jeudi, février 9, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafNouvelles restrictions répressives contre les résidents d’Achraf

Nouvelles restrictions répressives contre les résidents d’Achraf

 CNRI – A la suite de ses déclarations hier sur le transfert des résidents d'Achraf, membres de l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), dans le désert du sud et de l'ouest de l'Irak, Movaffagh al-Roba’i, le conseiller irakien à la sécurité nationale, a ordonné de nouvelles restrictions répressives contre les résidents d’Achraf ce matin.

Selon son nouveau règlement :
1 – L'entrée dans le Camp d’Achraf est interdite, sauf aux travailleurs, qui font également l’objet de restrictions. Beaucoup d'entre eux ne sont pas acceptés.
2 – L’entrée des avocats irakiens des résidents d’Achraf est interdite. L’entrée des avocats étrangers et des délégations est interdite depuis longtemps,
3 – L’entrée des femmes de toute nationalité est interdite,
4 – L'entrée des véhicules sans plaques d'immatriculation irakiennes est interdite.
5 – Tous les travaux de construction et de ravalement des bâtiments d’Achraf sont interdits,
6 – L’entrée de tout matériau de construction est interdite.
7 – Le port de l'uniforme est interdit.
8 – Il est interdit aux résidents d’Achraf de porter tout type d’appareils d’enregistrement vidéo et d’appareil photo.

Les restrictions mentionnées ci-dessus sont imposées alors que le bâtiment à l'entrée du Camp d’Achraf, avec ses centaines d'occupants, est encerclé depuis 17 jours.

La Résistance iranienne met en garde une nouvelle fois contre les objectifs funestes du fascisme religieux au pouvoir en Iran pour créer une catastrophe humaine à Achraf par le biais des forces irakiennes.

Elle appelle le président des États-Unis, le gouvernement américain, le Secrétaire général de l'ONU et le Conseil de sécurité, les organisations internationales concernées et en particulier le CICR, à intervenir immédiatement pour empêcher le massacre des résidents d'Achraf et une catastrophe humanitaire.

Dans une lettre adressée au président des États-Unis, le « Comité international pour l’application de la justice », fort de 2000 parlementaires en Europe et en Amérique du Nord, a écrit que la seule façon d'éviter la catastrophe était que les forces américaines reprennent la responsabilité de protéger les résidents d’Achraf et de revenir à la situation qui prévalait avant janvier 2009.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 28 mars 2009