lundi, juillet 22, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: NucléaireMaryam Radjavi : La résolution du Conseil des gouverneurs n'est pas suffisante,...

Maryam Radjavi : La résolution du Conseil des gouverneurs n’est pas suffisante, l’activation de la clause de déclenchement et le renvoi au Conseil de sécurité sont nécessaires

Maryam Radjavi : La résolution du Conseil des gouverneurs n'est pas suffisante, l'activation de la clause de déclenchement et le renvoi au Conseil de sécurité sont nécessaires

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a qualifié la résolution du Conseil des gouverneurs de l’AIEA, qui a condamné les violations répétées du régime iranien, d’inévitable et nécessaire, mais totalement inadéquate. La résolution a été adoptée par 20 voix pour et 2 contre. Mme Radjavi a souligné qu’au vu du mépris continu du régime et des violations de la résolution 2231 de l’ONU, il est temps d’appliquer immédiatement le mécanisme de déclenchement. Elle a demandé instamment que toutes les résolutions concernant les activités nucléaires du régime soient appliquées et que le dossier nucléaire soit renvoyé au Conseil de sécurité des Nations Unies. Cette action est attendue depuis longtemps, a-t-elle déclaré.

Mme Radjavi a souligné qu’adopter une politique ferme contre le régime des mollahs, y compris le recours à la clause de déclenchement, renvoyer le dossier nucléaire au Conseil de sécurité, placer le régime sous le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, désigner le CGRI comme organisation terroriste , et reconnaître la résistance et la lutte des unités de résistance et de la jeunesse insurgée contre les Gardiens de la Révolution répressifs, est un impératif pour la sécurité et la tranquillité dans cette région critique du monde, et pour empêcher une dictature belliqueuse d’obtenir la bombe atomique.

Depuis 1991, la Résistance iranienne a révélé les détails du programme d’armes nucléaires du régime iranien lors de plus de 100 conférences de presse, y compris la révélation de sites cruciaux et secrets comme ceux de Natanz et d’Arak en 2002. Malgré ces efforts, une politique de complaisance, des négociations sans fin et des concessions injustifiées ont permis au régime de faire progresser ses ambitions nucléaires sans répercussions significatives, lui offrant ainsi de nombreuses opportunités. Il y a un mois, un conseiller clé du guide suprême Ali Khamenei et chef du Conseil stratégique des relations étrangères du régime a parlé de changer la « doctrine nucléaire » du régime en faveur de la construction d’une bombe nucléaire, déclarant ouvertement que le régime « a la capacité de produire la bombe nucléaire ». »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 5 juin 2024