vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceAnissa Boumediene, écrivain, juriste, ancienne première Dame d’Algérie

Anissa Boumediene, écrivain, juriste, ancienne première Dame d’Algérie

Je voudrais tout d’abord commencer par exprimer toutes mes condoléances attristées à Lady Slynn. Je sais quelle perte la disparition de Lord Slynn représente pour la Résistance iranienne et pour Mme la présidente Radjavi. Et aussi, ne les oublions pas, pour les habitants d’Achraf.

Je voudrais tout d’abord commencer par exprimer toutes mes condoléances attristées à Lady Slynn. Je sais quelle perte la disparition de Lord Slynn représente pour la Résistance iranienne et pour Mme la présidente Radjavi. Et aussi, ne les oublions pas, pour les habitants d’Achraf.

Lord Slynn nous réconcilie avec les idéaux du droit et de la justice. Ce droit qui malheureusement de nos jours sacrifie bien souvent les idéaux de justice. Lord Slynn qui faisait honneur à la Grande-Bretagne, qui en est un digne représentant. Il faisait par ses actes et ses prises de position, honneur à son pays. il est aussi en même temps le digne continuateur de Montesquieu avec son Esprit des Lois, de Voltaire dans l’affaire Callas et de Zola dans l’affaire Dreyfus.

Ce sont des hommes qui ont élevé leurs voix, au-dessus de toute la cacophonie des imbéciles, et Dieu sait s’ils peuvent être nombreux. Lord Slynn a fait preuve de vision. C’est un visionnaire, parce qu’il a compris les dangers auxquels notre monde actuel est confronté.

En effet le régime des mollahs, et je parle en connaissance de cause, étant donné qu’ Algérienne, nous avons eu malheureusement les maquis du Front islamique du Salut, organisation terroriste qui était aussi approvisionnés par le régime des mollahs, donc nous savons où nous allons. Ce régime qui malheureusement est toujours en place méprise tout à fait les valeurs minima de chaque individu et des droits de l’homme.

Grâce à nos amis iraniens, j’ai pu voir de moi-même les films qui étaient consacrés et le triste sort réservé aux opposants du régime iranien, tout simplement parce qu’ils avaient des vues politiques différentes ; ils étaient pendus. On voyait des hommes ou des femmes coupables de ne pas avoir les mêmes opinions politiques que le régime en place, être pendus à des grues et mourir à petit feu. Ou encore le code civil iranien, qui est un exemple de sadisme extraordinaire. Car moi qui suis aussi juriste et spécialiste de l’islam par la même occasion, je défie n’importe quel spécialiste de l’islam de trouver ce qu’on trouve dans le code civil iranien, à savoir en ce qui concerne la lapidation, d’écrire avec précision la taille des cailloux qui ne doivent pas être trop petits pour ne pas tuer les gens et pas trop gros pour les tuer d’un seul coup. Ça n’existe dans aucun livre, ni dans le Coran, ni dans la Sunna, ni dans les livres de Hadith.

C’est ce régime-là que la Résistance iranienne combat justement. Pour un régime qui respecte les droits de l’homme. Lord Slynn a fait partie de ces visionnaires, qui a non seulement défendu le droit et la justice mais qui a compris aussi le danger que faisait courir un pareil régime à notre monde, qu’il soit occidental ou pas.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe