lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeBush veut contrer les interférences de l’Iran en Irak

Bush veut contrer les interférences de l’Iran en Irak

Agence France Presse – George W. Bush s’est engagé mercredi à contrer tout soutien venu d’Iran et de Syrie aux insurgés irakiens et a annoncé le déploiement dans la région de missiles anti-missiles pour défendre "les alliés" de Washington et soutenir la stabilité de tout le Moyen-Orient.

Dans son discours sur une nouvelle stratégie américaine en Irak, dans lequel il a annoncé le déploiement de plus de 20.000 soldats supplémentaires, le président des Etats-Unis a affirmé que "le succès en Irak consistera aussi à défendre son intégrité territoriale et stabiliser la région face au défi que représentent les extrémistes".

L’Iran et la Syrie "permettent aux terroristes et aux insurgés de faire usage de leur territoire pour entrer et sortir d’Irak", a accusé M. Bush, en ajoutant que "l’Iran (fournissait) un soutien matériel aux attaques contre les troupes américaines".

"Nous allons interrompre les attaques contre nos forces. Nous allons interrompre le flot de soutien venu d’Iran et de Syrie et nous allons chercher et détruire les réseaux qui fournissent des armes sophistiquées et entraînent nos ennemis en Irak", a promis M. Bush.

Le chef de la Maison Blanche a par ailleurs annoncé que les Etats-Unis allaient déployer des missiles anti-missiles Patriot pour "rassurer les amis et alliés" de Washington au Proche et Moyen-Orient et y "protéger les intérêts américains".

Outre le déploiement d’un groupe aéronaval supplémentaire, le président américain a promis "d’étendre la coopération en matière de renseignement et de déployer des systèmes de défense aérienne Patriot pour rassurer (les) amis et nos alliés".

M. Bush n’a donné aucune précision sur le ou les pays où ces batteries seraient déployées. Les Patriot avaient fait leur apparition pendant la guerre du Golfe en 1991 pour protéger notamment l’Arabie Saoudite et Israël des Scud irakiens.

Il a juste indiqué qu’il comptait travailler avec les gouvernements de Turquie et d’Irak pour les aider à "résoudre des problèmes le long de leur frontière".

"Nous travaillerons avec d’autres pour empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire et de dominer la région", a-t-il encore dit.

Il a par ailleurs assuré aux pays alliés de Washington dans la région qu’une défaite américaine en Irak reviendrait à créer un "nouveau refuge pour les extrémistes" et constituerait "un danger stratégique à leur survie", citant nommément l’Arabie Saoudite, l’Egypte, la Jordanie et les monarchies du Golfe.

"Ces pays ont intérêt à (l’existence) d’un Irak en pays avec ses voisins, et il faut qu’ils soutiennent davantage le gouvernement d’unité nationale irakien", a-t-il ajouté.

"D’Afghanistan au Liban et aux territoires palestiniens, des millions de gens ordinaires en ont assez de la violence et veulent un avenir pacifique et des opportunités pour leurs enfants", a encore expliqué M. Bush, insistant sur le caractère exemplaire de l’Irak à cet effet.

"Ils regardent l’Irak. Ils veulent savoir si les Etats-Unis vont se retirer et laisser le contrôle de l’avenir de ce pays aux extrémistes, ou si nous allons nous tenir aux côtés des Irakiens qui ont fait le choix de la liberté", a-t-il expliqué.

La secrétaire d’Etat Condoleezza Rice doit se rendre au Moyen-Orient vendredi. M. Bush a souligné que sa mission était de s’assurer du soutien à l’Irak dans la région, et de poursuivre les efforts de paix.

Qualifiant le défi d’une paix au Moyen-Orient de "combat idéologique décisif de notre époque", il l’a comparé à une lutte entre "ceux qui croient en la liberté et en la modération", et "les extrémistes qui tuent les innocents et ont déclaré leur intention de détruire la façon dont nous vivons".

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe