lundi, juillet 22, 2024
AccueilPublicationsPublications: Rapports spéciauxLa chronique de la corruption en Iran – Partie 2

La chronique de la corruption en Iran – Partie 2

La chronique de la corruption en Iran – Partie 2

La privatisation en Iran, initiée en 1979 sous le régime des mollahs, est devenue une politique économique clé au cours des deux dernières décennies. L’objectif déclaré de cette politique était de « diminuer le rôle du gouvernement dans l’économie et de favoriser la libéralisation du marché ».

Cependant, le processus de privatisation en Iran a profité de manière disproportionnée à l’establishment au pouvoir et à ses associés, conduisant à une augmentation des inégalités et de la corruption. Cela a effectivement transféré la propriété publique entre les mains des plus privilégiés, ce qui indique que le secteur privé est désormais contrôlé par des individus ou des groupes étroitement affiliés au Bureau du Guide suprême (le Beyt) et au Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI).

Les grandes entreprises privées appartiennent souvent à des familles aisées ayant des liens étroits avec l’État. En outre, de nombreux projets de privatisation ont été attribués à des entreprises entretenant des liens étroits avec des personnages gouvernementaux.

En termes plus simples, sous le régime des mollahs, la privatisation en Iran s’est traduite par la répartition des biens nationaux du pays entre des individus liés aux centres de pouvoir, à un coût minime. En Iran, de nombreuses grandes usines ont fini par fermer leurs portes, car elles ont été confiées à des fonctionnaires dépourvus des compétences nécessaires.

Ardabil Meat Company, initialement évaluée à plus de 10 millions de dollars, a été vendue à une entité privée pour seulement 400 000 dollars. L’acquéreur n’est autre qu’Abdullah Pour-Hosseini, le patron de l’Organisation de privatisation. En termes plus simples, la même personne a agi à la fois comme vendeur et comme acheteur, ce qui a entraîné une perte substantielle de 9,6 millions de dollars.

La Haft Tapeh Sugar Company, dont la valeur marchande dépasse 260 millions de dollars, a été vendue à une entité gouvernementale pour un prix nettement inférieur de 90 millions de dollars, ce qui a généré un bénéfice de 170 millions de dollars.

Iran, a Country Unlike Anywhere!

Dans la province de Kermanshah, trois silos évalués à 15 millions de dollars ont été vendus pour une fraction de leur valeur, pour seulement 4 millions de dollars et entraînant une perte de 11 millions de dollars.

La Tabriz Machinery Manufacturing Company, évaluée à 500 millions de dollars, a été vendue pour la somme étonnamment basse de 6 millions de dollars, entraînant une perte substantielle de 494 millions de dollars.

En 2015, Alumina Al-Mahdi a été vendue à Omid Investment Company pour 12 000 milliards de tomans, soit une valeur nettement inférieure à sa valeur estimée de 40 000 milliards de tomans. Omid est une filiale de Sepah Bank, Sepah Bank détenant 70 % de ses actions. Fondée en 2001, Omid opère dans divers secteurs, notamment les mines, le ciment, la construction, l’énergie et le marché des capitaux, avec de multiples filiales cotées et non cotées.

En 2015, la raffinerie de Kermanshah, évaluée à 617 milliards de tomans, a été cédée à la Bistun Trading Expansion Company pour 199 milliards de tomans. Ce transfert a causé près de 500 milliards de tomans de dommages à l’intérêt public. Le Bureau national d’audit, dans son rapport budgétaire 2017, a jugé illégale la cession de la raffinerie de Kermanshah et l’a identifiée comme une violation financière. Pourtant, le cas du transfert de la raffinerie de Kermanshah serait « en cours d’examen par la justice ».

En 2006, la Heavy Equipment Production Company (HEPCO), basée à Arak, autrefois un acteur majeur dans la fabrication de machines lourdes au Moyen-Orient, a été vendue. Avec une valeur totale de 300 milliards de tomans (alors équivalant à 94 millions de dollars) et un stock d’une valeur de 280 milliards de tomans (87 millions de dollars), cette importante entreprise a été vendue pour seulement 10 millions de tomans (alors équivalant à 3 200 dollars).

Moghan Agriculture and Industry Company a été considérée comme l’une des plus grandes entreprises économiques du Moyen-Orient, possédant les terres les plus fertiles et de haute qualité. En 2016, il était évalué à 2 700 milliards de tomans (valant alors 900 millions de dollars). Cependant, en août 2018, il a été vendu au prix de 1 750 milliards de tomans (valant alors 400 millions de dollars). Une fois de plus, l’acheteur et le vendeur de Moghan Agriculture and Industry étaient la même personne, à savoir Mirali Ashraf Abdollah Purihosseini, alors chef de l’Organisation de privatisation du régime.

Le journal public Tejarat-e-Farda a écrit le 2 mars 2018 : « L’échec de la mise en œuvre de la privatisation en Iran peut être attribué, dans un sens, à la mentalité économique qui prévaut dans le pays. La privatisation ne met plus l’accent sur un système axé sur le marché. Dans des circonstances où la reconnaissance d’une approche orientée vers le marché n’est pas officiellement reconnue et où le gouvernement prône fermement le contrôle des mécanismes de marché, tant en théorie que dans la pratique, la privatisation semble n’être rien d’autre qu’un moyen de vendre aux enchères les actifs nationaux, d’élargir la sphère d’influence pour les groupes liés aux structures de pouvoir et exacerbent la croissance et la propagation de la corruption. »

L’Iran, un pays comme nulle part ailleurs !
Ces incidents ne font qu’effleurer la surface d’une économie largement dominée par le CGRI et des empires financiers étroitement liés au bureau du Guide suprême. La vérité L’ampleur des richesses détournées du peuple iranien reste cachée, car le journalisme d’investigation et les organismes censés appliquer des freins et contrepoids sont étroitement contrôlés par divers appareils de renseignement et de sécurité sous l’influence de Khamenei.

Pourtant, les conséquences ultimes de cette corruption généralisée sont évidentes. Malgré des décennies de sanctions internationales, le régime finance constamment d’ambitieux efforts militaires et sécuritaires, tant au niveau national qu’à l’étranger. Il soutient plusieurs milices à travers le Moyen-Orient. En outre, de nombreux dirigeants du régime jouissent d’un style de vie luxueux dans les principales régions d’Iran, certains détenant la double nationalité dans les pays occidentaux et détenant des comptes bancaires dans des endroits sûrs à l’étranger.

La corruption généralisée du régime en Iran porte non seulement préjudice au peuple iranien appauvri, mais se manifeste également par la déstabilisation du Moyen-Orient et compromet la sécurité d’autres régions du monde. Par conséquent, lutter contre les stratagèmes de blanchiment d’argent du régime et contre les richesses étrangères n’est pas seulement une question d’intégrité judiciaire ; c’est devenu une question de sécurité nationale.

A lire aussi : La chronique de la corruption en Iran – Partie 1