jeudi, décembre 1, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: NucléaireMaryam Radjavi : Le nouveau rapport de l'AIEA montre que le régime...

Maryam Radjavi : Le nouveau rapport de l’AIEA montre que le régime des mollahs constitue la menace la plus importante pour la paix et la sécurité dans le monde, et la seule façon de le contenir passe par un changement de régime

CNRI – Maryam Radjavi, présidente-élue de la Résistance iranienne, a déclaré sur le nouveau rapport de l’AIEA qui a confirmé la nature militaire des projets nucléaires des mollahs :  Bien que ce rapport n’inclut toujours pas tous les aspects des projets nucléaires du régime iranien et ne contient pas toutes les informations mises à la disposition de l’AIEA, il ne laisse aucun doute sur le fait que les projets nucléaires du régime iranien avaient dès le départ pour but de fabriquer la bombe atomique.

Elle a ajouté qu’il fallait se réjouir que l’AIEA n’ait pas cédé à la pression de certains États membres qui voulaient couvrir les projets nucléaires du régime des mollahs, et a exposé une partie des aspects militaires de son programme. Mais l’essentiel de l’information contenue dans le rapport de l’agence, a été révélé par la Résistance iranienne il y a plusieurs années et mis à la disposition de l’AIEA qui aurait pu les publier depuis des années.

Le rapport de l’AIEA a confirmé la véracité de toutes les révélations de la Résistance iranienne, y compris la structure de commandement du projet d’armement nucléaire, la fabrication de détonateurs, les puissantes explosions, la source de neutrons et les travaux sur des ogives nucléaires.  Ces divulgations à leur époque se sont heurtées à un mur de silence et à la politique de complaisance. Malgré la révélation des sites de Natanz et d’Arak et de plus de 80 autres projets nucléaires par la Résistance iranienne, les gouvernements occidentaux ont tenté de dissuader ce régime de ses efforts pour se doter d’armes nucléaires à coups de mesures incitatives massives et  de politique de complaisance. Ils sont allés jusqu’à accepter, en 2004, de maintenir les Moudjahidine du peuple (OMPI) sur la liste du terrorisme de l’Union européenne en échange d’une coopération fictive du régime dans le domaine nucléaire. Mais les mollahs ont utilisé cette politique de faiblesse et nuisible comme un tremplin pour faire avancer leurs projets d’armes nucléaires, et contrairement aux rapports des agences de renseignement, ils ne les ont jamais interrompus.

Le nouveau rapport de l’AIEA, a souligné Mme Radjavi, est une reconnaissance internationale de la plus grande menace à la paix et la sécurité mondiales que constitue ce régime. Cependant, contenir le danger nucléaire du régime, et le danger de son terrorisme, n’est possible que par un changement de régime par le peuple iranien et sa Résistance. L’expérience de ces neuf dernières années a montré que le silence face aux violations flagrantes des droits humains et la complicité dans la répression du peuple iranien avec l’étiquette du terroriste collée à la Résistance iranienne, n’a pas eu le moindre succès dans la lutte contre la menace nucléaire des mollahs et que le régime est devenu plus agressif dans la poursuite de son projet nucléaire.

Elle a ajouté : Comme la Résistance iranienne l’a déclaré dès le début, le programme nucléaire de ce régime va à l’encontre des intérêts nationaux des Iraniens. Le peuple iranien est fondamentalement opposé au programme nucléaire du régime parce qu’il plongé le pays dans la pauvreté et le sous-développement et qu’il a prolongé le maintien de cette dictature inhumain. La Resistance iranienne a déclaré à maintes reprises qu’elle aspirait à un Iran non nucléaire.

La seule politique viable face au fascisme religieux reste la fermeté, a rappelé Mme Radjavi, en suivant les étapes nécessaires, comme suit :
1- Divulguer de manière complète et détaillée les projets nucléaires du régime par l’AIEA
2- Boycotter de l’achat de gaz et de pétrole du régime et cesser d’alimenter les projets atomiques et la machine de répression et de terrorisme du régime
3- Arrêter, sanctionner et expulser des agents de renseignement, de la Force Qods et les entreprises écrans des gardiens de la révolution en complément des sanctions et pour les rendre plus efficaces. Leur tâche principale est de contourner les sanctions et d’agir contre l’opposition, notamment l’OMPI et le CNRI.
4- Reconnaître les droits du peuple iranien et de sa Résistance à changer le régime des mollahs. Tant que les grandes puissances optent pour le silence et l’inaction face à la destruction de l’opposition organisée au régime des mollahs dans le camp d’Achraf, et tant que l’OMPI est maintenue sur la liste américaine du terrorisme, le régime iranien est assuré que l’Occident est à ses côtés.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 9 novembre 2011

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe