lundi, février 6, 2023
AccueilPublicationsPublications: SocialIran : La pollution de l'air atteint des niveaux mortels à Téhéran

Iran : La pollution de l’air atteint des niveaux mortels à Téhéran

CNRI – La pollution d’air à Téhéran a atteint des niveaux dangereux. L’agence de presse officielle en a imputé la cause aux tempêtes de sable des provinces occidentales.

En janvier de cette année, les universités et les administrations gouvernementales à Téhéran ont été fermées en raison d’une pollution de l’air élevée. À cette époque, les responsables à Téhéran ont appelé les résidents à rester chez eux et à éviter les quartiers en centre-ville.

Selon le rapport de 2011 de l’Organisation Mondiale de la Santé sur la qualité d’air et la santé, trois villes iraniennes se trouvent parmi les dix villes les plus polluées du monde.

Un nombre sidérant de 13 000 personnes meurent chaque année à Téhéran en raison de la pollution de l’air, a également reconnu récemment un responsable du ministère de la Santé du régime iranien.

Les habitants de Téhéran rendent la production par le régime d’une essence de mauvaise qualité responsable de la pollution et se plaignent de ce que les mêmes niveaux de pollution n’existent pas dans d’autres grandes villes comme Ispahan, Arak, Tabriz, Machad, Karadj et Ahwaz.

Le 14 mai, les écoles de la ville de Boroujerd, à l’est de l’Iran, ont été fermées en raison de la pollution d’air. Un responsable a déclaré : « Le taux de particules de poussière flottant dans l’air dans la ville de Boroujerd est 13 fois plus élevé que la normale. »