mercredi, novembre 30, 2022
AccueilPublicationsPublications: SocialIran : La pollution de l’air fait fermer des établissements scolaires et...

Iran : La pollution de l’air fait fermer des établissements scolaires et des administrations

La politique de pillage et d’hostilités aux intérêts du peuple mené par le régime des mollahs et leur mépris pour les normes environnementales ont fait de la pollution de l’air une catastrophe telle que Téhéran, Karadj (dans sa banlieue) et Ahwaz dans le sud-ouest de l’Iran sont devenues les trois villes les plus polluées au monde.

La crise de la pollution de l’air s’est propagée à d’autres villes comme Chahr-e-Ray, Arak (centre), Tabriz (nord-ouest), Oroumieh (nord-ouest), Zahedan (sud-est) et Kerman (sud) causant de graves problèmes respiratoires à la population. La semaine dernière, le degré de pollution de l’air était tel que de nombreux établissements scolaires, services publics et institutions ont dû fermer les 24 et 25 décembre. En outre, dans les villes d’Ispahan, Chahin-Chahr, Nadjafabad, Mobarekeh, Lanjan et Barkhar, les établissements scolaires ont fermé le 29 décembre en raison de la pollution de l’air.

Cette année, la population d’Arak a passé 92 jours dans un air malsain. Le département central de l’Environnement de l’Azerbaïdjan oriental a indiqué que le taux moyen de particules polluantes de l’air dans la ville de Tabriz est de 83 microns, soit trois fois le niveau admissible. Le directeur général de la protection de l’environnement dans la province d’Azerbaïdjan occidental a déclaré que la pollution de l’air est deux fois supérieure au niveau admissible.

À Karadj, qui est l’une des trois villes les plus polluées au monde et qui, sous toute l’ère des mollahs, a toujours été parmi les huit villes les plus polluées du pays, la qualité de l’air s’est détériorée de façon catastrophique et continuera de l’être durant les jours à venir.

Des bâtiments d’ateliers et d’usines non contrôlés dans les zones urbaines, détenus par des éléments affiliés au gouvernement qui ne visent qu’à maximiser les profits, l’absence de fonds alloués à la protection de l’environnement, une attention insuffisante aux forêts, aux parcs et aux espaces verts, le pillage et la destruction des forêts par des bandes affiliées au pouvoir, l’assèchement ou la baisse du niveau des cours d’eau et des lacs en raison de l’absence de la moindre considération de conservation et le détournements de leurs eaux pour usage industriel, en particulier les industries militaires contrôlés par le régime, sont parmi les facteurs qui ont aggravé la pollution de l’air à Téhéran et dans d’autres villes et la destruction catastrophique de l’environnement dans tout le pays .

Parmi ces facteurs, les mesures prises par les gardiens de la révolution et d’autres organes gouvernementaux qui détruisent les forêts et les espaces verts à des fins répressives ou pour la construction de bases militaires sont parmi les éléments les plus importants menant à la destruction de l’environnement.

À cet égard, de vastes forêts et prairies, en particulier au Kurdistan, à Kermanchah, Kohkilouyeh- Boyerahmad et au Lorestan ont été détruites pour des raisons de «sécurité». Dans la province de Lorestan, 35000 hectares de forêts de châtaigniers ont été détruits.

A Téhéran, 10 % à 12 % des zones les plus haut de gamme (environ 72 km carrés) ont été affectés à des bases des pasdaran et d’autres forces répressives. La base Ghadir à Qa’en (province de Khorassan, dans le nord-est de l’Iran) construite sur un terrain de 600 hectares, la base Imam Khomeiny construite sur un terrain de 145 hectares à Khoy en 2008 par l’armée de terre des pasdaran, la nouvelle base de la 77e division de Khorassan construite sur un terrain de 1000 hectares à Machad, l’affectation d’un terrain de 1300 hectares à Takhteh Ardakan de la ville de Bojnourd pour une base de l’armée, ainsi que l’allocation de vastes terres à Ali Abad pour le champ de tir de l’armée sont une partie des installations militaires construites au prix de la destruction des espaces verts et des forêts naturelles du pays.

En outre, un ensemble de bâtiments construits spécifiquement pour les pasdaran dans les forêts de Naharkhoran près de la ville de Gorgan dans le nord de l’Iran sur ordres de Khamenei sous prétexte de la construction d’un musée de la guerre antipatriotique Iran-Irak est sur le point de détruire cet immense site environnemental du pays. Le parc de Naharkhoran possède des arbres rares et précieux vieux de plusieurs centaines d’années. Sa beauté et ses caractéristiques naturelles sont inégalées dans le monde.

La pollution de l’air et de l’environnement, comme la pauvreté, la corruption, le chômage, la toxicomanie, etc. ont leur racine dans le sinistre régime des mollahs et la seule solution viendra avec la chute de ce régime médiéval et l’instauration de la démocratie en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
29 décembre 2013

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe