mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeCheney : Les USA vont collaborer avec leurs alliés pour faire barrage...

Cheney : Les USA vont collaborer avec leurs alliés pour faire barrage à l’aventurisme iranien

FOX NEWS, 14 janvier – Les États-Unis vont devenir un rempart contre l’aventurisme iranien dans le monde, a déclaré dimanche le vice-président Dick Cheney, qui a ajouté que l’Iran « pêchait en eau trouble » en tentant de s’installer en Irak.
 
Cheney a affirmé que les États-Unis travaillaient en collaboration avec les Nations Unies pour mettre un frein aux ambitions nucléaires de l’Iran et qu’ils passaient par le Conseil de sécurité de l’ONU pour imposer des sanctions, mais il a ajouté que l’administration américaine désirait prolonger sa présence militaire dans le Golfe et collaborer avec ses alliés pour empêcher l’Iran de créer des troubles dans la région.

 « Tout le monde sait que l’Iran est en train de pêcher en eau trouble, si je puis dire, à l’intérieur de l’Irak », a déclaré Cheney dans l’émission « FOX News Sunday With Chris Wallace ». « Le danger que représente l’Iran est en train de grandir, il est multidimensionnel et constitue en fait un sujet de
préoccupation pour toute la région. »
 
Dimanche, l’armée américaine à Bagdad a annoncé que les cinq Iraniens arrêtés dans le nord de l’Irak la semaine dernière avaient des liens avec la faction iranienne des Gardiens de la Révolution qui finance et arme les insurgés en Irak. Selon l’armée, plusieurs hauts responsables irakiens ont décrit le site où ils ont été appréhendés comme un bureau de liaison iranien, qui n’avait cependant pas le statut diplomatique de consulat.
 
Le gouvernement iranien a nié le fait que les cinq détenus jouaient un rôle dans le financement et l’armement d’insurgés et a affirmé qu’ils devaient être libérés.
 
La secrétaire d’État américaine, Condoleezza Rice, actuellement en Jordanie, a pris la parole samedi depuis Jérusalem pour expliquer que les raids contre des cibles iraniennes en Irak faisaient partie d’efforts plus larges visant à contrer l’agression de Téhéran.
 
Stephen Hadley, conseiller à la sécurité nationale, a ajouté que les États-Unis étaient autorisés à confronter les Iraniens en Irak parce que ceux-ci « mettaient nos compatriotes en danger ».
 
« Nous devons prendre des mesures concernant les actes de l’Iran en Irak », a déclaré Hadley dans l’émission « This Week » d’ABC.
 
« [Le président Bush] a très clairement annoncé que nous prendrions des mesures. Nous allons interdire leurs opérations, perturber leurs voies de ravitaillement et empêcher leurs attaques », a affirmé Hadley.
 
Dans une autre interview, le sénateur John McCain (républicain de l’Arizona) s’est exprimé en faveur de l’approche du gouvernement. « Chacun sait que les Iraniens sont présents et actifs en Irak et qu’ils tentent de nous expulser du pays pour pouvoir réaliser leur vieux rêve d’imposer leur influence au Moyen Orient. Chacun sait cela. S’il y a des Iraniens en Irak qui commettent des méfaits, recherchons-les et arrêtons-les. »
 
Hadley a affirmé que des djihadistes venaient également de Syrie en Irak, mais il n’a pas laissé entendre que les forces américaines traverseraient la frontière irakienne pour poursuivre les Iraniens assistant les insurgés.
 
La priorité est « ce qui se passe en Irak… C’est là que nous allons traiter ce problème », a-t-il dit avant d’ajouter : « Chaque fois qu’il s’agit de traverser les frontières internationales, des questions légales entrent en jeu… Nous avons l’intention d’y répondre en interdisant et en perturbant leurs activités en Irak ».
 
Le vice président a affirmé que la décision de Bush de ne pas suivre les recommandations de l’Iraq Study Group (qui préconisait de chercher avec l’Iran et la Syrie une solution politique en Irak) était la bonne décision, en particulier en raison du rôle de l’Iran dans la fourniture d’engins explosifs improvisés en Irak, de ses efforts pour saper le gouvernement irakien et de ses menaces à ses voisins dans la région.
 
« Si l’on discute avec les Etats du Golfe, si l’on parle avec les Saoudiens ou si l’on aborde le sujet des Israéliens ou des Jordaniens, la région toute entière est inquiète, particulièrement concernant le comportement de M. Ahmadinejad, le président d’Iran, qui a un comportement radical et qui agit comme un homme qui croit en une vision apocalyptique de l’avenir et qui pense que celle-ci est imminente », a déclaré Cheney.
 
« La présence de l’armée américaine là-bas, non seulement grâce à ce que nous faisons en Irak, mais aussi à l’envoi de corps expéditionnaires là-bas, rassure nos amis de la région sur le fait que les États-Unis sont engagés à assurer leur sécurité, que nous sommes très présents dans la région que nous
espérons que cela se poursuive dans l’avenir », a-t-il dit.
 
Cheney a ajouté que l’Iran était un danger pour le reste du monde, car s’il obtenait des armes nucléaires, allait-il tenter non seulement de réaliser le rêve du régime et d’instaurer un empire islamique mondial, mais aussi de contrôler tous les transferts de pétrole dans le Détroit d’Hormuz où plus de 20 pourcent du pétrole mondial transite quotidiennement (soit plus de 18 millions de barils par jour).
 
L’Iran travaille également avec la Syrie pour faire entrave aux efforts de paix dans la région du Moyen Orient et pour soutenir les groupes terroristes du Hezbollah et du Hamas d’un point de vue militaire et financier.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe