mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsMassacre de 1988 en Iran : première session du procès d'Hamid Noury...

Massacre de 1988 en Iran : première session du procès d’Hamid Noury en Albanie

Photo : Massacre de 1988 en Iran : première session du procès d’Hamid Noury en Albanie. Témoignage de Mohammad Zand

L’ancien prisonnier politique iranien, Mohammad Zand, a témoigné mercredi au procès de Hamid Noury, alias Abbassi, en Albanie. Le procès de Noury a été transféré de Suède en Albanie pour entendre les témoignages de 7 membres des Moudjahidine du peuple (L’OMPI) à Achraf 3, dont Mohammad Zand.

Hamid Noury a été arrêté en 2019 en Suède en raison de son rôle dans le massacre de 1988 de plus de 30 000 prisonniers politiques. Ces sept membres de l’OMPI ont été témoins de la conduite criminelle de Noury lors du massacre de la prison de Ghezelhesar.

À l’été 1988, plus de 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart des membres de l’OMPI, ont été condamnés à être exécutés par les soi-disant « Commissions de la mort » et sur la base d’une fatwa du Guide suprême des mollahs, Rouhollah Khomeini. L’actuel président du régime, Ebrahim Raisi, était un membre clé de la « Commission de la mort » de Téhéran, chargée d’identifier les membres « inébranlables » de l’OMPI et de les condamner à mort. Hamid Noury était l’un responsable pénitentiaire zélé dans ce massacre.

Iran: A Fatwa Which Took the Life of 30,000 Political Prisoners in 1988 Massacre

Vidéo : Iran : une fatwa qui a coûté la vie à 30 000 prisonniers politiques lors du massacre de 1988

Mohammad Zand a été arrêté en 1981 et a passé 11 ans en prison pour avoir soutenu l’OMPI. Son frère, Reza Zand, a été exécuté lors du massacre de 1988.

« Le 28 juillet 1988, les autorités pénitentiaires ont cessé de nous donner des journaux », a déclaré Mohammad Reza Zand. Selon lui, lorsque Zand et plusieurs autres prisonniers se sont opposés à cette décision, ils ont été battus.

« Davood Lashgari [un tortionnaire] nous a fait sortir de la cellule. Dans le couloir, il nous a bandé les yeux et nous a demandé quelle était notre charge. Dès que nous avons dit que nous étions les partisans de l’OMPI, les gardes ont commencé à nous battre », a déclaré Zand.

« Un gardien de prison, Davood, qui était formé aux arts martiaux, m’a donné un coup de pied dans le pied et m’a cassé l’orteil. Ils ont continué à nous battre pendant une heure. »

Selon Zand, après une heure de coups, Lashgari pose aux prisonniers la même question sur leurs accusations ; quand ils disent « les partisans de l’OMPI », il leur dit : « Retournez dans vos cellules. Nous viendrons vous chercher jeudi.

The 1988 Massacre of Political Prisoners in Iran: Eyewitness Accounts, Mohammad Zand

Vidéo : Le massacre de 1988 des prisonniers politiques en Iran : témoignage de Mohammad Zand

« Quand je suis revenu dans le service, j’étais dans de très mauvaises conditions. Mon frère Reza m’a vu et m’a dit que tu sembles être très mal. J’allais tomber par terre lorsque Gholam-Hossein Eskandari et Ramin Ghasemi m’ont aidé à aller à la salle de bain, où j’ai vomi. Cette nuit-là, j’ai essayé de dormir avec cette douleur », a déclaré M. Zand.

« Le vendredi 29 juillet, ils ont interdit la télévision. Mon frère, Reza Zand, marchait avec Mahmoud Royayie et a dit que cela allait bien au-delà d’un harcèlement ordinaire. Nous devons protester », a-t-il ajouté.

Reza Zand avait 21 ans et était étudiant en technologie. Il a été arrêté en septembre 1981 avec son ami Parvis Sharifi. Tous deux ont été exécutés lors du massacre de 1988.

Lorsque Mohammad a demandé à Reza pourquoi il pensait que la situation n’était pas normale, il a répondu : « Vous ne vous souvenez pas de ce qu’ils ont fait à Masoud Moghbeli ? Moghbeli a été transféré au soi-disant « comité mixte » en mars 1988 pour être libéré. Les autorités lui ont demandé de faire une interview, ce qu’il a refusé. Ainsi, ils lui ont dit : « Va dire à tes amis que nous viendrons bientôt te chercher. »

« Lors de notre dernière rencontre avec notre mère, Reza lui a dit que tu ne me reverras plus. Ce régime ne nous laissera pas sauf », a déclaré Zand.

« Le 30 juillet, le gardien de prison est entré et a appelé les noms de huit personnes, dont celui de Reza. Il m’a alors donné sa bague et son chapelet et m’a dit de les garder pour me souvenir de lui. J’ai refusé de les prendre, alors il les a donnés à un autre prisonnier ; m’a dit au revoir et il est parti.

Selon Zand, vers 11 heures du matin, Hassan Ashrafian, un autre partisan de l’OMPI, aperçoit Lashgari et plusieurs agents en civil portant une brouette pleine de cordes de pendaison. Plus tard, Zand les voit également.

« Deux ou trois heures plus tard, nous avons entendu des cris de ‘Mort à Monafegh’ [un terme péjoratif que le régime utilise pour désigner les membres du L’OMPI] », se souvient Zand.

« Les exécutions ont commencé le 30 juillet 1988. Ils ont d’abord exécuté des prisonniers transférés de Mashhad, dont Jafar Hashemi et le Dr Mohsen Ghafour Maghrebi. Ces prisonniers ont ouvertement défendu leur identité en tant que partisans de l’OMPI.

« Le 30 juillet, ils ont exécuté ceux qui refusaient de donner des interviews, dont Halal Layeghi et Mahshid Razaghi. Ce dernier était membre de l’équipe nationale de football d’Iran. Le 32 juillet, le gardien est venu et a pris les prisonniers qui étaient de Karaj. Ces prisonniers étaient : Mehrdad Samadzadeh, Mehrdad Ardebili, Hossein Bahri, Zeinolabedin Afshun, Mohammad Farmani et Ali Osati qui était un de mes amis proches », a déclaré Zand. Ils ont tous été exécutés plus tard.

The 1988 Massacre of Political Prisoners in Iran: Eyewitness Accounts, Mohammad Zand

« Le 5 août, ils ont amené Gholamhossein Feiz dans notre section. Il a dit que les exécutions avaient commencé et qu’il l’avait appris alors qu’il était à l’isolement. Gholamhossein Feiz dit à Zand que « S’ils m’emmènent à la commission de la mort, je défendrai mon soutien à l’OMPI. » Feiz a été exécuté le 6 août.

Première rencontre avec la commission de la mort
Zand a été emmené peu de temps après à la « Commission de la mort ». Là, Hossein-ali Nayeri leur a demandé s’il voulait être gracié par Khomeiny ou non ?

« J’ai dit que ma peine sera bientôt terminée, et pourquoi avez-vous exécuté mon frère ? Il aurait été libéré dans trois ans », a répond Zand. Il a été emmené dans une autre salle. « Là, je pouvais entendre les voix de Lashgari, Hamid Abbasi [Noury] et Naserian. »

Selon Zand, « Lashgari est venu et a appelé plusieurs noms et les a emmenés à l’amphithéâtre, où les prisonniers ont été exécutés. Ils ont emmené Nasser Mansouri à la potence, bien qu’il fut paralysé. L’amphithéâtre de Hossainieh sera plus tard connu sous le nom de « Salle de la mort ».

« Après environ une demi-heure, j’ai vu Mahmoud Zaki. Je lui ai demandé ce qu’il e avait dit quand on lui a demandé ses accusations. Il a déclaré: «J’ai dit que je suis un partisan de l’OMPI. Il nous a dit plus tard : « Les tueries ont commencé. Mon devoir est de défendre mon identité en tant que partisan de l’OMPI. » Ali Haghverdi, qui était avec nous, a également dit la même chose.

La deuxième rencontre avec la commission des morts
Zand a déclaré : « Le 13 août, j’ai de nouveau été emmené à la « Commission de la mort ». Malheureusement, je n’ai pas pu défendre mon identité en tant que partisan du l’OMPI. Quand j’ai ensuite rejoint l’OMPI en Irak, je leur ai dit ce que j’avais vu et j’ai décidé de continuer à lutter pour la liberté.

Zand a ensuite été placé à l’isolement et y a passé environ trois mois. Il a été transféré au pavillon général, et la première personne qu’il a vue était Mahmoud Royaie. « Pour autant que je sache, tu es le dernier », a déclaré Mahmoud à Zand. « Avant la tuerie, il y avait 160-170 prisonniers dans cette salle. De tous les prisonniers de Gohardacht, il ne restait que quelques-uns. »

« J’ai été autorisé à rencontrer mes parents et ma sœur dix jours plus tard. Lorsqu’ils m’ont demandé où était Reza, je leur ai dit : « Allez leur demander », a déclaré Zand.

« Au bout de quelques jours, ils ont appelé mon père et lui ont dit d’aller à la prison d’Evine avec les papiers d’identité de Reza. Il est allé en prison sans papiers », a déclaré Zand. « Là, ils lui ont donné un sac, une chemise et une montre. Reza avait cassé sa montre et elle indiquait deux heures pour indiquer à quelle heure il avait été exécuté.

Les autorités du régime ont tenté d’intimider le père de Zand et lui ont dit de ne pas organiser de cérémonie et l’ont forcé à leur donner les papiers d’identité de Reza. « Lorsqu’il a refusé, ils ont commencé à le battre et ont organisé une simulation d’exécution pour lui. Mais il a dit : « Exécutez-moi. Je rejoindrai mon fils. »

Simultanément au procès, un certain nombre de survivants du massacre de 1988 et les familles des victimes se sont rassemblés devant le tribunal de district de Durres. Ils ont également partagé leurs histoires avec la presse et ont fait la lumière sur les crimes contre l’humanité du régime.

Les membres du l’OMPI à Achraf 3 ont organisé un rassemblement en mémoire des martyrs du massacre de 1988, coïncidant avec le procès de Hamid Noury. Certains prisonniers politiques ont pris la parole lors de cet événement et ont partagé ce dont ils ont été témoins dans les cachots du régime. Il y a des centaines d’anciens prisonniers politiques iraniens à Achraf, dont beaucoup étaient prêts à témoigner dans le procès de Noury. Pourtant, en raison de la limitation dans le temps, seuls quelques-uns, comme Mohammad Reza Zand, ont été acceptés comme plaignants dans l’affaire.

تجمع مجاهدین در اشرف۳ - همزمان با اولین جلسه دادگاه محاکمه دژخیم حمید نوری در دورس آلبانی

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe