mercredi, décembre 7, 2022
AccueilUncategorizedLa rébellion à la prison d'Evine a prouvé l'incapacité du régime iranien...

La rébellion à la prison d’Evine a prouvé l’incapacité du régime iranien à intimider la population

La rébellion à la prison d'Evine a prouvé l'incapacité du régime iranien à intimider la population

La tristement célèbre prison d’Evine en Iran a été engloutie par les incendies samedi, quelques heures après que les prisonniers ont scandé « mort au dictateur » alors que les manifestations anti-régime à travers l’Iran entamaient leur deuxième mois.

Les habitants ont entendu des coups de feu et des explosions. Une vidéo d’Iran a montré plusieurs convois d’unités anti-émeute déployés pour opprimer les prisonniers. Infâme comme l’une des prisons les plus horribles d’Iran, Evine est également connue comme un bastion de la résistance contre la théocratie au pouvoir et le régime du Shah. Les murs de cette prison, située au nord de Téhéran, portent les souvenirs de milliers de héros qui ont sacrifié leur vie pour un Iran libre.

Selon des informations obtenues par le principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), depuis l’intérieur de la prison, des prisonniers politiques des septième et huitième quartiers ont scandé « mort au dictateur » tout en se rassemblant dans la cour de la prison. Peu de temps après, des gardiens de prison ont tenté d’étouffer leur protestation en tirant des gaz lacrymogènes. Les prisonniers ont affronté les forces de sécurité. Incapable de réprimer les détenus déterminés, le régime a déployé plus d’unités dans la prison, l’unité spéciale de l’IRGC (NOPO), qui a brutalement réprimé les prisonniers non armés jusqu’à 1h30 du matin, heure locale.

Selon les rapports, environ 60 prisonniers ont été tués. Initialement, les médias d’État ont signalé quatre décès et ont révisé le décompte à huit après 48 heures.

Un incendie ravageur a englouti la prison d’Evine, et le régime a refusé de l’éteindre dans le but de tuer autant de détenus que possible tout en niant toute responsabilité. Des images publiées sur les réseaux sociaux montraient quatre individus versant du un fluide sur le toit du bâtiment identifié comme l’atelier de couture de la prison, qui a attisé les flammes.

Alors que les slogans anti-régime des prisonniers ont été entendus, les responsables ont faussement affirmé que l’incident de samedi résultait d’une bagarre en prison entre des détenus accusés de crimes liés à la fiscalité. Ils ont également reproché aux prisonniers d’avoir mis le feu à l’atelier de couture.

Alors que les responsables ont affirmé avoir contrôlé la situation, l’incident a montré comment le soulèvement s’était transformé en une révolution nationale appelant à un changement de régime.

Alors que les manifestations se poursuivaient samedi dans différentes parties de Téhéran et d’autres villes d’Iran, de nombreux citoyens se sont précipités au secours des prisonniers. Les manifestants ont affronté les forces de sécurité alors qu’ils se rendaient à la prison d’Evine, qui ont riposté avec des gaz lacrymogènes. Les forces anti-émeutes ont également attaqué des membres de la famille et des habitants qui se sont rassemblés devant la prison, utilisant des balles réelles et des gaz lacrymogènes pour disperser la foule.

Malgré sa brutalité totale, le régime des mollahs n’a pas réussi à étouffer la voix des prisonniers rebelles de la prison d’Evine. Leurs cris ont fait écho dans le monde entier alors que des membres de la diaspora iranienne et des partisans de l’OMPI dans une douzaine de pays européens et aux États-Unis organisaient des manifestations pour soutenir les courageux détenus à Evine. Bientôt, la condamnation mondiale de cette brutalité a afflué en solidarité avec les prisonniers révoltés.

Les troubles à la prison d’Evine se sont produits une semaine après que les prisonniers de la prison de Lakan à Rasht ont rejoint le soulèvement national. Les autorités ont tenté d’étouffer cette manifestation en incendiant la prison et en utilisant des balles réelles. Des dizaines ont été tués et blessés. Une semaine après, une manifestation a éclaté dans la prison d’Evine. Lorsque le régime a sauvagement réprimé les prisonniers à Evine, il n’a fallu que trois jours aux détenus de la prison de Ghezelhesar à Karaj pour organiser un rassemblement et scander des slogans anti-régime.

Depuis le début du soulèvement iranien le 23 septembre, la répression des autorités a eu l’effet inverse. Au lieu de semer la peur dans le cœur des gens, les « tentatives du régime pour étouffer les manifestations ont accru le courage et la détermination des citoyens à renverser ce régime ».

Ces manifestations sont l’image la plus large d’une nation rebelle qui en a assez de la corruption, de l’incompétence et de l’oppression du régime. Ce que beaucoup considèrent comme une révolution iranienne avec sa culture de résistance ne s’est pas produit en quinze jours ; c’est le résultat de quatre décennies de résistance organisée contre le régime tyrannique.

Le courage et la résilience remarquables des prisonniers d’Evine et d’autres prisons sont conformes à ces âmes courageuses qui ont refusé de renier leur idéal d’avoir un Iran libre dans les années 1980 et ont sacrifié leur vie pour cette cause. Au cours de l’été 1988, plus de 30 000 prisonniers politiques ont été massacrés à travers l’Iran. La prison d’Evine comptait une grande partie de ces détenus, qui refusaient de se plier au régime.

En un mot, ce qui se passe en Iran n’est pas une coïncidence. Il a pour objectif un changement de régime et comme 43 ans de persévérance sont un guide, le mouvement prodémocratie réussira inéluctablement.

Le peuple iranien a montré sa détermination, et ce n’est qu’une question de temps avant qu’il ne surmonte la tyrannie brutale. Les puissances mondiales devraient aller au-delà de leurs condamnations habituelles et reconnaître le droit du peuple iranien à se défendre par la résistance armée.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe