mercredi, décembre 7, 2022
AccueiltempOMPI/ IRAN : Message du prisonnier politique Saeed Masouri

OMPI/ IRAN : Message du prisonnier politique Saeed Masouri

OMPI, IRAN : Message du prisonnier politique Saeed Masouri

Le prisonnier politique Saeed Masouri, emprisonné dans la prison iranienne de Gohardasht à Karaj, au nord-ouest de Téhéran à cause de son affiliation avec le principal groupe d’opposition l’Organisation des Moudjahidines du Peuple d’Iran (OMPI), a envoyé un message à l’occasion de la fête religieuse chiite de l’Achoura.

Son message établit par moments une comparaison entre la politique de complaisance occidental envers le régime des mollahs en Iran et la complaisance envers l’Allemagne nazie pratiqué par le chef de l’État français Philippe Pétain.

Extraits du message de l’inébranlable prisonnier politique Saeed Masouri – 24 ocotbre 2015, prison de Gohardasht, Karaj, Iran :

Peut-être que le cas le plus célèbre dans l’histoire contemporaine de compromis avec un agresseur apparemment glorieux et puissant a été l’accord entre le Maréchal Philippe Pétain et Adolf Hitler (un exemple flagrant de négociation et d’apaisement sur un sujet non-négociable…). Non seulement cela n’a-t-il réglé aucun problème, mais cela a fait de Pétain l’appendice d’un pouvoir dominant et aggressif, malgré le fait qu’il était considéré comme un héros de la Première Guerre Mondiale.

L’échec à résister à l’agresseur l’a placé au côté d’Hitler et contre son propre peuple… et peut-être, comme Chamberlain, voyait-il la paix et la tranquilité dans la complaisance et la transigeance… Et sans doute se considérait-il comme un gardien de la paix cherchant à empêcher un nouveau bain de sang… et cherchait-il la non-violence et la paix internationales…

Mais nous avons vu à quel terrible massacre et désastre cela a mené ! Peut-être n’était-ce pas un bon exemple, mais je voulais juste mettre la lumière sur le fait que quand l’injustice est évidente, l’aggression, l’injustice et la corruption n’ont pas besoin de plus de preuves (particulièrement quand la machine agressive et oppressive fonctionne de façon systématique) ; dans de tels cas qu’y a-t-il à négocier, à satisfaire, sur quoi peut-on transiger ?

Quelle sorte de relation le bavardage, la socialisation et les photos de groupe entre l’oppresseur et l’oppressé a-t-elle avec la moralité et ce que l’on appelle la philosophie morale ? Sert-elle à autre chose qu’à affaiblir les victimes et les convaincre (dans le cadre d’accords écrits !) de se démunir de leurs droits ? En donnant à cela une forme légitime, une base légale ?

Dans la situation de notre patrie [l’Iran] aujourd’hui, alors que l’Union Européenne, le Secrétaire Général des Nations Unies et tous les autres n’ont fait qu’exprimer leurs préoccupations au sujet du « grand nombre d’exécutions », cela ne veut-il pas dire qu’un nombre moins élevé, tel que 1000, serait acceptable ?! Et ceux qui font un tel marché, n’ont-ils pas marchandé leur propre conscience ? Et pourquoi pas d’autres accords ? Dans toute négociation, les parties doivent céder dans une certaine mesure pour rentrer dans le cadre de l’accord. Quoi qu’il en soit, lorsqu’il s’agit des parties d’un tel conflit, l’une s’attache aux droits du peuple, et l’autre les usurpe et considère qu’ils lui appartiennent !

Qui plus est, ces négociations et cet complaisance ne sont-ils pas un encouragement et une légitimation de l’oppression et des oppresseurs ? Ne donnent-ils pas l’idée que si une partie des droits peut être usurpée, pourquoi pas le reste ?

Dieu ! Si tu es décidé à me retirer ma dignité et mes valeurs humaines, commence par me retirer la vie ! Parce qu’un être humain sans valeurs humaines équivaut à la fin de l’humanité elle-même, et parler de justice, de promotion et de perfection… est futile et inutile !

Saeed Masouri, 24 octobre 2015, prison de Gohardasht, Karaj

 

Lire aussi: 

Connaitre l’organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI / MEK)

 

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe