mercredi, février 1, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueMaryam Radjavi : Le peuple iranien se réjouit que soit...

Maryam Radjavi : Le peuple iranien se réjouit que soit reconnue la nature terroriste des pasdarans

Le peuple iranien se réjouit que soient reconnues la nature et la conduite terroristes du Corps des gardiens de la révolution du régime iranien, de sa Force Qods et de ses banques

Cette mesure est un témoignage clair et un prélude indispensable au changement démocratique en Iran

CNRI – Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a déclaré que le peuple iranien se réjouit de ce que le gouvernement américain reconnaisse officiellement la conduite terroriste du Corps des gardiens de la révolution (le CGR), de  la Force de Qods, des banques, du ministère de la Défense et d’autres entités du régime iranien, ainsi que leurs dirigeants.

Elle a également estimé que cette mesure était indispensable pour contrecarrer l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme au Moyen-Orient, en particulier l’intervention du régime en Irak, et pour l’empêcher de se doter d’armes nucléaires.

Mme Radjavi a ajouté : c’est un témoignage clair et un prélude nécessaire au changement démocratique en Iran et au renversement du fascisme religieux par le peuple iranien.

La décision du gouvernement américain, bien que très tardive, prouve clairement qu’espérer dans un changement de comportement du régime et investir dans des négociations permettent seulement au régime de gagner davantage de temps alors qu’il est sur le point d’acquérir des armes nucléaires. Dans son intervention à l’Assemblée Générale des Nations unies, le président des mollahs avait manifestement recherché l’hégémonie du régime au Moyen-Orient.

Mme Radjavi a rappelé que la raison d’être du CGR  – comme le stipule la constitution des mollahs et le reflètent ses pratiques ces trente dernières années – est de protéger le régime religieux en exportant le terrorisme et l’intégrisme et en exerçant une répression brutale dans le pays. Outre sa participation à la production d’armes de destruction massive et d’armes nucléaires, le CGR a effectué des centaines d’opérations terroristes à l’étranger et torturé et exécuté des dizaines de milliers de prisonniers politiques en Iran.

En tant que pivot et gardien du régime, particulièrement depuis la présidence d’Ahmadinejad, le CGR a joué un rôle de plus en plus crucial ces dernières années dans tous les organes de l’Etat. Au moins 14 membres du gouvernement d’Ahmadinejad, un grand nombre de vice-présidents et de conseillers,  ainsi que des ambassadeurs, des vice-ministres, des gouverneurs et d’autres responsables sont des membres ou d’anciens membres du CGR. Au Conseil suprême de sécurité nationale, le plus haut organe de décision politique, en plus d’Ahmadinejad et Saïd Jalili, le Secrétaire du Conseil, tous deux commandants du CGR, les chefs de trois des six directions sont aussi des commandants du CGR. Le CGR contrôle une majeure partie de l’économie iranienne, y compris des milliers de grandes et moyennes entreprises.

Ces quatre dernières années, la Résistance iranienne a constamment dénoncé l’intervention terroriste étendue de la Force Qods et du CGR en Irak, le développement de leurs réseaux terroristes et leur rôle dans le transfert d’armes et la propagation des meurtres confessionnels par les milices entraînées et armées par le régime iranien en Irak. En janvier, la Résistance iranienne a publié les noms et caractéristiques de 32 000 individus salariés du CGR en Irak. Elle a révélé leurs salaires, leurs comptes bancaires et leur lieu d’assignation en Irak.

Mme Radjavi appelle l’Union européenne à inscrire tous les organes terroristes et répressifs du régime dans sa liste du terrorisme et à abandonner la politique de complaisance, qui a énormément aidé ce régime à faire avancer ses objectifs intégristes.

Elle a de nouveau répété que le critère de fermeté avec le régime religieux doit être l’abandon de la politique de complaisance et le respect de la volonté du peuple iranien à changer de régime. De plus, la Résistance iranienne doit être retirée des listes du terrorisme, une inscription effectuée à l’origine à la demande du régime des mollahs. La Résistance iranienne a souligné à plusieurs reprises que la politique de complaisance ou une intervention militaire en Iran n’apporterait aucune solution au problème iranien et que la seule option viable est le changement démocratique par le peuple iranien et sa Résistance.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 25 octobre 2007

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe