samedi, décembre 3, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafSoleimani reconnait, le rôle du régime iranien dans le massacre d’Achraf et...

Soleimani reconnait, le rôle du régime iranien dans le massacre d’Achraf et persiste dans le soutien au régime de Syrie

Massacre à Achraf – N°28

Ghassem Soleimani, commandant de la force terroriste Qods, a reconnu dans une réunion à l’Assemblée des Experts du régime iranien le 3 septembre, le rôle de ce régime dans le massacre d’Achraf. L’agence de presse des gardiens de la révolution a écrit le 4 septembre à cet effet : «dans cette réunion, le commandant Soleimani a abordé l’affaire de l’Irak et du camp d’Achraf où plus de 50 d’entre eux ont été tués, dont beaucoup étaient des dirigeants des Monafeghine (terme péjoratif du régime désignant l’Ompi) ainsi que 10 personnes disparues. Il a estimé que cette affaire est plus importante que la bataille de Mersad et qu’il s’agit en fait d’une promesse de Dieu qui s’est réalisée. »

Ces propos montrent le besoin impérieux d’un régime en crise de faire une démonstration de force, surtout après la mascarade électorale de la présidentielle et la montée de ses luttes intestines.

Soleimani a ajouté lors de cette réunion : « nous soutiendrons jusqu’au bout la Syrie. Certains nous reprochent pourquoi nous soutenons autant la Syrie. Il faut leur répondre : nous ne tenons pas compte de la propagande de l’ennemi car la Syrie est en première ligne de la résistance et c’est une vérité irréfutable (…) le but principal des États-Unis c’est de briser la ligne de résistance : mais nous soutiendrons la Syrie jusqu’au bout. »

La Résistance iranienne a déjà révélé dans de nombreux communiqués le rôle de la force terroriste Qods et de Soleimani en personne dans la tuerie d’Achraf, notamment dans le communiqué numéro 23 du 2 septembre : « le massacre d’Achraf a été commis par les forces de Maliki en totale coordination avec la force terroriste Qods. A la suite de bombardement chimique de la banlieue de Damas et la probabilité croissante d’une attaque militaire américaine sur la Syrie, Khamenei a voulu accélérer son projet de tuerie à Achraf. Ghassem Soleimani s’est rendu en toute urgence le 27 aout en Irak pour rencontrer Maliki à 22h30 (…) Dans cet entretien auquel assistait Faleh Fayaz, le conseiller à la sécurité nationale, le timing de l’attaque d’Achraf a été décidé avec Maliki. Ainsi, les mesures pratiques de cette agression, dont les préliminaires avaient été réglés à l’avance, ont commencé après la visite de Soleimani. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 4 septembre 2013

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe