lundi, novembre 28, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueMaryam Rajavi: Message à la cérémonie d'hommage à Lord Corbett

Maryam Rajavi: Message à la cérémonie d’hommage à Lord Corbett

Lors de la cérémonie d’hommage à Lord Robin Corbett, qui s’est tenue à Londres, le message suivant de Mme Radjavi a été diffusé en Vidéo.

Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

Je tiens à vous saluer et à former des vœux de réussite pour votre conférence. Votre conférence est un rappel constant de Lord Robin Corbett. Je salue ce grand homme.

Je tiens à exprimer mes condoléances à son honorable famille, ses amis et collègues, en particulier à son épouse, notre très chère Val, qui se tenait à ses côtés dans les moments difficiles. Sa perte est pour nous tous difficile à supporter. Il nous a laissé, cependant, des leçons inoubliables de sincérité, de courage et de modestie.

 

 Les services qu’il a rendus à l’humanité restent à jamais inoubliables : Sa lutte pour la défense des droits de l’homme et la paix à Chypre; son dévouement et ses efforts dans la prévention de la violence contre les femmes; son dévouement à la tête de la commission des affaires intérieures de la Chambre des communes et comme président des pairs travaillistes à la Chambre des Lords; trois décennies de lutte acharnée pour la défense de la liberté et la démocratie en Iran ; sa fondation et sa vigoureuse présidence du comité parlementaire britannique pour la liberté en Iran; son rôle axial dans la plainte déposée par 36 députés et Lords britanniques pour la levée de la proscription injuste de l’OMPI; et son leadership victorieux de cette campagne exceptionnelle. Et enfin, son amour généreux pour Achraf et son respect pour ses résidents.

Permettez-moi de résumer : Robin a laissé un héritage glorieux dans le monde occidental: la défense des combattants de la liberté qui ont été sacrifiés par la politique de complaisance des gouvernements occidentaux.

Oui, Robin Corbett a été la digne conscience du peuple britannique et de ses représentants. Je me souviens comment il parlait avec certitude de la liberté du peuple iranien. Il était convaincu que la liberté de l’Iran est notre liberté, parce que la liberté est indivisible.

Comprenant profondément la nature de la dictature des mollahs, il disait : Ce qui terrifie les mollahs c’est ce que la Résistance iranienne offre, c’est-à-dire la démocratie. Il a écrit un jour dans le Sun : La proscription de l’OMPI est le prix que les ayatollahs ont tiré à la troïka de l’UE, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne, pour la poursuite de leur dialogue. Ce dialogue a été une perte de temps dangereuse, comme cela a été prouvé. La troïka a perdu trois ans à essayer de convaincre le régime iranien, tandis que les dirigeants du régime prenaient des mesures permanentes sur le chemin de l’acquisition des armes nucléaires.

Après le retrait de l’OMPI de la liste noire du Royaume-Uni, il avait dit : Ce n’est pas seulement notre victoire. Les véritables vainqueurs sont les milliers de personnes qui vivent en exil à Achraf, dans les déserts de l’Irak et qui ne veulent rien d’autre que de rentrer dans leur pays – un pays libre. Notre victoire est leur victoire, c’est la victoire de millions d’Iraniens qui veulent un changement démocratique dans un pays fondé sur la séparation de la religion et l’Etat.

Nous nous rappelons tous l’admiration que Robin portaient aux soulèvements de 2009 en Iran. Il avait déclaré que « les manifestants criaient « Mort au dictateur» et «A bas la dictature religieuse ». Et cela les relie à Achraf parce que ce sont les slogans de la Résistance iranienne qui ont traversé les déserts de l’Irak, et sont repris dans les villes de l’Iran par ceux qui sont en quête de liberté, de démocratie et de l’état de droit. »

Au début du printemps arabe, il avait dit aux gouvernements occidentaux que « si l’appel à un changement de régime en Libye, en Tunisie et en Egypte est approprié, alors ne vous arrêtez pas là. L’Iran est aussi dans le voisinage. Le désir de liberté et la démocratie en Iran est aussi fort que dans les pays d’Afrique du Nord. Et nous rappelons qu’il avait demandé avec colère: Je n’ai qu’une seule question à poser à M. Cameron et à M. Hage, pourquoi ce silence quand il s’agit de l’Iran? «

Achraf a toujours été dans les pensées et les sentiments de Robin. Il a toujours été préoccupé par Achraf et c’était une source d’espoir et de sensation pour lui. Le 18 juin de l’année dernière, il s’était adressé aux résidents d’Achraf lors d’un grand rassemblement d’Iraniens à Paris, où il avait lancé : « Salam Achraf ! Vous êtes les plus braves des braves, et avec votre voix puissante vous montrez aux millions d’Iraniens qui appellent à la liberté que vous êtes à leurs côtés et qu’ils ne sont pas seuls. »

Robin a lutté pour Achraf jusqu’aux derniers jours de sa vie. Ecoutez une partie du dernier communiqué du Comité parlementaire britannique pour la liberté en Iran qu’il avait signé tout juste la semaine dernière :

« Les députés et lords britanniques expriment leur grave préoccupation concernant le transfert de 400 résidents du camp d’Achraf au camp Liberty dans la banlieue de Bagdad. Nous exigeons que le Secrétaire général des Nations Unies, les Etats-Unis et l’UE immédiatement :
– Assurent que l’armée et la police irakiennes quittent le camp Liberty.
– Lèvent toutes les restrictions contre les résidents, y compris la restriction touchant les biens meubles et les véhicules  qu’ils peuvent emporter avec eux au camp Liberty et la restriction les empêchant d’avoir un accès libre aux soins médicaux. Tout déplacement supplémentaire de résidents dépendra de la satisfaction de ces exigences. »

Avec ces mots,  Robin Corbett avait exprimé les exigences de tous ceux qui résistent au fascisme religieux. Oui, chacun d’eux et nous tous appelons les Nations Unies, les États-Unis et l’Union européenne à garantir les assurances minimales demandées par les résidents d’Achraf dans le nouveau camp :
– Retirez les forces armées irakiennes du camp.
– Retirez les caméras et dispositifs d’espionnage.
– Laissez les résidents avoir un libre accès aux soins médicaux, à leurs avocats et à leurs familles.
– II faut fournir des installations d’eau potable, un réseau d’électricité et d’égout au nouveau camp.
– Les résidents doivent être protégés contre une réinstallation forcée dans d’autres endroits à l’intérieur de l’Irak.
– Ils doivent jouir de la liberté de mouvement.

Nous avons souvent averti que ce camp ne répondait pas à un minimum de sécurité et de santé. A présent toutes ces mises en garde se sont avérées fondées.  Et il est regrettable que les promesses faites aux résidents n’aient pas été tenues. Il est regrettable que la solution pacifique ait atteint à une telle situation. Et maintenant, nous avertissons que les restrictions et les mesures répressives en vigueur dans le camp sont de nouvelles étapes vers une nouvelle catastrophe humanitaire. Ne laissez pas les mollahs et les terroristes de la Force Qods mettre en œuvre leur plan au camp Liberty.

Désormais, Robin nous a quittés. Mais sa vie nous laisse un message puissant pour que nous fassions tous cent fois plus preuve de fermeté contre les dictateurs et leurs alliés. Je demande à ses collègues et amis de suivre son chemin.

Il ne fait aucun doute qu’il nous regarde aujourd’hui et comme d’habitude, qu’il est préoccupé par Achraf et encore plus par Liberty et ses habitants. Il nous appelle à poursuivre nos efforts pour rétablir les droits humanitaires des résidents, en particulier pour garantir leur sécurité à Liberty.

Permettez-moi de conclure mon intervention avec ses propres mots: Chers amis, sachez que les mollahs ne seront bientôt plus qu’un tache sale sur la longue et fière histoire de l’Iran; un long cauchemar, qui cédera bientôt la place à l’aube d’un pays libre et démocratique. L’Iran sera libre !

Je vous remercie à tous et que Dieu vous bénisse.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe