samedi, janvier 28, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceAhmadinejad et son réseau terroriste grandissant à l’étranger

Ahmadinejad et son réseau terroriste grandissant à l’étranger

Par Reza Shafa*

CNRI – Depuis l’arrivée au pouvoir de Mahmoud Ahmadinejad, l’ère révolue où le terrorisme était le seul moyen de propager la «révolution islamique » est revenue.

Le vieux conseil des Affaires étrangères du ministère du Renseignement et de la Sécurité (VEVAK) a refait son apparition.
 
Ahmadinejad a récemment donné l’ordre au VEVAK de réveiller ce département en lui affectant de nouveaux fonds et en lui attribuant la nouvelle tâche de recruter des jeunes, principalement dans les pays du tiers-monde.
 
Dans le passé, les nouveaux membres devaient absolument être de bons musulmans, détail qui n’est plus du tout une priorité aujourd’hui. Les nouvelles recrues doivent simplement être anti-américaines et prêtes à agir contre les intérêts des États-Unis. Par exemple, des individus ont fait le voyage de Somalie vers l’Iran pour un entraînement dans les camps du Corps des gardiens de la révolution iraniens (CGR). Il y avait des non musulmans dans le groupe.
 
Sous le mandat d’Ahmadinejad, la relation autrefois glacée entre le CGR et le VEVAK s’est améliorée de manière spectaculaire. Avant son arrivée au pouvoir, les deux groupes suivaient chacun leur propre programme ; ce n’est plus le cas depuis que le président désire voir le retour de l’implacable visage de la théocratie.
 
Contrairement à Ali Younessi son prédécesseur, Gholam-Hossein Mohseni Eje’i à la tête du VEVAK ne se limite plus à faire des propositions au Conseil suprême de sécurité nationale du régime. Au contraire, toutes les propositions d’opérations secrètes sont supervisées par un bureau spécial, fondé au début du mandat d’Ahmadinejad, sous les ordres du mollah Hossein Merhejazi au bureau central du VEVAK dans le nord de Téhéran. Celui-ci est sous les ordres directs de Khamenei en personne. D’autres agences de sécurité parallèles, comme le bureau du renseignement du CGR, ont toutes des liens avec le bureau de Khamenei.
 
La politique de déstabilisation des pays du monde musulman est soigneusement préparée à l’état-major du CGR à Téhéran, en coordination avec Merhejazi au bureau spécial.
 
Avant Eje’i, le VEVAK ne faisait que collecter des renseignements sur des personnes considérées comme des ennemis et n’avait aucune responsabilité opérationnelle. Tout a changé depuis. Désormais, le VEVAK non seulement collecte des renseignements, mais a aussi pour mission de fournir un soutien logistique pour des meurtres et de provoquer des troubles violents là où le CGR le juge nécessaire, afin de parvenir à ses objectifs.
 
Ce qui suit est un récapitulatif des missions réalisées dans les pays en question :
 
• Repérer les individus locaux ayant la capacité de faire partie d’escadrons de la mort ou de provoquer des émeutes ;
• Une fois choisis, les ambassades du régime dans le pays entrent en contact avec ces individus ;
• Puis, les recrues potentielles sont interrogées de manière informelle par des agents secrets du VEVAK dans ces pays et, sous prétexte de séminaires ou de visites pour apprendre à connaître la République islamique, et sont envoyés en Iran ;
• Une fois en Iran, le VEVAK et la force Qods prennent le relais. Si la personne est désireuse de coopérer, les agents signent un contrat avec elles et les envoient dans un des camps situés dans en banlieue de Téhéran et dans la ville sainte de Qom pour un entraînement complémentaire
 
Le CGR se sert du ministère des Affaires étrangères comme un autre moyen de servir ses objectifs à l’étranger. Le VEVAK, avec son réseau en-dehors de l’Iran, est à la disposition du CGR lorsque le besoin d’informations et de soutien logistique est nécessaire.
 
Actuellement, la plupart des ambassadeurs du régime dans le monde ont été choisis parmi les commandants de la force Qods. Dans les rares pays où les ambassadeurs ne sont pas membres de la force Qods, ils ont pour instruction de suivre les ordres du CGR. Par ailleurs, quelques positions d’influence dans ces pays leur sont réservées.
 
Par exemple, le personnel du CGR envoyé dans les ambassades a pour rôle de collecter des renseignements sur les zones d’alerte de haute surveillance.
 
Ahmadinejad est déterminé à poursuivre ses objectifs à l’étranger au moyen de stratégies terroristes qui ont été pendant une courte période mises de côté par les mollahs.

* Reza Shafa est un expert des réseaux de renseignements du régime iranien, en Iran et à l’étranger. Il a mené des recherches poussées sur le VEVAK, les services secrets du CGR et la force Qods. Il contribue actuellement au site du CNRI.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe