vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: NucléaireMaryam Radjavi: la prière du vendredi a révélé l’exacerbation de la crise...

Maryam Radjavi: la prière du vendredi a révélé l’exacerbation de la crise et de l’impasse du régime

ImageLe soulèvement ne s'essouffle pas, le régime est voué à disparaître, investir sur les mollahs est un échec

CNRI – Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, estime que l’empoignade des  factions rivales concernant la prière du vendredi le 17 juillet, révèle l’exacerbation de la crise au sein du régime et de l’échec de Khamenei et d’Ahmadinejad à endiguer la crise.

Tout en s’efforçant de minimiser l’ampleur de la crise, Rafsandjani a été contraint de reconnaître  l'existence d'une « crise » grave et d'un « danger » qui menace un régime désavoué par le clergé et les dignitaires religieux. « Nous traversons une période amère. Aucun des courants n'aurait voulu qu’il en soit ainsi. Tout le monde a été perdant », a-t-il déclaré.

Si Rafsandjani a critiqué le processus électoral et l’action du Conseil de Surveillance, il s’est néanmoins abstenu de remettre en cause le résultat de la parodie électorale. L’évoquant comme fait accompli et se contentant de demander la libération des prisonniers et de soulager les familles endeuillées, Rafsandjani a déclaré : «de toute manière c’est fait et nous avons passé cette  étape et une autre a commencé. »

Maryam Radjavi a déclaré : « la prière de ce vendredi expose  l’impasse total du régime théocratique, ce qui confère un dynamisme accrue au soulèvement du peuple iranien. »

Elle a ajouté : « Hier, les Téhéranais, notamment les femmes et les jeunes, ont su transformer la prière du vendredi en une scène de confrontation avec le fascisme religieux au pouvoir en Iran. Malgré la mobilisation totale des forces de répression composées de la milice du bassidj, des gardiens de la révolution, des agents en civil et des forces de sécurité et des renseignements, des millions de  Téhéranais sont descendus dans les rues en scandant : "mort au dictateur, qu'il soit Guide ou Dr." (Allusion à Ahmadinejad qui se fait appeler Dr.) , "Notre Guide est assassin, sont leadership est caduc" ou "mort à Khamenei". Ils ont montré au monde entier, leur détermination et leur volonté pour renverser le régime des mollahs et instaurer une démocratie et restaurer la souveraineté populaire.
La révolte du 17 juillet a démontré que l'insurrection n'a pas l'intention de s'arrêter, que les mollahs n'ont plus d'avenir et qu'investir sur se régime est un échec.
Mme Radjavi a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU et l'ensemble des pays à condamner la répression sauvage des manifestants, qui a suscité l'indignation de l'opinion publique internationale. Elle demande aux Etats de rompre les relations diplomatiques et économiques avec ce régime moyenâgeux jusqu'à l'arrêt total de la répression et la tenue d'une élection libre sous l'égide de l'ONU dans le cadre de la souveraineté populaire.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 18 juillet 2009

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe