mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafAchraf est une épreuve du refus du compromis avec le Mal –...

Achraf est une épreuve du refus du compromis avec le Mal – Patrick Kennedy

CNRI – « l’épreuve est devant nous aujourd’hui, pas uniquement pour la population du camp d’Achraf, mais véritablement pour toute l’humanité qui sait maintenant ce qui est sur le point de se passer et qui a une option aujourd’hui pour exprimer clairement que nous ne ferons pas de compromis avec le Mal », a clairement indiqué Patrick Kennedy à Bruxelles le 30 novembre.

L’ancien Congressman américain s’exprimait dans une conférence transatlantique, dont il était le modérateur, en défense d’Achraf et contre l’ultimatum du 31 décembre fixé par Bagdad pour fermer ce camp, en déplacer ses 3400 habitants avant de les vouer à un massacre en Iran où il veut les déporter, où dans des coins perdus d’Irak. la conférence accueillait notamment Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, Howard Dean, président du parti démocrate américain (2005-2009), le général Hugh Shelton, chef de l’état-major des armées américaines (1997-2001), John Bruton, premier ministre irlandais (1994-1997)  et ambassadeur de l’UE aux Etats-Unis (2004-2009), Alejo Vidal-Quadras, Vice-président du Parlement européen, Struan Stevenson, eurodéputé prédisent des relations du Parlement européen avec l’Irak, Rita Sussmuth, ancienne présidente du Bundestag, Dirk Claes, sénateur belge et président du Comité belge parlementaire pour un Iran démocratique, et José Bové, eurodéputé français.

Voici les points forts de l’intervention de Patrick Kennedy :

Après la Seconde Guerre Mondiale, nous avons entendu « Plus jamais ça », et combien de fois ces cinquante dernières années avons-nous vu ces atrocités se répéter ? Ce matin, nous avons entendu parler de Srebrenica : tandis qu’à l’époque nous savions que quelque chose allait se produire, le monde n’a rien fait. Puis nous avons entendu parler du Rwanda, et on nous a avertis pour agir, et nous n’avons rien fait.

À présent, l’épreuve est à nouveau devant nous aujourd’hui, et il ne s’agit pas uniquement d’une épreuve pour la population du camp d’Achraf – bien qu’il s’agisse clairement de leurs vies qui sont en jeu – c’est véritablement une épreuve pour toute l’humanité qui sait maintenant ce qui est sur le point de se passer et qui a une option aujourd’hui – par le biais des ministres des Affaires étrangères qui se rencontrent demain et par le biais de la visite de Nouri al-Maliki aux États-Unis le 12 décembre – pour exprimer clairement que nous ne ferons pas de compromis avec le Mal.

Il s’agit d’une épreuve pour nous tous. Ce n’est pas seulement une question de réfugiés iraniens en Irak. C’est une épreuve pour toute l’humanité. Mais n’oublions pas que celle qui est à la tête de cette mission pour protéger ces réfugiés sans défense, celle qui mène l’offensive, est une femme. En opposition totale avec les dirigeants actuels en Iran. Une femme qui s’est démarquée et qui a déclaré qu’elle veut la séparation de la religion et de l’État. Une femme qui veut la liberté et des élections justes ainsi que la démocratie pour son pays l’Iran. Et une femme qui veut des droits égaux pour tout le peuple iranien. Cela devrait être une femme derrière laquelle nous pouvons tous, au sein de la communauté internationale, nous tenir et pour laquelle nous devrions espérer qu’elle ouvre la voie pour un nouvel Iran. Et en raison de son leadership, nous avons pu arriver jusqu’ici.

Mais je veux simplement dire à Madame Radjavi que nous sommes honorés de votre leadership, nous savons qu’il s’agit d’un moment capital, l’heure tourne, nous sommes avec vous. Mais nous savons que des membres de votre famille se trouvent à Achraf, comme c’est le cas de tant de nombreuses personnes dans cette salle. Et vous parlez en tant que parente, vous parlez en tant que dirigeante, et vous parlez en réalité pour tous les peuples libres qui veulent voir ce désastre évité.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe