samedi, février 4, 2023
AccueiltempLes mesures de complaisance avec l'Iran sont des dispositions de complicité avec...

Les mesures de complaisance avec l’Iran sont des dispositions de complicité avec les criminels – Jean-Pierre Brard

Jean-Pierre Brard, ancien député-maire de Montreuil, était au nombre des intervenant à la grande marche des démocrates Iraniens à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’homme et à la veille du Sommet sur le climat à Paris. Les manifestants ont exhorté la communauté internationale à conditionner ses relations avec le régime iranien à l’arrêt de la torture et des exécutions en Iran, et à prendre des mesures contraignantes pour mettre fin au programme de missiles balistiques du régime et l’évincer des pays de la région.

Dans son intervention, le grand ami du peuple iranien a déclaré : « Il y a beaucoup de jeunes ici. Je voudrais m’intéresser à ceux dont les racines sont dans la terre persane, ces jeunes qui sont les fleurs qui portent les promesses d’avenir de l’Iran, de ce grand peuple de Darius au Dr Mossadegh, jusqu’à Mme Radjavi aujourd’hui. Et nous sommes ici avec vous parce que nous sommes solidaires de ceux qui souffrent, mais de ceux qui souffrent debout, qui se battent pour leur liberté, dans cette ville de Paris, qui a vibré si souvent aux accents des combats révolutionnaires pour l’émancipation du peuple français, mais aussi en solidarité hier avec les Espagnols qui vivaient sous la dictature de Franco ou pour la libération de Nelson Mandela en Afrique.

La France a des intérêts économiques en Iran. Mais nous savons tous que l’économie iranienne est largement contrôlée par les pasdaran et qu’à chaque fois qu’une société française commerce avec l’Iran, c’est comme les ciments Lafarge qui ont financé l’organisation de l’État islamique, nous finançons des criminels, nous payons la corde qui pend les patriotes iraniens dans les rues des villes, et ça c’est inacceptable.

Ce n’est pas en s’adressant gentiment au régime de la dictature de Rohani que nous obtiendrons quelque chose comme l’a fait récemment président de la République en lui demandant de ne pas intervenir dans les autres pays de la région. En réalité, l’histoire nous enseigne une chose simple : face aux dictateurs, chaque marque de faiblesse est un encouragement pour la dictature à avancer. Ici nous sommes bien placés pour le savoir : 1936 Hitler avance en Rhénanie, les Occidentaux ne disent rien. Il continue d’avancer. Mars 1938 : l’Autriche est annexée. Les Occidentaux ne disent rien. Les nazis continuent d’avancer. Septembre 1938 : la Tchécoslovaquie est annexée. Les Occidentaux déroulent le tapis rouge à Hitler.

Ça veut dire qu’il ne faut rien céder, toutes les mesures de complaisance avec l’Iran sont des dispositions de complicité avec les criminels.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe