lundi, janvier 30, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafAchraf : une attitude dangereuse du département d’Etat – Howard Dean (CNN)

Achraf : une attitude dangereuse du département d’Etat – Howard Dean (CNN)

CNN, 12 décembre – Une interview d’Howard Dean, ancien gouverneur du Vermont,  et Tom Ridge , ancien gouverneur de Pennsylvanie.

Howard Dean : Je suis content que nous quittions l’Irak parce que je pense qu’on n’aurait jamais dû y aller. Mais en vérité, on laisse un gâchis derrière nous. Nous laissons un premier ministre qui a en gros participé à des crimes de guerre et qui est poursuivi en justice pour cela, nous avons 3400 opposants iraniens sans armes que les USA ont promis de protéger et qui vont probablement se faire massacrer quand nous partirons. C’est un retrait franchement chaotique. Je suis ravi de ce départ mais je ne pense pas que cela va plaire aux Américains quand ils verront ce qu’on y a laissé.

CNN : J’allais vous interroger plus particulièrement gouverneur Ridge sur le camp d’Achraf, pour lequel, je le sais, vous vous préoccupez tous les deux. C’est effectivement une sorte de zone ghetto en Irak et qui est remplie d’Iraniens qui soutiennent le parti de l’opposition en Iran et qui sont durement maltraités. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ? 

Tom Ridge : Eh bien, les 3400 hommes et femmes du camp d’Achraf, qui est situé à environ 80 km au nord-est de Bagdad, ont rendu leurs moyens de se protéger à l’armée américaine en 2003 et 2004. Quand je dis qu’ils ont rendu leurs moyens de se protéger, je veux dire que c’était un groupe de résistance démocratique, qu’ils sont une épine dans le flanc des mollahs et d’Ahmadinejad depuis très longtemps.
Ils ont rendu leurs chars et leurs DCA et leurs pièces d’artilleries, des milliers et des milliers d’armes légères pour se défendre. Le gouvernement américain a promis individuellement à chacun d’entre eux, après leur avoir fait subir un contrôle de sécurité, après avoir déterminé qu’ils ne sont pas terroristes – et ceci dit, depuis, le Royaume Uni, l’Union européenne et un tribunal de Washington ont conclu qu’ils ne sont pas terroristes. Nous leur avons promis de les protéger, d’assurer leur sécurité. Tout allait bien jusqu’à ce qu’on se retire. Depuis lors, le gouvernement irakien, sous la direction du premier ministre Maliki, avec un soutien public vigoureux du régime iranien, a attaqué ce camp deux fois, a tué plus de 40 personnes, a fait des centaines de blessés et a fixé une date pour fermer ce camp à la fin du mois, paradoxalement ou par pure coïncidence, à la date où nos derniers soldats se retireront et ensuite ils vont les déplacer. Je vais vous dire quelque chose, je pense avec Howard que ce déplacement est un prélude à un génocide en terme de droits humains, un de ceux que nous n’avons pas vu depuis longtemps. Ils les déplaceront en Iran, parce qu’un tiers d’entre eux sont des opposants qui viennent déjà des prisons iraniennes, 25% sont des femmes …  Cette administration malheureusement a choisi, quelle qu’en soit la raison, d’ignorer cela. Il s’agit de notre intégrité, de notre parole, de notre promesse, de notre crédibilité.

Howard Dean : J’ajouterai juste ceci. Le FBI a passé toutes ces personnes au crible. Les agents du contre-terrorisme du FBI ont passé au crible toutes ces personnes en 2006. Pas un d’entre eux n’est un terroriste selon notre FBI. C’est révoltant ce qui se passe. C’est une attitude dangereuse du département d’Etat et franchement l’administration a la responsabilité directe de s’assurer que les promesses sont tenues. Nous avons tenu une promesse, et c’est celle de George Bush de nous retirer à la fin de 2011. Nous avons besoin de tenir la promesse faite aux gens d’Achraf. Nous ne devons pas être complices de massacres.

CNN : On dit que le président est non pas faible, mais certainement pas aussi fort qu’il le faudrait avec l’Iran ; un peu en retrait. Nous avons vu ça avec cet incident avec le drone. Nous voyons ce qui se passe avec ce camp. 

Howard Dean: Je crois que ce n’est pas juste. Nous ne le savons pas. Il est aussi possible que nous ayons quelque chose à faire pour faire sauter les installations de combustible solide. Donc nous ne savons pas réellement ce qui se passe en coulisses en Iran et je préfère donner au président le bénéfice du doute. Mais je ne donnerai à personne le bénéfice du doute si 3400 personnes sans armes sont massacrées, alors que nous avons promis de les défendre et que nous n’avons pas tenu notre engagement. Ça je ne le pardonnerai pas.

CNN : Un dernier mot du gouverneur Ridge pour l’Iran. En termes simples, comment le président devrait-il traiter l’Iran ?

Tom Ridge : A chaque fois que nous allons à l’ONU pour obtenir une sanction, ils finissent par construire davantage de centrifugeuses. C’est la seule plus grande entreprise terroriste au monde. Il soutient le Hamas, le Hezbollah. Il est responsable de la mort de nos soldats en Irak et en Afghanistan. Il faut sortir de notre liste des organisations terroristes ces hommes et ces femmes du camp d’Achraf. En prenant le téléphone et en appelant la Secrétaire Clinton, le Président peut dire : « Sortez-les de cette liste. Allez à l’ONU. Faites les protéger par des casques bleus et dites à Maliki qu’il ne va pas fermer ce camp tant que le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés n’aura pas eu la possibilité de tous les examiner. Ils sont tous protégés par la convention de Genève. Ils veulent tous être réinstaller hors du camp d’Achraf.” C’est ce que doit faire le président.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe