vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueMme Radjavi: La tentative d'attentat contre l'ambassadeur saoudien aux EU marque un...

Mme Radjavi: La tentative d’attentat contre l’ambassadeur saoudien aux EU marque un nouveau tournant dans l’exportation du terrorisme du régime des mollahs

CNRI: Mme Maryam Radjavi, la Présidente élue par la Résistance iranienne, a qualifié d’un nouveau tournant dans l’exportation du terrorisme, la tentative d’attentat contre l’ambassadeur saoudien et celle de l’explosion de plusieurs ambassades aux EU.

« Il s’agit visiblement d’une déclaration de guerre contre la communauté internationale qui renie tous les pactes internationaux », a-t-elle précisé.

« Cette tentative criminelle qui suit directement les ordres de Khamenei, ne révèle que la panique d’un régime qui touche à sa fin », a souligné la dirigeante de la résistance, qui a rappelé que lors de son discours du 1er octobre, Khamenei avait menacé d’avoir recours aux tirs de missiles.

« Débordé par une société au bord de l’explosion, par les révoltes de la région et par la perspective de la chute de la dictature syrienne, le régime des mollahs n’a trouvé d’autre issue que sa vieille méthode de terrorisme », a expliqué Mme Radjavi.

En août dernier, au cours du mois de Ramadan, dans un discours devant un groupe de terroristes du régime iranien présentés comme « des combattants de la Défense sacrée », Azghadi, un théoricien proche de Khamenei, n’avait pas hésité de dire: « Si dans le passé, des brigades étaient envoyées sur les frontières du sud et de l’ouest du pays pour combattre l’Irak, aujourd’hui, il faut préparer des forces pour les dépêcher en Afrique du nord, à l’est de l’Asie et au cœur de l’Europe. Il faut se préparer pour des opérations dans le monde entier ».

Le théoricien de Khamenei avait ajouté: « Nos gars sont présents sur les cinq continents du monde et il sont en train de combattre partout contre les puissances arrogantes (…) Il faut se lancer dans un Jihad international et il ne faut avoir peur de personne ».

Mme Radjavi a rappelé: « Alors que le régime des mollahs est en train de préparer en secret des explosions et des crimes terroristes, son Président de la République attribue aux Etats-Unis le désastre du 11 septembre, en vue de blanchir son régime. « C’est de la même manière que ce régime attribue aux Moudjahidine l’opération terroriste de Kerbala en Irak et fournit au Département d’Etat américain des documents falsifiés pour appuyer cette prétention, en vue de maintenir son opposition dans la liste des organisations terroristes.

« Il y a dix ans, le même régime avait prétendu que les Moudjahidine avaient camouflé les armes à destructions massives de l’Irak, alors qu’en même temps, la dictature des mollahs avait lancé une course effrénée à la Bombe A qui a été  dénoncée par la résistance iranienne sur la scène internationale.

« Cette tentative d’assaut terroriste contre Washington, a fait remarquer la dirigeante de la résistance, est une preuve de plus que la politique de dialogue et de concessions ou de tout autre effort pour dompter ce régime, n’équivaut qu’à nourrir un monstre dans l’espoir de le calmer ».

« De même, a souligné Mme Maryam Radjavi, l’inclusion des Moudjahidine dans la liste des organisations terroristes qui n’a été qu’une politique de connivence dans la répression de la résistance, dans l’espoir de s’approcher à la dictature religieuse et terroriste de Téhéran, a constitué une grave dérive dans la lutte anti-terroriste et n’a fait qu’inciter d’avantage ce régime à poursuivre l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme ».

« La fermeté est la seule politique qui porte ses fruits contre ce régime », a conclu la dirigeante de la résistance, avant de préciser: « La politique occidentale qui a constitué de donner le feu vert à cette dictature et de s’associer dans la répression de la résistance iranienne, doit changer de cap.

« Le fascisme religieux de Téhéran ne renoncera jamais au terrorisme et à l’intégrisme, du moment où il se maintient au pouvoir. Seule une politique de fermeté pourrait contrecarrer cette dictature.

« Une telle politique devrait comprendre un boycott pétrolier, le renvoi du dossier du terrorisme et des violations des droits de l’Homme au Conseil de sécurité et la reconnaissance du droit du peuple iranien et de son mouvement de résistance de changer ce régime ».

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 12 octobre 2011

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe