lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: EvénementsBernard Kouchner : vous êtes des représentants très qualifiés du peuple iranien,...

Bernard Kouchner : vous êtes des représentants très qualifiés du peuple iranien, mais aussi un espoir dans ce monde incompréhensible

CNRI : La Convention de la diaspora iranienne s’est tenu pour la première le samedi 8 février à Paris. les représentants de plus de 300 associations iraniennes de 18 pays différents se sont réunis pour l’occasion. Ils ont soulevé la nécessité d’une démocratie pour l’Iran, l’amélioration des droits de l’homme  et l’instauration d’un gouvernement laïc. L’invité d’honneur de cette convention était Mme Radjavi la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne.
Parmi les invités étranger, il y avait notamment Bernard Kouchner, ancien ministre français des Affaires étrangères, Patrick Kennedy, ancien membre du Congrès américain, John Bolton, ancien ambassadeur américain aux Nations Unies  et Struan Stevenson, président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Irak et Frances Townsend, ancienne conseillère à la sécurité intérieure de la Maison Blanche.

Voici un extrait de l’intervention de Bernard Kouchner à cette convention :

Mme Radjavi, j’ai beaucoup d’admiration pour vous. Votre ténacité, votre courage, la clarté de vos exposés, la force de ce combat que vous menez depuis tant d’années, me remplissent d’admiration. Bravo madame.

Et puis, j’ai entendu beaucoup de choses de très intéressantes qui témoignent de votre obstination à poursuivre le combat pour la liberté de votre pays. Mais j’ai aussi entendu d’admirables récits des associations qui composent cette convention formidable. La façon dont, dans la diaspora iranienne, on n’oublie pas les gens qui sont au pays. Et au contraire, tout en menant sa vie professionnelle, sa vie familiale, tout en travaillant dans le pays qu’ils ont choisi, où le destin les a poussés, le combat pour la libération de ce pays, tous les jours, est mené par les gens qui sont ici et que j’ai entendus avec beaucoup d’émotion.

Je trouve aussi admirable que Mme Radjavi et les Moudjahidine du peuple arrivent à réunir sur la même tribune des gens qui pensent différemment et qui sont à droite ou à gauche des échiquiers politiques, mais qui arrivent à être d’accord sur la critique fondamentale de ce que l’on appelle l’Iran en ce moment et qui représente si mal l’Iran historique, la place du peuple perse et le rôle qu’il a joué dans la libération des autres peuples.

Je trouve que la proposition de M. Bolton pour prouver que nous n’abandonnons pas, que si même nous négocions, il faudrait donner des preuves de notre soutien à ce peuple iranien que vous représentez, et la proposition de prendre en charge les habitants de Liberty doit être donnée non seulement par les Etats-Unis mais aussi par l’Europe, ce serait une très belle preuve de soutien à votre combat.

Et pourquoi ce combat nous regarde-t-il autant ? Parce que depuis longtemps la France a séparé une fois pour toute les Eglises de la politique nationale. C’est un anachronisme invraisemblable, c’est le Moyen-âge de la pensée. La représentation moyenâgeuse de ce pays qui est un pays moderne et vif, fait mal. Cette théocratie, ne représente même pas le ciel pour ceux qui y croient, ne représente rien d’autre qu’une oppression, des fonctionnaires de l’oppression, des gens qui n’ont absolument pas de pensée théologique particulière, qui sont là pour museler le peuple et qui le musèle et qui l’assassine et qui le torture. Comment peut-on tolérer, quelles que soient les difficultés de la région et les précautions qu’on doit prendre, que ces faux représentants du ciel oppriment les vrais représentants de la terre ?  

Autant je partage cette belle idée de M. Bolton de prendre avec nous et pour les protéger, pour signifier par un geste politique très fort que nous sommes avec  les gens assiégés et sans protection de Liberty, autant je crois qu’il ne faut pas trop critiquer ce qui s’est passé avec le début des négociations, avec l’accord signé à Genève et avec les limites et les précautions nécessaires que l’on doit prendre. Nous avons six mois pour essayer de voir s’il y a une sincérité dans ce qui serait un geste important pour la paix dans cette région, l’impossibilité de fabriquer des armes nucléaires par l’Iran.

Je crois qu’il faut toujours donner une chance à la paix. Dans les exemples qui ont été donnés : l’Irak : les résultats ne sont pas bons, au contraire. Regardez ce que fait M. Maliki. Afghanistan, les résultats ne sont pas bons non plus. Ce n’est pas dans la guerre qu’il y a une solution. Je crois qu’il y a une solution dans l’armement moral et la détermination de la société civile. Et tant qu’il y aura une possibilité même illusoire, même très ténue, très petite ; d’amorcer une paix et un désarmement nucléaire puisque la progression, si les inspections sont autorisées, ne manquera pas d’être visible. Je crois que c’est dans six mois.

Je voudrais pour terminer vous dire que vous êtes certainement des représentants très qualifiés du peuple iranien, mais vous ne représentez pas seulement le peuple iranien. Vous représentez mesdames et messieurs devant moi, un espoir dans ce monde incompréhensible. Vous représentez une résistance, et le mot résistance est un mot superbe. La résistance à l’oppression, l’oppression intellectuelle, à l’oppression religieuse, à l’oppression physique, c’est vous qui la représentez, et nous en aurions besoin dans tout ce Moyen-Orient déchiré. Parce que là je n’ai pas compris le changement politique des Américains. Il y a maintenant l’Iran, l’Irak, la Syrie et le Hezbollah. Ce n’est pas un gros succès de les mettre ensemble. Ce n’est pas un gros succès que de penser qu’après tout ils peuvent devenir pacifiques. Ils ne deviendront pas pacifiques.

Et il y a quelque chose que je voudrais bien qu’on m’explique et qui n’a pas paru dans les discussions ici, c’est qu’il y a aussi mesdames et messieurs, une grande confrontation – est-elle religieuse ? Est-elle sectaire ? Est-elle mélangée de culture ? – entre les sunnites et les chiites. Il y a des ferments de guerre quotidiens et une guerre quotidienne, il faut aussi y penser.

Alors en vous disant que j’ai aussi beaucoup appris quand l’avocat anglais et iranien nous a dit que pour certains d’entre nous, dont j’étais, l’analyse qui a été faite sur les Moudjahidine du peuple et sur le terrorisme dont on les accusait a été une fausse analyse. Mais j’y ai cru moi aussi et je voudrais devant vous, vous demander pardon pour cela.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe