dimanche, décembre 4, 2022
AccueilUncategorizedL'accord Iran-Chine ne peut pas sauver les mollahs

L’accord Iran-Chine ne peut pas sauver les mollahs

L'accord Iran-Chine ne peut pas sauver les mollahs

Après une grande fanfare sur sa politique de «Regard vers l’Est», le régime iranien a finalisé le mois dernier son programme de coopération de 25 ans avec la Chine. Les responsables du régime se sont vantés de ce programme comme d’un accord « gagnant-gagnant », mais lorsque la poussière est retombée, il est devenu évident que cet accord honteux était beaucoup de bruit pour rien.

L’histoire contemporaine de l’Iran est remplie de traités méprisables signés par des dictatures, comme le « Traité de Turkmenchay » de la dynastie Qajar avec la Russie tsariste. Mais le récent accord de Téhéran avec la Chine, mettant aux enchères la richesse nationale à un pays étranger, a surpassé tous les autres accords antipatriotiques des dynasties Qajar et Pahlavi.

Qu’est-ce que le programme de coopération iranien sur 25 ans avec la Chine ?

Selon un article du New York Times, juillet 2020, l’accord Iran-Chine « étendrait considérablement la présence chinoise dans les banques, les télécommunications, les ports, les chemins de fer et des dizaines d’autres projets. En échange, la Chine recevrait un approvisionnement régulier de pétrole iranien au cours des 25 prochaines années à prix réduit.

En outre, l’accord donnera à la Chine un pied au Moyen-Orient sous prétexte d’approfondir la coopération militaire, comme la formation et les exercices conjoints, la recherche militaire collaborative et le développement d’armes.

Selon le Times, l’accord a été finalisé en juin 2020, mais Téhéran ne l’a pas rendu public jusqu’à présent.

Le premier objectif du document de coopération Iran-Chine est de fournir à la Chine l’énergie dont elle a besoin. Cette partie du document indique que le gouvernement chinois deviendra un importateur régulier de pétrole iranien et espère que l’Iran répondra aux préoccupations de la Chine concernant le retour sur investissement dans son secteur pétrolier. En retour, la Chine « prête attention » à la bonne utilisation par l’Iran des ressources financières provenant de la vente de pétrole à la partie chinoise.

En d’autres termes, alors que Téhéran est obligé de vendre du pétrole à un prix bien inférieur, Pékin ne ferait que « faire attention » sans donner quoi que ce soit en retour. Ainsi, la Chine n’a aucun « engagement » à payer le pétrole acheté à l’Iran ou à le dépenser comme le veut le régime iranien.

Compte tenu des sanctions américaines contre le secteur pétrolier du régime, l’Iran doit fournir le pétrole brut nécessaire à la Chine pendant 25 ans. En retour, Téhéran pourrait utiliser les revenus pétroliers selon une méthode approuvée par Pékin, notamment en important des marchandises de qualité médiocre de Chine.

L’accord de coopération Iran-Chine de 25 ans permet à la Chine d’opérer dans le secteur du génie civil iranien. L’un de ces cas est l’autorisation de construire le réseau ferroviaire national de l’ouest-est de l’Iran, qui n’est pas connecté actuellement. La Chine construira également un chemin de fer de « pèlerinage » en Iran qui reliera le Pakistan à l’Irak et à la Syrie via l’Iran. En d’autres termes, la Chine renforce sa présence dans les quatre pays tout en dévorant les ressources naturelles de l’Iran et en accédant facilement aux quatre.

Selon ce plan, le régime confie le développement de la côte du Makran dans la province du Sistan et du Balouchistan à la Chine, qui se trouve sur les rives de la mer d’Oman et est le seul port iranien. Le guide suprême du régime, Ali Khamenei, a exhorté les responsables du régime à développer de toute urgence la côte du Makran.

Selon le plan de coopération, la Chine prendra en charge le développement des plages de Jask, participera à la construction d’une ville industrielle, de raffineries et d’industries liées à la pétrochimie, à l’acier et à l’aluminium, à la construction de centres touristiques, de centres industriels, et les ports iraniens de la région de Makran.

En septembre 2019, Petroleum-Economist a également révélé des informations choquantes sur l’accord de Téhéran avec Pékin. Selon cet article :

« Les entreprises chinoises auront le droit, au premier refus, de soumissionner sur tout développement de champs pétroliers et gaziers nouveaux, bloqués ou inachevés.

Les entreprises chinoises auront également le droit de premier refus sur les opportunités de s’impliquer dans tout projet pétrochimique en Iran, y compris la fourniture de technologie, de systèmes et de personnel nécessaires pour mener à bien ces projets.

La Chine pourra également acheter tous les produits pétroliers, gaziers et pétrochimiques avec une remise minimale garantie de 12 % par rapport au prix moyen sur six mois, plus 6 % à 8 % supplémentaires de cette métrique pour le risque de rémunération.

La Chine a l’intention d’utiliser la main-d’œuvre à bas prix disponible en Iran pour construire des usines, conçues et supervisées par de grandes entreprises manufacturières chinoises, avec des spécifications et des opérations identiques à celles de la Chine, selon une source iranienne.

L’accord Iran-Chine confie à la Chine le développement de la cinquième génération de téléphones mobiles (5G) et des services essentiels tels que le développement des moteurs de recherche, la messagerie Internet, la messagerie électronique, l’antivirus, le routage Internet et GPS, les tablettes et ordinateurs portables. En d’autres termes, alors que le parlement du régime approuve silencieusement son Internet Protection Bill » » pour opprimer davantage les Iraniens, il acquiert des équipements de la Chine pour l’espionnage et le contrôle de la société rétive.

L’accord améliorerait-il la crise économique iranienne ?

La réponse est non! En 2013, la Chine a lancé la Belt and Road Initiative (BRI), un plan mondial de développement des infrastructures. Selon Middle East Eye, « le projet, qui relierait la Chine aux marchés mondiaux par un ensemble vaste et ambitieux de routes commerciales terrestres et maritimes à travers l’Eurasie et les mers adjacentes, place l’Iran au centre des plans mondiaux de la Chine ». En d’autres termes, la Chine n’a pas l’intention de développer l’infrastructure économique de l’Iran. Des vidéos montrant des navires chinois utilisant un outil de pêche très avancé en Iran ont circulé sur les réseaux sociaux l’année dernière. Cet outil pêche ne laisse rien aux pauvres pêcheurs iraniens et détruit l’écosystème.

Comme mentionné précédemment, la Chine ne fournira pas non plus à Téhéran une manne de liquidités, ni n’injectera des capitaux sur le marché iranien. Pékin sait qu’aider Téhéran coûterait très cher puisque le régime est mis sur liste noire par le Groupe international d’action financière en raison de sa corruption institutionnalisée et est également sous le coup de sanctions américaines.

En d’autres termes, Khamenei pourrait « regarder vers l’Est », mais la Chine regarde dans de nombreuses directions et considère l’Iran comme un petit élément d’une stratégie économique plus large et ne met pas tous ses œufs dans le même panier.

Selon un article de The Diplomat du 17 janvier 2022, « Après la signature de l’accord Iran-Chine en mars de l’année dernière, il y avait des prévisions d’un afflux massif d’investissements chinois et d’une coopération militaire et politique substantielle. Jusqu’à présent, ces prédictions ne se sont pas concrétisées. Alors que la Chine achète des quantités record de pétrole iranien, elle n’investit pas dans la production ou quoi que ce soit d’autre.

« Malgré les récents progrès réalisés dans l’amélioration des relations sino-iraniennes, le partenariat entre les deux reste limité par la politique américaine et les intérêts de la chine. Les hommes d’affaires et les consommateurs iraniens se plaignent des conditions défavorables, des produits de mauvaise qualité et des promesses non tenues sous la menace de sanctions. En bref, si la relation sino-iranienne est une alliance, elle n’en est pas une très bonne », a ajouté The Diplomat.

Cependant, la théocratie au pouvoir en Iran aura la chance de renforcer son appareil militaire. Le 6 juillet 2021, Oil price écrivait à cet égard : « Une partie de la nouvelle coopération militaire comprend un échange de personnel entre l’Iran et la Chine et la Russie, avec jusqu’à 110 membres iraniens du CGRI allant s’entraîner chaque année à Pékin et Moscou et 110 Chinois et Russes se rendant à Téhéran pour leur formation.

En un mot, les mollahs ne pensent qu’à conserver leur emprise sur le pouvoir. Comme l’a jadis affirmé le fondateur du régime intégriste, Rouhollah Khomeiny, ils pourraient même abandonner les préceptes de l’islam pour préserver le régime. Par conséquent, les mollahs ne se soucient pas de protéger les biens et les ressources du peuple iranien.

Mais la vente aux enchères de l’Iran et de sa richesse nationale a renforcé la haine du public envers les mollahs. « L’opposition [au régime] est dynamique et implacable. Une nouvelle génération de dissidents va émerger. Ils ne négocieront pas avec nous. Ils viendraient remplis de haine après des décennies de discrimination sociale et d’absence de concorde nationale », a écrit le quotidien gouvernemental Etemad, le 14 février 2022.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe