samedi, décembre 3, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceVengeance contre l’OMPI pour le rejet du régime iranien par 3 millions...

Vengeance contre l’OMPI pour le rejet du régime iranien par 3 millions de chi’ites irakiens

Congrès de solidarité du peuple irakien à AchrafLes médias du régime des mollahs ont annoncé aujourd’hui que M. Ali Dabaq, en tant que porte-parole du gouvernement irakien, a répété ses déclarations précédentes sur l’expulsion d’Irak des résidents de la Cité d’Achraf, membres de l’organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI).

 

Le communiqué suivant a été publié par l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran le 17 juin 2008.

Congrès de solidarité du peuple irakien à AchrafSecrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 18 juin 2008

Vengeance contre l’OMPI pour le rejet du régime iranien par 3 millions de chi’ites irakiens

Les médias du régime des mollahs ont annoncé aujourd’hui que M. Ali Dabaq, en tant que porte-parole du gouvernement irakien, a répété ses déclarations précédentes sur l’expulsion d’Irak des résidents de la Cité d’Achraf, membres de l’organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI).

Cela reflète clairement les pressions hystériques que le fascisme religieux au pouvoir en Iran et son ambassade à Bagdad font peser sur le gouvernement irakien contre l’OMPI, en représailles du rejet par 3 millions de chi’ites irakiens du régime de Téhéran. 

De nombreux médias arabes et internationaux ont rapporté ces derniers jours que 3 millions de chi’ites irakiens ont condamné le régime religieux au pouvoir en Iran pour son ingérence dans leur pays et ont appelé à son éviction d’Irak ainsi qu’à la fermeture de ses représentations dans ce pays.

La prise de position déclarée par Dabaq contre l’OMPI est une claire violation des lois et des conventions internationales en particulier du principe de non-refoulement, de l’article 3 commun des conventions de Genève et de la Loi humanitaire internationale. Cela viole aussi ouvertement les positions déclarées du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), de l’UNAMI, du Conseil de sécurité de l’ONU et du Parlement européen. 

Qui plus est, le régime a souligné à plusieurs reprises dans le passé par ses divers porte-voix en Irak, la nécessité de massacrer tous les membres de l’OMPI.

Dabaq garde le silence quand des membres de l’OMPI sont kidnappés en Irak, quand des Irakiens innocents sont assassinés pour avoir des contacts avec l’OMPI, quand la station de pompage d’eau d’Achraf est dynamitée par la Force Qods des gardiens de la révolution du régime iranien (CGR) ou quand des résidents de la Cité d’Achraf sont attaqués par des missiles du régime. Mais quand des chi’ites irakiens publient une déclaration contre l’ingérence du régime iranien et de ses crimes en Irak, comme le déclarent les dirigeants du pays ou les autorités américaines, et appellent à la fin de son intervention en Irak et à l’expulsion des agents du CGR et de la Force Qods des institutions irakiennes, M. Dabaq appelle soudain à l’expulsion de l’OMPI. Il déclare de manière unilatérale que tout contact avec l’OMPI est un crime et demande à la Force multinationale de livrer aux autorités irakiennes l’OMPI et tout ce qui est lié à ses membres alors que les instances internationales compétentes ne cessent de rappeler aux autorités irakiennes leurs obligations vis-à-vis du principe de non-refoulement dans le transfert d’individus vers un autre pays ou une autre autorité. 

Le HCR et le CICR ont clairement déclaré que les résidents de la Cité d’Achraf ne doivent pas être déportés, expulsés ou extradés vers leur pays d’origine en violation du principe de non-refoulement, ou déplacés à l’intérieur de l’Irak en violation de la Loi humanitaire internationale.

L’OMPI met en garde contre une catastrophe humaine et la répétition d’attaques terroristes au missile par le régime des mollahs contre l’OMPI, alors que les déclarations de Dabaq servent clairement à en préparer le terrain.

L’OMPI appelle le Conseil de Sécurité de l’ONU, les organes internationaux compétents, la Force multinationale et en particulier le Premier ministre Nouri Al-Maliki, à intervenir immédiatement pour condamner ce genre de déclaration et lever toutes les restrictions contre les résidents d’Achraf, restrictions uniquement souhaitées par la dictature terroristes au pouvoir en Iran.

Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran
Le 17 juin 2008

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe