l’humanité. Elle a réitéré que les espions et agents du régime théocratique doivent être expulsés des pays occidentaux et qu’il faut mettre fin à toutes les relations avec le régime qui profite des ressources diplomatiques pour promouvoir le terrorisme parrainé par l’État, et que ses ambassades doivent être fermées.

Mme Radjavi a ajouté : « Le temps est venu pour la communauté internationale de soutenir le peuple iranien dans son soulèvement contre le fascisme religieux au pouvoir en Iran et de reconnaître sa volonté à changer le régime et à obtenir la liberté. »

Patrick Kennedy a salué les unités de résistance à l’intérieur de l’Iran et a déclaré que le soulèvement iranien d’aujourd’hui était enraciné dans les sacrifices des héros de 1988. Il a déclaré que le peuple iranien a rejeté la dictature du shah et la théocratie des mollahs, et cherche une république libre. Patrick Kennedy a appelé à l’expulsion de tous les agents du régime des mollahs en Europe et aux États-Unis qui opèrent sous différents prétextes. Il a réitéré son soutien à la Résistance du peuple iranien sous la direction de Mme Maryam Radjavi.

Les représentants des communautés iraniennes ont déclaré leur soutien aux soulèvements du peuple iranien pour renverser le régime des mollahs, au rôle inégalé de l’OMPI dans la poursuite des soulèvements, et à l’alternative démocratique, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI). Ils ont également condamné les plans terroristes du régime des mollahs et ses campagnes de désinformation contre l’OMPI afin de préparer le terrain pour des opérations terroristes. Ils ont exhorté les gouvernements européens à adopter une politique décisive contre les activités du régime.

Dix-sept représentants des associations iraniennes de la diaspora ont pris la parole à la conférence mondiale au nom des communautés iraniennes d’Europe et d’Amérique du Nord. Voici les extraits des discours prononcés par les représentants des communautés iraniennes :

Hamid Moasser a déclaré le soutien de l’Union des associations iraniennes en Allemagne au Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) et à l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), pour les sacrifices qu’ils ont consentis, pour leur organisation, pour leur adhésion à leur engagement à renverser le régime, pour leur engagement actif dans les soulèvements, et surtout pour la compétence avérée de leur leadership pendant 40 années de tortures.

M. Moasser a souligné que l’aide de 18 millions d’euros accordée par l’Union européenne au régime des mollahs l’encouragera à réprimer davantage le peuple iranien et à poursuivre ses activités terroristes au Moyen-Orient.

Ancien prisonnier politique, Hamid Moasser est président de l’Union des associations iraniennes en Allemagne, composée de 70 associations iraniennes. Avant de quitter l’Iran, il a été directeur adjoint de l’Organisation pour l’environnement dans la province de l’Azerbaïdjan Occidental.

Hossein Yaghoubi, directeur du Convergence Center for Iranian Immigrants (Centre de convergence pour les immigrants Iraniens) à Stuttgart et principal ingénieur en mécanique dans les entreprises allemandes, a réfuté l’affirmation sur le manque de soutien populaire de l’OMPI en Iran, et a déclaré : « Ces demandeurs savent bien que l’OMPI a des racines profondes dans la société iranienne. Sinon, elles ne se seraient pas profondément ancrées dans le cœur du peuple iranien et de la jeunesse iranienne pendant 53 ans, et n’auraient pas pu offrir 120 000 martyrs pour la liberté du pays. »

Naghmeh Radjabi, porte-parole des communautés iraniennes en Grande-Bretagne, a déclaré : « Le régime des mollahs est désespéré face à la Résistance iranienne et aux soulèvements. C’est pourquoi il lui faut plus que jamais porter un coup à la seule alternative démocratique. Les campagnes de désinformation et la collecte d’informations, en particulier sur les membres de l’OMPI à Achraf 3 (en Albanie) par le recrutement de personnes telles que Daryoush Bazargan, sont destinées à préparer les opérations terroristes contre la Résistance iranienne. »

Azadeh Alemi, porte-parole des associations iraniennes en France, a déclaré : « Les assopciations iraniennes en France et au Luxembourg exhortent les gouvernements de l’Europe et des États-Unis à juger le diplomate terroriste du régime théocratique et les autres espions et agents qui ont été arrêtés, à fermer les ambassades du régime des mollahs et à expulser les diplomates terroristes du régime de leur sol. »

Mahmoud Nobari, porte-parole des associations iraniennes en Belgique, a déclaré : « Les communautés iraniennes en Belgique exhortent l’Allemagne à extrader immédiatement le terroriste Assadollah Assadi afin que gouvernement et le pouvoir judiciaire belges poursuivent et découvrent les détails des autres opérations et réseaux du régime théocratique en Europe. »

Ismail Mohaddes, diplômé en génie civil et porte-parole des communautés iraniennes en Italie, a déclaré : « Si aujourd’hui le soulèvement du peuple iranien et sa Résistance organisée ébranlent les piliers fragiles du régime des mollahs et affectent la politique internationale, c’est grâce à un leadership compétent. Le chef de la Résistance, Massoud Rajavi, parle explicitement et clairement avec des mots distincts. Il fait renaître l’espoir dans le cœur du peuple en leur montrant clairement le chemin vers un avenir radieux. »

Soheila Dashti, diplômée des réseaux sociaux, est la porte-parole des communautés iraniennes du sud de la Suède. S’exprimant depuis Göteborg, Mme Dashti a salué des mesures adoptées par Facebook, Twitter, Google et d’autres sociétés de médias sociaux pour fermer les comptes frauduleux liés au régime des mollahs et a exigé que de telles actions se poursuivent. Elle a également exhorté ces entreprises à fournir des installations techniques au peuple iranien afin qu’il puisse faire entendre sa voix dans le monde entier.

Behrouz Omid, dentiste et porte-parole des communautés iraniennes en Norvège, a déclaré : « Les communautés iraniennes exhortent la Norvège à mettre un terme à son commerce avec le régime des mollahs, à soutenir les soulèvements iraniens, notamment ceux de mes compatriotes courageux au Khouzistan, et à fermer l’ambassade du cruel régime des mollahs à Oslo. »

Manouchehr Forouzandeh, ingénieur en informatique et porte-parole des associations iraniennes au Danemark, a déclaré : « Communiquer avec le peuple iranien est possible en communiquant avec leur mouvement de Résistance vieux de 40 ans et avec l’alternative au régime dirigé par Mme Radjavi dont le plan d’action et le programme symbolisent les aspirations du peuple iranien. »

Plusieurs membres des familles des victimes du massacre de 1988, d’anciens prisonniers politiques, notamment Farideh Goodarzi en Allemagne, dont le frère a été exécuté lors du massacre de 1988, Farzaneh Majidi au Royaume-Uni, qui a perdu cinq membres de sa famille lors du massacre de 1988, Nassrollah Marandi en Suède et Ahmad Hassani au Canada, dont le frère était parmi les victimes du massacre de 1988, ont pris la parole au cours de la conférence en tant que témoins. Ils ont exhorté la communauté internationale à poursuivre les auteurs du massacre de 1988.

Les Associations iraniennes en Europe
25 août 2018

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe