dimanche, décembre 4, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceAudition de la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton sur les priorités de la...

Audition de la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton sur les priorités de la politique étrangère américaine (Iran – OMPI – Achraf)

Commission des Affaires étrangères Chambre des Représentants des Etats-Unis, le 1er mars 2011

Déclaration de Mme Ileana Ros-Lehtinen, présidente de la Commission des Affaires étrangères :
“J’appelle aussi la Secrétaire à la protection américaine des résidents du camp d’Achraf.  Ce sont des opposants iraniens, membres de l’opposition, qui  résident dans cette installation en Irak, que les autorités irakiennes harcellent et auxquels elles font du tort sur l’injonction du régime iranien.”

Le Représentant Brad Sherman : (…) En ce qui concerne une organisation connue sous le nom d’OMPI, la cour d’Appel du District de Columbia a demandé au Département d’Etat de réviser sa décision. Un nombre d’experts respectés en politique étrangère ont dit que l’OMPI devrait être radiée de la liste. C’est la seule chose sur laquelle Howard Dean [ancien président du parti démocrate] et John Bolton [ancien sous-secrétaire d’Etat sous le président Bush] sont d’accord (éclat de rire d’Hillary Clinton), sans mentionner le général James Jones, Bill Richardson et Lee Hamilton récemment. J’avais demandé un briefing classifié de la sous-commission concernée, le Département d’Etat a refusé à cause d’un litige, et c’est la communauté du renseignement qui l’a fait. Et franchement, après ce briefing classifié, j’ai pensé que sans doute que rien n’avait été fait en ce siècle qui justifie la présence de l’OMPI sur cette liste et cela a fourni des munitions substantielles à l’idée que l’OMPI est sur la liste dans le cadre de l’offre de paix ou une concession à Téhéran. Aussi j’espère que, vous réviserez personnellement la décision que la cour a ordonné à votre département de réviser.

Le Représentant Ted Poe: Je crois comme vous profondément que tout un chacun dans le monde entier a ce désir ardent de liberté. Je crois qu’il existe aussi probablement en Iran. Nous avons beaucoup d’Américains ici, qui sont d’origine iranienne, beaucoup d’entre eux ont de la famille au camp d’Achraf, beaucoup d’entre eux ont perdu des parents, beaucoup d’entre eux ont été tués au camp d’Achraf. Ils ont de la famille en Iran et je crois que ces jeunes gens en Iran ont cet esprit de liberté.

J’ai une question dont je ne connais pas la réponse. Les États-Unis à travers l’histoire prennent généralement position en faveur d’un pays pour éventuellement soutenir les rebelles, ou ceux qui veulent s’emparer du contrôle de ce pays. Nous avons pris cette décision en Libye, je crois que l’administration a utilisé ce terme de soutien aux rebelles. Parfois nous le faisons, parfois non. Je pense qu’il n’y a pas de plus grand tyran sur terre que le petit gars dans le désert, Ahmadinejad, avec la façon dont il traite son peuple et qu’il déclare vraiment la guerre à tout le monde. Quand nous arrivons au point où notre pays prend ces décisions, comme nous l’avons fait avec la Libye, quand arriverons-nous au point de lui dire : « il faut partir » ? Nous avons pris cette décision pour la Libye quand allons-nous prendre cette décision pour l’Iran, pour lui dire : « il faut partir »

Hillary Clinton: Je pense que nous devons soutenir ceux qui luttent et se battent pour leur propre liberté dans le pays et nous le faisons pour l’Iran. Mais il est regrettable que ce régime ait exercé une telle oppression contre son propre peuple, ait fait tout son possible pour détruire l’opposition.

Nous soutenons et continuerons à soutenir et ferons entendre bien fort notre soutien, mais nous regardons aussi ces moments, ces charnières de l’histoire où il y a une masse critique suffisante de gens qui sont prêts à défendre leurs droits. Malheureusement, dans de nombreux pays cela a pris longtemps comme en Union soviétique, comme vous le savez, et quand le pays a commencé à bouger, alors nous y étions pour commencer à les soutenir. Nous voyons cela maintenant au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. L’Iran est un cas plus difficile, mais nous allons faire tout notre possible pour soutenir ceux qui veulent la liberté

Permettez-moi de dire aussi, parce qu’il y a eu plusieurs références au cours de l’audience à l’OMPI et je sais qu’il y a de nombreux représentants ici dans le public et que la commission sait bien que le 16 juillet 2009, le tribunal de Washington DC a ordonné au Département d’Etat de permettre à l’OMPI de répondre à des parties non classées du dossier administratif pour le réexamen de l’inscription sur la liste des organisations terroristes étrangères. Donc nous sommes en train de réexaminer l’inscription conformément à la décision de la cour et du droit applicable et ce réexamen résultera dans une nouvelle décision concernant l’inscription de l’OMPI.

Ted Poe: Quand pensez-vous prendre cette décision?

Hillary Clinton : Vous savez, c’est de la procédure, il s’agit de considérations et de réexamens très importants et vous savez que dès que nous le pourrons, nous prendrons cette décision.
 
Ted Poe: J’ai rencontré avec d’autres le Département d’Etat, la CIA et j’ai assisté à des briefings classifiés et j’encouragerais juste le Département d’Etat, sur la base de tout ce que je sais, à prendre cette décision. Je suis celui qui pense bien sûr que nous devons les retirer de la liste. Nous espérons que le Congrès n’aura pas à prendre cette décision et nous espérons le Département d’État le fera. Mais je demanderai si de nouvelles informations arrivent que le Département d’État nous en fasse part dans un briefing classifié afin que nous obtenions cette information.

La dernière question sur laquelle j’allais faire des observations et qui me préoccupe, porte sur les résidents du camp d’Achraf. Ils sont nerveux, leurs proches sont nerveux parce que le temps ne joue vraiment pas en leur faveur, à mes yeux. Comment pensez-vous – juste votre avis – que cela va se passer quand nous serons partis ? Les gens du camp d’Achraf vont être déplacés de la frontière, ils vont aller en Iran, ils vont aller en Europe ? Comment voyez-vous ça ?

Hillary Clinton: D’abord, permettez-moi de dire que nous surveillons très attentivement la situation. Nous essayons d’enquêter sur toutes les affirmations qui sont faites, nous savons que sous notre supervision et notre pression la nourriture et le carburant en quantité suffisante y entrent. Mais nous savons aussi que des provocations constantes existent. Nous sommes donc dans un dialogue quotidien avec le gouvernement irakien et les Nations Unies et nous continuerons à faire tout notre possible pour les protéger.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe