jeudi, février 9, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafAchraf : Un combat qui suscite toute notre admiration – député français

Achraf : Un combat qui suscite toute notre admiration – député français

CNRI – « Il faut régler en urgence la question des résidents d’Achraf, nous demanderons au gouvernement français de faire en sorte que toutes les garanties soient données aux résidents d’Achraf et du camp Liberty pour qu’ils puissent d’abord garder la liberté, qu’ils puissent effectivement bénéficier du nécessaire droit d’asile », a déclaré Dominique Lefebvre, député maire de Cergy le 23 juin 2011.

Il s’exprimait à Villepinte devant des dizaines de milliers d’Iraniens venus du monde entier en soutien aux habitants d’Achraf et de Liberty. Il était aux côtés de plus de 500 personnalités politiques, parlementaires et juristes internationales de premier plan venus apporter leur soutien à Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne. Voici les moments forts de son intervention :

C’est pour moi un moment d’émotion, puisqu’il m’est souvent arrivé – ici dans ces grands rassemblements, mais souvent avec mes collègues élus du Val-d’Oise – de participer à vos rassemblements et de vous apporter notre soutien à votre combat. Un juste combat, un combat difficile, un combat qui suscite toute notre admiration par le courage dont vous et les résistants iraniens font preuve, par la ténacité qui est la vôtre.

Jusqu’à présent ce soutien je l’apportais comme maire du Val-d’Oise, aujourd’hui je me joins à Jean-Pierre Michel et à bien des parlementaires socialistes pour vous l’apporter au nom de la représentation nationale. Je crois que dans le nouveau groupe socialiste nous sommes aujourd’hui nombreux à considérer que la France doit retrouver la place qu’elle avait perdue dans le monde, qu’elle doit apporter une parole forte et qu’en particulier, s’agissant de l’avenir de l’Iran, de l’avenir du peuple iranien, du nécessaire retour à la démocratie, du nécessaire arrêt du processus d’élaboration de l’arme nucléaire en Iran ; il faut que la France intervienne là comme ailleurs.

Il appartient aujourd’hui à François Hollande de faire des choix clairs, de faire en sorte que ce qui a pu se débloquer avec votre mobilisation, avec le soutien de nombreux élus, avec le soutien de nombreux citoyens engagés en Europe, puisse se réaliser aux États-Unis. Et puis je veux dire que ce combat que vous menez depuis 30 ans, nous sommes ici nous persuadés que vous le gagnerez. Il n’y a pas de dictature qui ne prenne un jour fin, il faut toujours combattre.

Il faut régler en urgence la question des résidents d’Achraf, nous demanderons au gouvernement français de faire en sorte que toutes les garanties soient données aux résidents d’Achraf et du camp Liberty pour qu’ils puissent d’abord garder la liberté, qu’ils puissent effectivement bénéficier du nécessaire droit d’asile. Et nous le disons nous en France – et en particulier dans le Val-d’Oise – nous sommes tout prêt demain à les accueillir.

Pour conclure, vous dire que c’est maintenant il y a près de 20 ans que je me suis rendu en Iran, j’y avais un ami premier secrétaire de l’ambassade de France. J’y ai découvert un pays superbe, un pays avec une histoire, une culture, des traditions extrêmement fortes. J’y ai rencontré surtout des Iraniennes et des Iraniens de tous âges, subissant ce régime, gardant une capacité de résistance intacte. Et je pense souvent à elles et à eux et j’attends comme vous avec impatience le jour où nous pourrons ensemble retourner en Iran ; parce que les organisations internationales… parce que celles et ceux qui dirigent aujourd’hui le monde et qui ont cette responsabilité politique et cette capacité politique à permettre la fin du régime des mollahs prendront leurs responsabilités.

C’est pour ça que nous sommes là, c’est ce que nous ferons et avec Jean-Pierre Michel je pense que le changement de la politique de la France – qui a été extrêmement néfaste ces dernières années, nous le savons nous dans le Val-d’Oise puisque c’est bien Nicolas Sarkozy ministre de l’Intérieur qui avait lancé à l’époque l’opération contre les Moudjahidines du peuple en France.
Une nouvelle page s’ouvre, nous allons l’écrire ensemble et j’espère que le plus rapidement possible. Nous pourrons nous retrouver ensemble dans un pays qui aura retrouvé la liberté, qui aura retrouvé son identité, ses valeurs, qui aura retrouvé sa dignité ; c’est-à-dire l’Iran libre.