lundi, novembre 28, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: NucléaireNouveaux détails sur les complots du Vevak contre les opposants politiques en...

Nouveaux détails sur les complots du Vevak contre les opposants politiques en Suède

SäpoAppel à identifier et à expulser les agents du renseignement du régime iranien des pays européens

CNRI – Un rapport annuel récemment publié par l'Agence suédoise des services de sécurité (Säpo), mentionne l'expulsion d'un espion qui travaillait comme conseiller d'ambassade en Suède, découvrant du coup un pan des complots des services de renseignements du régime iranien contre les opposants et les réfugiés résidant en Suède.

Le rapport évoque la collecte d'informations et l’identification des opposants du régime, les obstacles mis aux activités de l'opposition par le biais de menaces et de pots-de-vin, la diffusion de désinformation, de propagande et de campagnes de diabolisation contre l'opposition, le travail pour saper la confiance envers les opposants au régime, l'infiltration de leurs rangs et la pression sur  les réfugiés pour les contraindre à coopérer avec les services de renseignement en menaçant d’emprisonner et de torturer des membres de leur famille restés en Iran.

Le Conseil national de la Résistance iranienne avait tenu deux conférences de presse à Stockholm, le 14 mars 2008 et le 19 janvier 2009, pour dénoncer les activités d'espionnage et les complots des terroristes des mollahs sous couvert diplomatique en Suède. Il avait à l’époque appelé à l'identification, au jugement et à l'expulsion de tous les agents, espions, diplomates et non diplomates du régime des pays européens.

Hassan Saleh Majd, un terroriste en habit de diplomate qui en janvier 2008 avait été déclaré persona non grata et expulsé de Suède, était un agent du ministère du Renseignement et de la Sécurité, le Vevak, des mollahs. Il avait été envoyé en Suède en 2006 où il avait commencé à travailler comme attaché culturel de l'ambassade à Stockholm. En février 2007, un autre diplomate, Mohammad Javad Monfared, avait été expulsé de Suède. Il travaille actuellement à Téhéran à l'Organisation des communications islamiques, qui est considéré comme l'un des principaux centres d'exportation du terrorisme et de l’intégrisme. À ce titre, il dirige et commande les activités liées à l’intégrisme en Suède.

Depuis l’expulsion d’Hassan Saleh Majd, le régime iranien n'a plus d’attaché culturel en Suède. A la place, on trouve un autre agent qui occupe officieusement cette fonction. Il s’agit de Mohammad Javad Mohammadi, le beau-fils du mollah Araqi Mohammadi, ancien chef de l'Organisation du développement islamique et de l'Organisation de la Culture et des Communications islamiques.

Comme relevé dans le rapport du Säpo, une responsabilité du Vevak et des diplomates du régime qu’il cite, est la collecte d'informations sur les opposants. Une tactique bien connue consiste à utiliser les diplomates officiels, les équipes opérationnelles du Vevak et des espions locaux qui travaillent généralement sous couvert de réfugiés, afin de mettre en œuvre les actes terroristes du régime. L'assassinat de Mme Zahra Rajabi en février 1996 à Istanbul, en Turquie, s’était passé de cette manière.

En décembre 1993, quatre diplomates du régime avaient été expulsés de Suède, et deux espions se faisant passer pour des réfugiés avaient été condamnés à la prison. Ils comptaient assassiner des responsables de la Résistance iranienne, mais leur complot avait été neutralisé dans sa phase finale.

En ce qui concerne Hassan Saleh Majd, expulsé de Suède en janvier 2008, le rapport des services de sécurité suédois note qu’en 2008, un officier de renseignement a été expulsé, car au lieu d’activités diplomatiques comme conseiller d'ambassade, il œuvrait systématiquement contre des personnes de son pays qui avaient trouvé refuge en Suède. Le rapport ajoute que ses activités comprenaient des menaces et des atteintes aux droits de l'homme qui violaient les droits civils et les libertés des réfugiés. 
Le rapport du Säpo indique par ailleurs que « le conseiller était en fait un agent de renseignement envoyé en Suède par les services de renseignement de son pays (…) Il a essayé et, dans certains cas réussi, à infiltrer des groupes d'opposition et à recruter des personnes appropriées (…) Les recrues étaient des exilés ayant connus des jours difficiles dans des conditions vulnérables dans la société suédoise (…) L'agent de renseignement avait promis de les aider à obtenir un statut de réfugié en échange d'informations. »

Le rapport du Säpo ajoute que « les agents de renseignement opérant en Suède, que ce soit eux-mêmes directement ou indirectement par l'intermédiaire d'autres opérateurs, travaillent à la collecte de renseignements contre les groupes d'opposition. Ils lancent également des menaces contre des personnes ou cherchent à les corrompre financièrement pour mettre fin à leurs activités d'opposants. Les agents de renseignement propagent de fausses informations et de la propagande contre les opposants en vue de changer le climat. Ils travaillent également sur les personnalités politiques et de la presse pour diaboliser ou réduire la confiance vis-à-vis des groupes d'opposition.»

La conférence de presse du CNRI à Stockholm avait révélé que le régime des mollahs utilisait d'autres lieux, en plus de son ambassade, pour mener ses activités d'espionnage et intégristes. Ces sites non officiels comprennent la mosquée Imam Ali à Stockholm, la mosquée Balal à Göteborg, la mosquée Imam Sadegh à Malmö, la société théologique de Göteborg, le séminaire d’Heydarieh, le séminaire de Najafiha et le centre al-Zahra.

Ces centres opèrent sous la supervision du mollah Vaezi, représentant du Guide suprême du régime en Suède, et sont financés par l'Organisation de la Culture et des Communications islamiques des mollahs.

La Résistance iranienne met en garde une fois de plus contre la montée des activités d'espionnage et de préparatifs terroristes par le régime iranien à l'étranger, en particulier dans des pays comme l'Allemagne et la France. Elle insiste sur le fait que ces gouvernements sont responsables de la protection et de la sécurité des réfugiés et des opposants iraniens. Elle appelle à juger les agents et les espions du régime et à les expulser des pays européens.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 4 mai 2009

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe