mercredi, février 1, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceLes Iraniens célèbrent le retrait de l’OMPI de la liste noire au...

Les Iraniens célèbrent le retrait de l’OMPI de la liste noire au siège du CNRI à Auvers-sur-Oise

• Maryam Radjavi : cette radiation renverse l’équilibre politique en défaveur du régime des mollahs et bouleverse l’enjeu régional, international et intérieur en Iran.

 

• Les Etats-Unis n’ont plus de prétexte pour ne pas assurer les droits des habitants d’Achraf et de Liberty. Ils doivent demander l’appellation de camp de réfugiés pour Liberty et exiger de l’Irak qu’il lève leurs limitations de liberté de mouvement, d’accès aux avocats et sur leurs biens meubles et immeubles.

Le 29 septembre, les membres, sympathisants et soutiens de la Résistance iranienne ont célébré la victoire éclatante et historique de la justice sur le marchandage et la fin de 15 années d’étiquette injuste de terroriste contre les Moudjahidine du peuple d’Iran, en présence de Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, au siège du Conseil national de la Résistance iranienne  (CNRI) à Auvers-sur-Oise, en région parisienne.

Une exposition de photos a rendu hommage aux martyrs des deux massacres d’Achraf, des prisonniers politiques exécutés et d’autres Moudjahidine qui durant cette période ont été tués par le régime des mollahs et le gouvernement irakien sous couvert de cette étiquette. Les participants ont également lancé une pluie de fleurs sur l’emblème des Moudjahidine pour marquer dans la joie cette grande victoire de la résistance iranienne.

Maryam Radjavi était la principale oratrice de cette cérémonie. A ses côtés des représentants de diverses délégations parlementaires et de personnalités politiques de France, de Belgique, d’Italie, de Grande-Bretagne, de Suisse, du Danemark, de Suède, d’Islande, des Pays-Bas, d’Egypte et d’Algérie ont aussi pris la parole.

Les orateurs se sont réjouis de l’annulation de l’étiquette de terroriste et de la fin du plus grand obstacle sur la voie de la résistance du peuple iranien. Ils ont rendu hommage à Mme Radjavi pour ses efforts inlassables et son leadership vigilant à la tête de cette campagne, qui a connu de nombreux passages ardus et pénibles. Ils ont souligné que sans la ténacité et le sacrifice des Achrafiens, cette victoire n’aurait jamais pu être remportée, et qu’ils sont les meilleurs symboles de la quête de la liberté de cette époque.

Pour les participants, le temps est venu d’abandonner définitivement la politique de complaisance, et avec la reconnaissance du CNRI, s’ouvre la voie d’un changement démocratique, de l’instauration de la liberté et de la souveraineté populaire en Iran.

Mme Radjavi a adressé ses félicitations à l’ensemble du peuple iranien, en particulier aux femmes, aux jeunes, aux prisonniers politiques, aux familles des martyrs ainsi qu’aux Moudjahidine de la liberté à Achraf et à Liberty. C’est la victoire de la justice et du droit sur l’injustice et la diabolisation, et un mobile de fierté historique pour tous les Iraniens. C’est la plus grande défaite du régime du guide suprême dans sa confrontation avec le peuple iranien et sa résistance de ces trente dernières années. L’annulation de cette étiquette renverse l’équilibre politique en défaveur du régime du guide suprême et annonce un bouleversement des enjeux régionaux, internationaux et à l’intérieur de l’Iran.

Elle a estimé que cette victoire était le fruit d’une vaste campagne juridique et d’un mouvement international de défenseurs de la démocratie et des valeurs humaines dans le monde d’aujourd’hui qui s’est dressé contre cette inscription sur la liste noire. Un mouvement de parlementaires, de politiciens, de juristes et de défenseurs des droits humains sur les cinq continents, pour qui la solution pour l’Iran réside dans un changement démocratique réalisé par le peuple iranien et sa résistance, et non pas dans la complaisance avec le régime iranien.

Exprimant sa reconnaissance à la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton qui malgré un barrage d’oppositions a pris la décision de radier l’OMPI de la liste noire, Mme Radjavi a déclaré : c’est à cause de l’échec de la politique de complaisance que le régime des mollahs et ses soutiens lancent des attaques hystériques contre cette décision. Ils redoutent avec raison que la diabolisation de la résistance n’ait plus rien sur quoi s’appuyer. Désormais les peuples du monde et en particulier aux Etats-Unis vont découvrir que notre mouvement, contrairement à la désinformation du fascisme religieux est très éloigné de ses accusations et qu’il ne fait que se battre pour la liberté et la démocratie en Iran.

Taxer l’OMPI de terroriste, a poursuivi Mme Radjavi, a créé une grave déviation dans la politique de la communauté internationale, car lorsqu’on taxe de terroriste le plus important mouvement antiterroriste et anti-intégriste dans le monde, le résultat c’est qu’on oublie la menace du parrain du terrorisme et de l’intégrisme.

Elle a ajouté : Il est temps de changer cette politique. Nous appelons la communauté internationale à reconnaitre l’aspiration du peuple iranien à un changement de régime, à adopter une politique appropriée et à reconnaitre la résistance du peuple iranien pour la liberté et la démocratie.

Mme Radjavi a souligné qu’après la radiation de la liste noire, les USA n’ont plus de prétexte pour ne pas assurer les droits lésés des Moudjahidine au camp Liberty. L’Irak doit lever toutes leurs restrictions de liberté de mouvement, de leur accès aux avocats et de leur droit de propriétés de leurs biens meubles et immeubles. Les USA et l’ONU doivent demander que le camp Liberty soit qualifié de camp de réfugiés.

La présidente élue de la Résistance iranienne a déclaré : nous voulons une république fondée sur le suffrage populaire et des élections libres, la séparation de la religion et de l’Etat, l’égalité entre les femmes et les hommes, l’abolition de la peine de mort, le pluralisme, le rétablissement des droits des minorités opprimées, l’égalité des chances, une justice indépendante et équitable, et un Iran non nucléaire. Et c’est pour cela que nous nous battons.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 29 septembre 2012

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe