samedi, février 4, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueMaryam Radjavi : le jugement de la POAC est une victoire magnifique...

Maryam Radjavi : le jugement de la POAC est une victoire magnifique pour la justice et la Résistance

et  un message de fermeté au fascisme religieux

CNRI – Presque sept ans après la proscription de l’organisation des Moudjahidine du peuple  d’Iran (l’OMPI) au Royaume-Uni, la Commission d’Appel des Organisations Proscrites (POAC en anglais) a prononcé aujourd’hui, après un examen approfondi et minutieux, un jugement qui déclare explicitement illégale, nulle et non avenue l’étiquette de terrorisme contre l’OMPI.

et  un message de fermeté au fascisme religieux

CNRI – Presque sept ans après la proscription de l’organisation des Moudjahidine du peuple  d’Iran (l’OMPI) au Royaume-Uni, la Commission d’Appel des Organisations Proscrites (POAC en anglais) a prononcé aujourd’hui, après un examen approfondi et minutieux, un jugement qui déclare explicitement illégale, nulle et non avenue l’étiquette de terrorisme contre l’OMPI.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, a qualifié ce jugement de magnifique victoire de la justice, de reconnaissance de la droiture de la Résistance iranienne et de l’OMPI, de révélateur de la conscience éveillée de la communauté internationale et de message de fermeté de la communauté internationale au fascisme religieux au pouvoir en Iran.

Mme Radjavi a félicité l’OMPI, les combattants de la liberté de la Cité d’Achraf en Irak, le peuple iranien et tous les défenseurs de la justice et de la liberté sur cette victoire historique. Elle l’a décrite comme un triomphe des valeurs et des acquis humains, notamment de la reconnaissance du droit à résister pour la liberté.

La présidente élue de la Résistance iranienne a ajouté que les 35 Lords et députés britanniques qui ont mis en doute la proscription de l’OMPI, incarnaient la conscience éveillée du peuple britannique, et qu’ils s’étaient rebellés contre une grande injustice faite au peuple iranien et à sa Résistance.

Mme Radjavi a rendu hommage à la mémoire de feu Lord Renton, un des appelants, a salué et remercié tous les parlementaires, juristes, avocats et personnes qui se sont efforcés pendant de nombreuses années à faire annuler cette proscription.

Elle a salué les juges honorables qui ont voté en toute conscience juridique et humaine et qui ne se sont pas laissés persuader par la politique de complaisance, les pressions et les obstructions. Mme Radjavi a dit que ce jugement confirmait que la proscription avait été dès le départ une motivation politique dans le seul but d’apaiser les tyrans au pouvoir en Iran.

Elle a appelé le gouvernement britannique à accepter et à appliquer sans délai ce jugement et à supprimer toutes les restrictions émanant de la proscription.

Mme Radjavi a rappelé que rien durant ces dix dernières années, n’avait plus prolongé le régime des mollahs et sapé le changement démocratique en Iran que l’inscription de l’opposition légitime du régime clérical sur les diverses listes du terrorisme.

Elle a dit — comme cela est apparu clairement à l’audience et dans les documents que le gouvernement britannique a fourni à la cour — que le bombardement des bases de l’OMPI pendant l’invasion de l’Irak, qui a causé le martyr de dizaines de membres de l’OMPI, avait été effectué sur l’ordre du régime iranien et justifié par l’étiquette terroriste.

Après le jugement d’aujourd’hui, a ajouté Mme Radjavi, l’Union européenne doit immédiatement annuler l’étiquette illégale de terrorisme contre l’OMPI parce que cette classification reposait sur la proscription de l’OMPI par le ministère britannique de l’Intérieur et parce que la Cour européenne de Justice l’a annulée.

La Présidente élue de Résistance iranienne a rappelé que l’étiquette terroriste contre le principal mouvement d’opposition iranien et les mesures restrictives qu’elle a entraînées était l’aspect le plus frappant de la complaisance avec la dictature religieuse au pouvoir en Iran et le plus grand obstacle au changement démocratique en Iran.

L’expérience a montré, a-t-elle poursuivi, que la politique qui recherchait des modérés, voulait le dialogue constructif ou critique et offrait des mesures incitatives à la dictature religieuse en Iran, n’a eu d’autre résultat que de lui donner davantage l’occasion et la motivation d’être agressive.

La Présidente élue de Résistance iranienne a ajouté que le temps est venu d’abandonner toutes les formes de complaisance, de compromis et de courbettes avec le régime des mollahs, qui se justifient aujourd’hui sous le vernis de « recherche de la paix ». Elle a ajouté : La fermeté est la seule façon de traiter avec un régime qui veut se doter de la bombe atomique, qui recherche l’hégémonie et remplit le vide du pouvoir en Irak, en Afghanistan, au Liban, en Palestine, au Yémen et en Somalie, par l’exportation de l’intégrisme et du terrorisme. Ce régime belliciste a augmenté la portée de ses missiles qui atteignent maintenant des pays européens et a sans aucun doute poussé le Moyen-Orient et le reste du monde au bord d’une catastrophe.

Mme Radjavi a souligné : Nous avons toujours dit et répété que la solution fondamentale à la crise iranienne n’est ni une intervention militaire étrangère, ni la complaisance. La solution réside dans le changement démocratique par le peuple iranien et sa Résistance, rendant impératif la levée des obstacles placés sur le chemin de la Résistance.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 30 novembre 2007

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe