mercredi, février 1, 2023
AccueiltempIran : Un haut commandant des gardiens de la révolution tué en...

Iran : Un haut commandant des gardiens de la révolution tué en Syrie

Iran : Un haut commandant des gardiens de la révolution tué en Syrie

L’agence de presse d’État a rapporté dimanche 15 octobre que le commandant des forces spéciales Fatehin du corps des gardiens de la révolution (Pasdaran), Abdollah Khosravi, avait été tué samedi 14 octobre.

IRIB News n’a pas mentionné le lieu de sa mort ou la façon dont cela s’est produit. Abdollah Khosravi, un vétéran de la guerre Iran-Irak (1980-1988), avait été envoyé en Syrie et en Irak en tant que « défenseur du sanctuaire » et était le commandant des forces spéciales Fatehin.

Khosravi, présent en Syrie depuis 2012, était également responsable du recrutement, de l’entrainement et de l’envoi des milices du bassidj pour se battre avec les forces du dictateur syrien Bachar Assad.

L’agence de presse d’État a également rapporté qu’un des membres de la division Fatemiyoun, nommé Seyed Javid Hosseini, avait été tué en Syrie il y a quelques jours. Il faut noter que la division Fatemiyoun est constituée de milices chiites afghanes et qu’elle est affiliée aux Pasdaran.

Alors que les Etats-Unis viennent d’inscrire les Pasdaran comme une organisation terroriste, Téhéran poursuit ses opérations militaires à l’étranger. Vendredi 13 octobre, Donald Trump dénoncé que l’Iran ait augmenté ses interventions militaires en Irak, au Yémen et des d’autres pays de la région après l’accord sur le nucléaire.

Maryam Radjavi, présidente du CNRI, a salué la désignation du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) en tant qu’entité terroriste en vertu de l’ordonnance 13224 et l’a décrite comme une étape incontournable vers la paix et de la sécurité régionales et mondiales. Le CGRI est le principal instrument de la répression, des exécutions et de la torture en Iran, ainsi que de la propagation du terrorisme dans le monde, de la guerre et des massacres dans la région, de l’acquisition d’armes nucléaires et de la prolifération des missiles balistiques.

Si les pasdaran avaient été reconnus plus tôt comme entité terroriste et traités en conséquence, la situation dans la région en général et en Irak, en Syrie, au Liban, au Yémen et en Afghanistan aurait été totalement différente. Il est temps de sanctionner immédiatement tous les individus, entités, institutions et sociétés affiliées aux pasdaran et leurs contreparties commerciales.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe