mardi, décembre 6, 2022
AccueilUncategorizedLes pourparlers de Vienne se poursuivent sans résultat, ce qui accroît la...

Les pourparlers de Vienne se poursuivent sans résultat, ce qui accroît la pression sur le régime iranien

Les pourparlers de Vienne se poursuivent sans résultat, ce qui accroît la pression sur le régime iranien

Le scepticisme à l’égard d’une éventuelle relance de l’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran a continué de croître mardi, alors que le chef de l’organisme de surveillance nucléaire des Nations unies a accordé une vaste interview à l’Associated Press dans laquelle il a réitéré ses inquiétudes quant au refus de Téhéran d’honorer ses engagements ou de faire preuve de transparence sur ses activités passées et en cours. Le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique, Rafael Grossi, a profité de cette interview pour avertir Téhéran qu’il n’y a « aucun moyen de contourner » la coopération avec les observateurs internationaux s’il veut avoir un espoir d’obtenir un allègement des sanctions ou de gagner un semblant de « respect » de la part de la communauté internationale.

The world has a “blurred image” of Iran’s nuclear program, IAEA chief warns

Avant que les sept parties au Plan d’action global conjoint (JCPOA) ne reprennent les négociations à Vienne fin novembre, M. Grossi a répondu aux questions d’un groupe de réflexion de Washington et a avoué qu’il pensait que ce serait une bonne idée de censurer le régime iranien pour ses provocations nucléaires. À l’époque, le régime et l’AIEA s’efforçaient de résoudre les problèmes liés au manque d’accès des inspecteurs aux caméras de surveillance et aux équipements de contrôle des installations nucléaires iraniennes. À ce jour, ces problèmes n’ont pas été résolus, malgré les accords conclus par M. Grossi avec le régime, qui ont ensuite été rompus par Téhéran.

En février, les responsables de l’AIEA ont été coupés de l’équipement en question, mais Téhéran a promis de conserver les données et de les divulguer à condition que le JCPOA soit restauré et que les États-Unis aient levé les sanctions contre les entités du régime. Cette promesse a finalement été remise en cause lorsque l’équipement a approché d’une date limite de maintenance, nécessaire pour garantir que les données puissent encore être enregistrées et conservées. Alors que M. Grossi a réussi à conclure un accord permettant ostensiblement aux inspecteurs d’effectuer cette maintenance, Téhéran n’a jamais accordé l’accès au site TESA de Karaj, qui fabrique des centrifugeuses d’enrichissement nucléaire.

En raison de cette obstruction persistante, il n’y a pas eu de surveillance vidéo de ce site depuis plusieurs semaines, ce qui laisse un vide permanent dans les connaissances de la communauté internationale sur les activités nucléaires de Téhéran. Dans l’interview accordée à l’AP, M. Grossi a décrit cette situation comme contribuant à une « image floue » et à une « illusion » qui ne représente certainement pas correctement l’état actuel de la progression de l’Iran vers la « rupture » de la capacité d’armement nucléaire.

M. Grossi a également rejeté une explication que le régime n’avait offerte qu’après la reprise des pourparlers de Vienne, concernant son refus de réinstaller les caméras d’un TESA Karaj. Les responsables du régime des mollahs affirment maintenant, sans preuve, qu’une ou plusieurs de ces caméras ont pu être piratées, mais Grossi a qualifié cette spéculation de « tout simplement absurde ».

Son commentaire souligne la duplicité du régime et ses tentatives de dissimuler le fait que ses propres activités illicites ont causé les dégâts dans cette installation.

Jeudi, la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, a prévenu que le cycle actuel de négociations représentait la « dernière chance » de Téhéran de s’engager sérieusement dans le processus de résolution. Lundi, des diplomates représentant la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne ont déclaré conjointement que le JCPOA était sur le point de devenir une « coquille vide », à moins que des « progrès rapides » ne viennent compenser la conduite de l’Iran au cours de la semaine de négociations précédente.

European officials: Last chance for Iran to return to nuclear deal

Lorsque ces négociations ont repris après une interruption de cinq mois, elles ont été marquées par des déclarations de responsables du régime qui ont insisté sur la suppression immédiate et complète de toutes les sanctions américaines avant même que les discussions ne portent sur la question de l’annulation par le régime des innombrables avancées illicites de son programme nucléaire. Les déclarations en question représentent l’extorsion nucléaire du régime qu’il a adoptée au cours des six sessions précédentes des pourparlers de Vienne – un fait qui a été souligné mardi lorsque Grossi a déclaré à l’AP qu’il y avait un changement « palpable » dans la conduite de Téhéran après la transition présidentielle de juin, qui a porté au pouvoir Ebrahim Raïssi.

L’administration Raïssi s’en tenait toujours à ses exigences d’accélération, mardi, lorsque son principal délégué aux pourparlers de Vienne, Ali Bagheri Kani, a repris l’avertissement du Royaume-Uni et déclaré que les signataires occidentaux du JCPOA faisaient face à leur « dernière chance » de sauver l’accord. « Ces sanctions ont été imposées sous les administrations Obama, Trump ou Biden », a-t-il déclaré, suggérant que la faiblesse de l’approche des gouvernements occidentaux a enhardi le régime à avoir une telle exigence.

Le secrétaire d’État de M. Biden, Antony Blinken, était en Indonésie mardi, mais a parlé aux journalistes de la situation liée aux pourparlers de Vienne. Conformément aux avertissements précédents concernant les autres options sur la table, M. Blinken a déclaré que les États-Unis préparaient activement d’autres plans d’action, dans l’espoir que Téhéran ne présente pas de propositions plus réalistes pour rétablir le JCPOA.
Les responsables occidentaux doivent savoir que Téhéran joue avec eux afin de gagner du temps et de poursuivre son programme nucléaire clandestin. Le régime des mollahs exploite la politique de « complaisance » actuelle pour faire chanter la communauté internationale. Cette dernière doit mettre un terme à cette approche faible en imposant des sanctions au régime. La théocratie au pouvoir en Iran ne comprend que le langage de la fermeté, toute action plus flexible ne ferait que permettre à Téhéran de poursuivre ses activités malveillantes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe