vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceAchraf, c'est le symbole de la résistance en Iran (Me Paruelle)

Achraf, c’est le symbole de la résistance en Iran (Me Paruelle)

CNRI – Le 25 octobre se réunissait à Bruxelles une conférence internationale de juristes venus parler avec Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, du statut juridique des combattants de la liberté à la Cité d’Achraf, en Irak.

Les opinions juridiques ont su expliquer clairement les droits internationaux qui protègent les Moudjahidine du peuple de la Cité d’Achraf. Me Gilles Paruelle, ancien bâtonnier du Val d’Oise, a choisi de parler des hommes d’Achraf qu’il a rencontrés :

Je crois au droit et je le crois parce que je suis Français, je suis juriste français. Si aujourd’hui Mme Radjavi est parmi nous, c’est parce que le droit a triomphé de la politique, elle peut aujourd’hui se déplacer. Et grâce au travail des avocats français, vous pouvez madame, ainsi que tous ceux qui avaient été mis dans les mêmes conditions que vous, vous pouvez vous déplacer où vous le voulez aujourd’hui. C’est vous dire que le droit prime sur la politique.

Moi j’aimerais vous parler des hommes, de ces hommes d’Achraf que j’ai eu le plaisir de rencontrer, tout comme certains d’entre nous ici à la tribune. Et s’il manque quelque chose cet après midi, c’est peut-être un petit film qui vous montrerait comment se situe Achraf, comment sont les personnes qui vivent à Achraf.

Alors vous auriez vu une grande grille noire et puis vous seriez entrés petit à petit. Vous auriez vu des bâtiments, pas des casernes militaires, des bâtiments tout à fait nombreux qui ont été construits par les gens d’Achraf, qui ont été reconstruits après les bombardements américains et anglais.

Vous auriez rencontré des personnes qui ne sont, je vous l’assure, ni des terroristes, ni des islamistes, ni des personnes qui vont mettre des bombes à droite ou à gauche. Vous auriez rencontré des gens comme vous, des gens comme moi, comme vos enfants, comme vos parents, qui ont fait le choix de la démocratie, le choix de la résistance. Ce ne sont que des résistants.

Ce que je lis ou ce que j’entends à travers des médias, je peux vous dire que ce n’est pas vrai. Les gens qui sont à Achraf, le sont tout à fait librement. J’ai pu, puisque j’ai des clients qui sont là-bas, m’entretenir avec toutes les personnes que je voulais sans aucune difficulté, de quelque nature que ce soit. Les personnes qui sont là-bas, peuvent entrer, sortir, quitter Achraf quand elles le veulent et comme elles le veulent. Je vous assure que il ne s’agit pas, comme malheureusement on a pu l’entendre ces derniers temps, de personnes qui sont maintenues au camp d’Achraf. Ce sont des personnes qui ont fait le choix de résister à Achraf.

On parlait tout à l’heure d’Achraf cité symbole. C’est tout à fait ça. Après avoir été un petit peu une tête de pont de l’opposition iranienne, c’est aujourd’hui un symbole. Et le gouvernement iranien ne s’y trompe pas et ils ne sont qu’une poignée d’hommes, 3500 personnes, ce n’est quand même pas extraordinaire. Eh bien le régime emploie des moyens extraordinaires, je dirais même extravagants pour faire en sorte qu’Achraf disparaisse. Pourquoi ? Parce qu’Achraf, c’est le symbole de la résistance, c’est le symbole de la démocratie et la démocratie bien évidement il n’en veut pas.

Alors je parle de déstabilisation, j’en parle tout à fait facilement puisque j’ai la chance d’être en France, d’habiter à côté d’Auvers-sur-Oise. C’est pour cela qu’on a des liens aussi rapprochés, pas depuis trois ans et demi, mais maintenant depuis plus de vingt ans. Donc je connais bien nos amis de l’OMPI. Je sais bien que ce ne sont pas des terroristes, bien évidemment. C’est tout autre chose que des terroristes.

Mais je sais actuellement quelle est la position du gouvernement iranien qui tente par n’importe quel moyen de déstabiliser cette résistance qui est parfaitement modérée. C’est une déstabilisation qui est effectuée bien évidemment auprès de nos propres gouvernements. C’est une déstabilisation au niveau des familles des résidents d’Achraf. On leur indique que leurs enfants, que leurs parents, sont maintenus de force à Achraf, ce qui est totalement faux, qu’ils sont mutilés, qu’ils sont emprisonnés et qu’ils sont torturés. C’est un petit peu la politique du « on dit des autres ce que l’on fait ». Et puis c’est aussi la déstabilisation vis-à-vis de la résistance elle-même à Auvers-sur-Oise au travers de manifestations organisées par les services secrets iraniens à coté même du lieu où se situe la résistance à Auvers-sur-Oise.

Donc, c’est une action de déstabilisation qui est très forte et qui fort heureusement n’est pas trop relayée dans les médias et à laquelle il faut faire très attention. Moi-même, comme nous tous qui participons à l’aide juridique de nos amis de l’OMPI, nous recevons régulièrement toutes ces brochures, ces vidéos, contre la résistance. C’est vous dire que le gouvernement iranien prête une grande attention à tout ce que fait la résistance et c’est très bien que ça corresponde au véritable parti politique qui pourrait les remplacer.

Alors je vous parlais donc des hommes, je vous parlais d’Achraf. J’ai eu plaisir tout à l’heure d’entendre un nouvel interlocuteur de Norvège interpeller et saluer nos amis d’Achraf. Je ne termine jamais une intervention, en ce qui me concerne, sans avoir une parole émue pour tous ceux que j’ai rencontrés, pour tous ceux avec lesquels j’ai vécu en parfaite harmonie. Ils ont une petite place dans mon cœur et j’espère qu’après mon intervention, ils auront une petite place dans le vôtre.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe