lundi, juillet 22, 2024
AccueilDésinformation-OMPIUn simulacre de procès en Iran contre l’OMPI met en lumière le...

Un simulacre de procès en Iran contre l’OMPI met en lumière le désespoir de la dictature

Un simulacre de procès en Iran contre l’OMPI met en lumière le désespoir de la dictature
Un simulacre de procès à Téhéran orchestré pour prétendre que les membres de la Résistance iranienne ont bénéficié d’un procès

Dans un spectacle grotesque organisé chaque mardi contre l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK), la dictature des mollahs à Téhéran continue de montrer son désespoir. La session de cette semaine a vu tous les participants – l’avocat du plaignant, les experts convoqués, les témoins et même le juge – appeler à l’unanimité et à la hâte les pays étrangers à extrader les membres de l’OMPI à l’Iran, un régime connu pour son bilan d’exécutions.

Comme d’habitude, le procès a été largement couvert par les médias d’État, quelle que soit leur faction.

Dès les premiers stades du processus, l’avocat du plaignant, Moradieh, a souligné la principale préoccupation du régime concernant la poursuite des activités de l’OMPI. « Le rôle important du groupe dans divers incidents survenus dans le pays, qu’ils annoncent fièrement sur leur chaîne de télévision Simaye Azadi », a-t-il déclaré.

Moradieh a en outre affirmé que l’OMPI continue de constituer une menace importante pour la sécurité nationale et internationale, l’accusant de collaborer avec des pays étrangers. « Leurs crimes incluent l’incitation au désordre public et la perturbation de l’ordre social par la diffusion de déclarations, de discours et de propagande. Ils conspirent pour porter atteinte à la sécurité intérieure et étrangère et se sont livrés à des émeutes de rue organisées et à des actions terroristes », a-t-il souligné.

Les accusations se sont étendues au recrutement et à la formation de l’OMPI. Moradieh a déclaré : « Ils créent une plate-forme pour recruter et endoctriner des individus ayant des idéologies extrêmes de l’islam, du marxisme et du féminisme, planifiant des actions criminelles contre les citoyens de la République islamique au sein de leur organisation complexe. Ils financent ces activités criminelles, se procurent des armes et organisent méticuleusement des tâches pour commettre ces actes, notamment des vols à main armée et des pillages publics et privés. »

Dans un effort désespéré, Moradieh a tenté de faire pression sur les organisations internationales : « Divers groupes comme Al-Qaïda, les talibans, l’Etat islamique et leurs affiliés sont considérés comme des terroristes par l’ONU et le Conseil de sécurité, qui sont des marionnettes américaines. Le fait que l’OMPI ait été retirée de la liste des organisations terroristes en 2010, bien qu’elle ait été initialement condamnée, démontre le soutien international à son égard, tout comme le soutien que les États-Unis et d’autres pays apportent à Al-Qaïda et à l’EI.»

Accusant les pays occidentaux de pratiquer deux poids deux mesures, il s’est demandé : « Comment des pays comme l’Albanie, la France, l’Allemagne et les États-Unis peuvent-ils facilement accueillir des membres de l’OMPI et leur permettre d’opérer librement ? Cela montre leur approche contradictoire dans la lutte contre le terrorisme.»

Mohammad Reza Mousavi-Far, présenté par les médias d’État comme professeur de droit pénal et chercheur en terrorisme, a pris la parole. « Nous voyons certains gouvernements soutenir ouvertement le terrorisme, comme l’Albanie, qui abrite ce groupe terroriste, et d’autres », a-t-il déclaré.

Le juge l’interrompit pour donner son accord, remettant en question la crédibilité des gouvernements européens et américains. « Ce tribunal traite des crimes contre l’humanité commis par les membres de l’OMPI. Les systèmes juridiques européens et américains, qui prétendent combattre le terrorisme, ne devraient pas accueillir ni interagir avec ces terroristes accusés », a-t-il déclaré. Le soi-disant juge a accusé les pays occidentaux d’hypocrisie, citant les actions militaires américaines après le 11 septembre, tout en soutenant prétendument le terrorisme en hébergeant des dirigeants de l’OMPI.

Dans une représentation théâtrale, un religieux nommé Sedaghat a accusé l’OMPI de maltraiter les femmes, notamment par des mariages ou des divorces forcés, illustrant encore davantage la réputation misogyne du régime. Un ancien membre présumé de l’OMPI a été appelé à témoigner, affirmant que l’organisation utilise des méthodes psychologiques pour attirer de jeunes recrues.

Ce simulacre de procès, avec son déluge d’accusations sans fondement, révèle une fois de plus la véritable nature d’un violateur majeur des droits de l’homme et ses mascarades judiciaires. Cela souligne la crainte du régime d’une résistance organisée dans un contexte de crises internes, régionales et internationales croissantes. De plus, les actions du régime révèlent à la fois la source et le public visé des mensonges et des accusations propagés contre l’OMPI dans de récents films et documentaires.

Mostafa Nakh’ee, membre du parlement du régime, a formulé l’objectif de ces simulacres de procès. Dans une interview accordée à l’agence de presse Mizan, gérée par le pouvoir judiciaire, il a déclaré le 7 juin : « Les nouvelles générations ne sont pas familières avec ces « criminels », d’autant plus que l’OMPI a tenté de se présenter de manière positive à travers les efforts médiatiques, en prônant des valeurs telles que la liberté et les droits humains. L’action menée dans la tenue de ces procès est importante et doit se poursuivre. »