vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireAu deuxième jour des négociations de Genève, la faiblesse des mollahs et...

Au deuxième jour des négociations de Genève, la faiblesse des mollahs et leur besoin d’un accord rapide

CNRI – Le deuxième jour des négociations des 5 + 1 et du régime iranien sur son programme d’armement nucléaire s’est tenu ce 16 octobre et se poursuivra encore deux jours.

Ce mardi, aucune information sur une quelconque avancée des négociations n’a été rapportée.

À la question d’Euronews « qu’attendez-vous du régime de Téhéran ? », Michael Mann, le porte-parole de la chef de la diplomatie européenne, a répondu : « Ce qu’ils doivent faire, c’est de prouver à la communauté internationale qu’ils ne cherchent pas à obtenir l’arme nucléaire. Ce problème doit être résolu dans le cadre d’un accord et il faut que l’Iran autorise les inspecteurs internationaux à le vérifier.» Michael Mann a ajouté : «Depuis l’élection du nouveau président, nous avons entendu beaucoup de choses, mais nous n’avons pas encore vu d’engagements écrits noir sur blanc et avec des détails. Ils savent ce qu’ils ont à faire.»

Araghchi, le négociateur en chef de la délégation iranienne a déclaré pour sa part : «Notre projet est de stopper une crise inutile et d’ouvrir de nouvelles perspectives. » Lors d’une interview avec l’agence de presse gouvernementale ISNA, Araghchi a ainsi résumé la position de l’Iran dans ces négociations : «La reconnaissance du droit de l’Iran à enrichir l’Uranium, la levée totale des sanctions internationales, la mise en œuvre de cet accord dans les plus brefs délais.»

Araghchi n’a donné aucune garantie sur la transparence du programme nucléaire du régime iranien, mais il a réclamé de la transparence de la part de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

Djavad Zarif, le ministre des Affaires étrangères des mollahs a dit : «Un de nos objectifs est d’écourter ces négociations, car la poursuite des négociations au delà d’une durée raisonnable créera de la méfiance.»

Les experts pensent que l’insistance des autorités iraniennes sur la réduction de la durée des négociations traduit leur faiblesse et leur besoin d’arriver le plus rapidement à un accord afin d’atténuer l’impact des sanctions internationales sur l’économie du pays.

«Certains responsables américains pensent que le régime de Téhéran cherche à gagner du temps pour continuer ses activités nucléaires», a rapporté mardi CNN.

Un analyste résume ainsi la situation du régime iranien : « L’économie iranienne est complètement détruite par quatre séries successives de sanctions internationales ; selon les chiffres de la banque mondiale, l’Iran est le pays où il y a le taux d’inflation le plus élevé au monde et certains observateurs estiment que l’Iran connaitra l’année prochaine un tsunami de chômage ; dans de telles conditions, les mollahs auront deux options, soit accepter les conditions qui leur seront proposées, soit faire face à davantage de sanctions auxquelles s’ajoutera la  menace d’une action militaire.»

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe